En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 100.72 PTS
+1.02 %
6 100.50
+1.1 %
SBF 120 PTS
4 798.09
+0.9 %
DAX PTS
13 526.13
+0.72 %
Dow Jones PTS
29 329.06
+0.11 %
9 158.36
+0.37 %
1.109
-0.4 %

Airbus : le seuil des 1.000 commandes franchi pour 2019

| Boursier | 359 | Aucun vote sur cette news

Air France-KLM a commandé mercredi 60 appareils de type A220, ce qui porte les commandes brutes d'Airbus sur le seuil symbolique des 1.000 appareils pour l'année 2019.

Airbus : le seuil des 1.000 commandes franchi pour 2019
Credits Airbus Group

Airbus vient de franchir la barre symbolique des 1.000 commandes brutes pour 2019, un seuil qui n'a été dépassé que 6 fois dans l'histoire du groupe aéronautique européen. Le directeur commercial d'Airbus, Christian Scherer, a ainsi laissé entendre mercredi que la barre des 1.000 commandes serait franchie, s'exprimant devant l'Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace (AJPAE).

"Nous avons cette année dépassé la barre des 20.000 avions vendus depuis le début de notre histoire et nous pourrions bien dépasser une autre barre symbolique", a-t-il ainsi déclaré alors que le groupe a déjà annoncé 940 commandes brutes sur les 11 premiers mois de l'année. Or, quelques heures plus tard, Air France-KLM a confirmé une commande ferme de 60 Airbus A220, ce qui porte donc le total des commandes brutes (hors annulations) à 1.000 appareils à ce jour.

"Nous sommes très satisfaits de nos résultats commerciaux, s'est félicité le directeur commercial. "D'autant plus que cette année 2019 a été très mouvementée, avec un contexte géopolitique et concurrentiel difficile. Malgré tout, nous sommes parvenus à atteindre un "book to bill" (ratio prises de commandes / livraisons : ndlr) supérieur à 1 pour 1 sur tous nos programmes".

Les malheurs de Boeing n'auraient pas fait le bonheur d'Airbus

Le responsable d'Airbus a rappelé que l'année avait été "mouvementée" à cause de plusieurs éléments "exceptionnels", dont les problèmes rencontrés par son concurrent Boeing avec son B-737 MAX, ou encore la taxe de 10% à l'importation sur les avions européens imposée par les Etats-Unis, dont Christian Scherer a estimé qu'elle était "directement corrélée" aux problèmes de Boeing.

Sur le plan commercial, Airbus n'a cependant pas profité des problèmes rencontrés par Boeing, dans la mesure "le carnet de commandes de la famille A320 est très fourni. Si des clients du 737 MAX nous appellent, nous ne pourrons malheureusement pas faire grand chose pour eux à court terme", a indiqué M. Scherer.

Une année marquée par l'arrêt du programme A380

Le franchissement par Airbus de la barre des 1.000 commandes est toutefois à relativiser quelque peu, car en prenant en compte les annulations, les commandes nettes à la fin novembre ressortent à 718 unités fin novembre (778 après la commande d'Air France KLM). Le groupe a en effet fait face à 222 annulations, dont 70 pour son très gros porteur A380, dont le programme a été abandonné en début d'année, faute de commandes suffisantes.

Les commandes reçues en 2019 concernent en majorité les monocouloirs A320 et A321neo, avec plus de plus de 800 exemplaires commandés, suivis d'une soixantaine d'A330neo et de plus d'une centaine d'A350.

Côté livraisons, Airbus a prévu de livrer 860 appareils commerciaux en 2019, un objectif revu en baisse en octobre par rapport aux 890 livraisons prévues initialement. La révision a été imposée par les retards de production pris sur la dernière version de l'A321, qui a été victime de son succès.

"Nous avons eu un tel succès sur cet avion que nous avons trébuché dans l'industrialisation de la montée en cadence, a reconnu Christian Scherer. Nous travaillons pour résorber ces retards pour mettre cela derrière nous dans les deux ans".

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2020

Vinci Aéroport, filiale du groupe Vinci, a vu son trafic croître de 5,7% en 2019 dans les 46 aéroports qu'elle gère, à 255 millions de passagers. Les seuils de 50 millions de passagers, des 30…

Publié le 17/01/2020

Marie Brizard Wine & Spirits (MBWS) a annoncé la conclusion ce vendredi d'un accord tripartite portant sur la cession, par les prêteurs bancaires de MBWS, de la dette bancaire de la société à…

Publié le 17/01/2020

Vinci Airports annonce aborder avec confiance l'année 2020

Publié le 17/01/2020

Imerys a conclu un accord pour l'acquisition du premier producteur indien de panneaux à base de silicate de calcium pour des projets d'isolation thermique dans des industries telles que le ciment, la…

Publié le 17/01/2020

Marie Brizard Wine & Spirits annonce la conclusion d'un accord tripartite portant sur la cession, par les prêteurs bancaires de MBWS, de la dette...