En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-

Aéronautique : Safran, Thalès, Airbus, quel avenir pour les participations de l'Etat?

| Boursier | 1584 | 2 par 1 internautes

L'annonce par le nouveau gouvernement d'une vaste évolution à venir du portefeuille de participations de l'Etat français et notamment de la cession de...

Aéronautique : Safran, Thalès, Airbus, quel avenir pour les participations de l'Etat?
Credits Safran

L'annonce par le nouveau gouvernement d'une vaste évolution à venir du portefeuille de participations de l'Etat français et notamment de la cession de 10 milliards d'euros conduit le Crédit Suisse à faire le point sur le secteur de l'aérospatiale et de la Défense. Un secteur clef pour l'Etat qui détient des participations dans divers fleurons de cette industrie tels qu'Airbus, Safran et Thales.

Pour la banque helvète, Safran apparaît comme le candidat idéal pour le gouvernement. Thalès est une possibilité, mais plus complexe, alors qu'il semble compliqué d'imaginer une vente d'une partie du capital d'Airbus à court terme. Le broker rappelle que l'Etat français a déjà cédé des actions Safran à trois reprises depuis 2012 et a vendu une partie de sa participation dans Airbus en 2012-2013. L'État n'a en revanche pas négocié de titres Thales au cours des 10 dernières années.

Safran, candidat idéal?

Concernant Safran, l'Etat, via l'APE, détient 14% du tour de table (22,6% des droits de vote). Une participation qui n'est pas verrouillée et qui n'est régie par aucun accord d'actionnaire qui rendrait difficile toute cession... Le CS estime néanmoins qu'il est peu probable de voir l'État sortir totalement du capital, dans la mesure où il devrait vouloir conserver une certaine influence sur les décisions stratégiques à l'avenir.

Plus compliqué pour Thalès

Une éventuelle vente de titres Thales (détenu à hauteur de 26% avec 37% de droits de vote) apparaît plus compliquée, en raison des conditions de partage de pouvoir avec Dassault Aviation et des interférences des discussions potentielles sur la construction navale en Europe. Une convention d'actionnaires entre l'État français et Dassault Aviation limite effectivement la participation de la famille Dassault à un niveau inférieur à celui de l'État français... En cas de cession de l'Etat, Dassault pourrait alors se voir dans l'obligation de céder des actions (contre son gré) ou le pacte d'actionnaire pourrait être rompu (ce qui ne serait sans doute pas dans l'intérêt du gouvernement).

Impossible pour Airbus?

Enfin, l'accord conclu en 2012 sur Airbus stipule que la France, l'Allemagne et l'Espagne doivent chercher à maintenir un large équilibre de leurs participations respectives comme suit: 12% pour la France et l'Allemagne et 4% pour l'Espagne. Ils possèdent actuellement 11,1%, 11,1% et 4,2%. Une réduction de la participation française nécessiterait probablement une renégociation avec les deux autres pays, pour que ces derniers abaissent également leur participation, afin de maintenir l'équilibre convenu en 2012. Bien que ce ne soit pas impossible, il apparaît très compliqué pour le courtier d'imaginer une telle issue.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 2
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 28/07/2017

Cette transaction est assujettie aux conditions de clôture habituelles...

Publié le 28/07/2017

Safran a publié un résultat net semestriel de 1,606 milliard d'euros (+86,7%), comparé à un résultat net de 862 millions d'euros au premier semestre 2016. Le résultat opérationnel courant…

Publié le 28/07/2017

Selon Mediapart, le système mis au jour pourrait être très important...

Publié le 28/07/2017

Delta Drone annonce l'exercice le 27 juillet 2017 par la société YA II CD Ltd de quatre cents (400) bons d'émission (" BEOCABSA ") d'obligations...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

Alors qu'Air France KLM cherche son nouveau PDG, la compagnie néerlandaise KLM s'est plainte de ne pas être suffisamment considérée. Son conseil réclame un changement de gouvernance, selon le…

Publié le 22/06/2018

Montrouge, France, le 22 juin (22H00 CEST), 2018 DBV Technologies annonce les résultats de son Assemblée générale ordinaire et extraordinaire 2018 et la nomination…

Publié le 22/06/2018

Un résumé de l'Assemblée générale sera bientôt disponible sur le site Noxxon...

Publié le 22/06/2018

Le prix d'émission des actions nouvelles sera au moins égal à la moyenne pondérée par les volumes des 5 dernières séances de bourse...

Publié le 22/06/2018

Le Groupe a souhaité clarifier sa politique de marques et décidé ainsi de se concentrer sur Somfy et les marques associées...