En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 958.56 PTS
+0.68 %
4 934.0
+0.50 %
SBF 120 PTS
3 943.04
+0.49 %
DAX PTS
11 165.67
+0.90 %
Dowjones PTS
24 465.64
-2.21 %
6 526.96
+0.00 %
1.140
+0.34 %

Les salaires accélèrent aux États-Unis

| OPCVM 360 | 127 | Aucun vote sur cette news
Les salaires accélèrent aux États-Unis
Credits  ShutterStock.com

Les électeurs américains vont se rendre aux urnes cette semaine, rassurés par le reflux des prix de l'essence à la pompe qui dope le moral (à un plus haut de 18 ans), la baisse de la volatilité (VIX : -5,4 points, à 19,5%), le rebond des marchés boursiers et surtout le bond des créations d'emplois. L'économie américaine a en effet créé 250 000 postes en octobre, un chiffre très au-dessus des attentes du consensus qui tablait sur une progression de 200 000 unités. Avec des créations aussi abondantes, dans contexte de faible taux de chômage (à 3,7%, au plus bas depuis décembre 1969), la modération des salaires posait question. Cette anomalie semble désormais réparée puisque le salaire horaire est ressorti en hausse de 3,1%, soit sa plus forte progression depuis 2009. Cela sera-t-il suffisant pour que la Chambre des Représentants et le Sénat restent dans le giron du parti républicain Pas si sûr si l'on se fie aux derniers sondages qui donnent une nette avance au parti démocrate concernant la Chambre et une lutte au coude à coude pour le Sénat. Si ces anticipations s'avéraient exactes, une cohabitation politique devrait prendre place. Cela ne signifie pas pour autant qu'un programme démocrate soit mis en uvre mais plutôt que nous devrions entrer dans une période de compromis à trouver entre le Président Trump et les Démocrates. D'où un risque accru de paralysie (« shutdown ») de l'Administration fédérale.

En attendant les éventuelles conséquences de ces tractations dignes de la série « House of Cards », les investisseurs ont particulièrement apprécié le rebond marqué des indices, rassurés par les bons résultats d'entreprises et surtout des signes de règlement du conflit commercial entre la Chine et les tats-Unis. D'où un vent d'optimisme qui a soufflé sur les places boursières américaines (S&P 500 : + 2,4%, à 2 723 points sur la semaine ; Dow Jones : +2,4%, à 25 271 points) et qui s'est ressenti partout ailleurs sur la planète, notamment en Europe (EuroStoxx 50 : +2,5% à 3 214 points), au Japon (Nikkei 225 : +5%, à 22 244 points) et en Chine (CSI 300 : +3%, à 3 290 points). Le rebond des indices est appelé à se poursuivre si les rumeurs d'un accord commercial sino-américain sont confirmées lors du G20 de Buenos Aires du 30 novembre prochain. Le Président Trump a d'ailleurs reconnu avoir eu une « très bonne conversation » téléphonique avec son homologue chinois sur ce sujet difficile.

Les deux parties ont un intérêt évident à s'accorder. Les Chinois ont vu le rythme de progression de l'activité ressortir au plus bas depuis 9 ans et demi. Quant aux Américains, en dépit de la hausse des taxes douanières, le solde commercial poursuit sa dégradation pour le quatrième mois de rang, passant de -53,3 Mds$ en août à -54 Mds$ en septembre, plombé par un déficit de 37,4 Mds$ juste avec la Chine. Une telle issue positive sur le commerce serait la bienvenue pour la zone Euro, où les exportations représentent près de 49% du PIB. En attendant, la croissance a une nouvelle fois déçu avec une progression de seulement 0,2% sur le troisième trimestre, au plus bas depuis quatre ans. Même si tous les chiffres ne sont pas encore disponibles, on a noté le coup de froid venu de l'Italie, où la croissance est ressortie au point mort. Cela n'a pas empêché le reflux des taux longs italiens (-12 points de base pbs - à 3,31%) qui ont surperformé les taux allemands (+8 pbs, à 0,43%). Du coup, le spread est repassé sous la barre des 300 points de base, donnant un peu de répit au pays dans son face-à-face avec la Commission européenne. Les taux américains ont repris leur tendance haussière (+14 pbs, à 3,21% pour le 10 ans), dopés par les chiffres de l'emploi qui confortent la Fed dans sa stratégie de relèvement des taux directeurs.

Ces anticipations haussières sur les taux américains ont profité au dollar qui s'est à nouveau apprécié contre toutes les monnaies (+0,2%, à 96,55 points pour le taux de change effectif). Le pétrole a subi une forte correction (-6,2%, à 72,83 dollars pour le Brent) en dépit de l'imminence de l'entrée en vigueur des nouvelles sanctions contre l'Iran.

Rendez-vous lundi prochain

 

Source : Ecofi Investissements, au 2 novembre 2018.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Document non contractuel. Le présent document contient des éléments d'information, des opinions et des données chiffrées qu'Ecofi Investissements considère comme exacts ou fondés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier ou boursier du moment. Il est produit à titre d'information uniquement et ne constitue pas une recommandation d'investissement personnalisée.

 ■
Les recommandations diffusées sur le site Bourse Direct sont des recommandations d'investissement à caractère général soumises aux dispositions législatives et réglementaires applicables aux communications à caractère promotionnel. Elles ne constituent en aucun cas un conseil personnalisé. Le client reconnaît et assure donc seul la responsabilisé de ses actes de gestion et des conséquences des positions prises ou non.
Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2018

Comme nous l'avions prévu, les risques de baisse sur ARKEMA se sont avérés réels. Nous conseillons donc d'encaisser rapidement la plus-value sur le put warrant (X740S). Recommandé le 06/11/2018…

Publié le 21/11/2018

Les équipementiers automobiles Hella et Faurecia ont signé un partenariat stratégique portant sur le développement de solutions innovantes dans les domaines de l'éclairage des surfaces et de…

Publié le 21/11/2018

Renault rebondit de 2,8% à 59,9 euros à l'ouverture alors que l'arrestation de Carlos Ghosn continue à faire les gros titres de la presse française et...

Publié le 21/11/2018

Deinove, société de biotechnologie qui découvre, développe et produit des composés à haute valeur ajoutée à partir de bactéries rares, a annoncé la mise en place d’une nouvelle ligne de…

Publié le 21/11/2018

Cerenis Therapeutics, société biopharmaceutique dédiée à la découverte et au développement de nouvelles thérapies innovantes basées sur les HDL pour le traitement des maladies…