5 317.37 PTS
+0.15 %
5 321.0
+0.26 %
SBF 120 PTS
4 256.95
+0.13 %
DAX PTS
12 483.79
+0.18 %
Dowjones PTS
25 121.97
+0.64 %
6 837.95
+1.13 %
Nikkei PTS
21 892.78
+0.72 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Jerome Powell : le changement dans la continuité

| OPCVM 360 | 118 | Aucun vote sur cette news
Jerome Powell : le changement dans la continuité
Credits  ShutterStock.com

Après une nouvelle hausse en octobre, la septième de rang pour le S&P 500 et le Dow Jones, les indices boursiers ont entamé novembre dans le vert. L'accélération de l'économie mondiale continue de soutenir les bénéfices des entreprises comme l'illustre la publication de bons résultats. Ainsi, sur les 407 entreprises de l'indice S&P 500 qui ont publié leurs résultats aux Etats-Unis, plus de 77% ont rapporté des bénéfices, au-dessus des attentes des analystes. En Europe, même si la dynamique des résultats est moins soutenue, les places européennes ont surperformé (EuroStoxx 50 : +1,03%) par rapport à leurs homologues américains (S&P 500 : +0,26% et Dow Jones : +0,45%).

 

Nous aurions pu nous attendre à ce que la nomination de Jerome Powell soutienne encore davantage les indices américains, mais il semble que ce choix était déjà largement intégré dans les cours. C'est sur les marchés obligataires qu'on a semblé apercevoir un effet de cette nomination. En effet, le fait de choisir Jerome Powell plutôt que John B. Taylor, qui était partisan d'une remontée plus forte des taux d'intérêt, a été perçu comme un gage de continuité de la politique actuelle de la Réserve fédérale (Fed). D'un côté, nous avons ainsi assisté à un bond au niveau des échéances courtes, sans doute dû à l'anticipation d'une nouvelle hausse des taux directeurs lors de la réunion de décembre. De l'autre côté, le rendement des emprunts obligataires à long terme américains a reculé (-7 points de base, à 2,33% sur la semaine pour le taux à 10 ans), tiré à la baisse également par les premières mises en accusation de proches du Président Trump dans le « dossier russe » et une nouvelle déception sur l'évolution des salaires horaires (de +2,9% en septembre à +2,4% en octobre).

 

Pourtant, les enquêtes ont été solides. Avec une création supplémentaire de 261 000 postes en octobre, le marché de l'emploi a rebondi après la déception de septembre suite au passage des ouragans Harvey, Irma et Maria. Même si ce chiffre est ressorti en deçà des attentes du consensus des économistes, qui tablaient sur une création de 313 000 emplois, les créations nettes de postes de septembre ont été fortement révisées à la hausse (de -33 000 soit des destructions - à +18 000). Cette bonne orientation de l'emploi est appelée à se poursuivre si l'on se fie à la hausse de la sous-composante liée à l'emploi de l'indice ISM dans les services (de 56,8 à 57,5 points en octobre). D'ailleurs, cet indicateur avancé est ressorti à 60,1 points en octobre, soit un plus haut niveau de 12 ans.

 

Dans la zone Euro, les taux longs sont ressortis à la baisse, suivant la tendance américaine : -4 et -2 centimes pour le rendement des taux à dix ans, respectivement en France et en Allemagne. Pourtant, là aussi, les enquêtes économiques ont été plutôt bonnes. Le PIB est ainsi ressorti en hausse de 0,6% au troisième trimestre, très au-dessus du potentiel de croissance estimé à 0,2% par l'OCDE. L'explication de ce mouvement pourrait venir de l'inflation qui continue de rester contenue (+1,4% sur une année en octobre, en recul de 0,1% par rapport au mois précédent).

 

Le dollar n'a pas été pénalisé par la désignation du nouveau président de la Fed. Son taux de change effectif s'est même légèrement apprécié sur la semaine. Il faut dire qu'avec Jerome Powell à la tête de l'Institution monétaire américaine, la politique monétaire ne devrait pas trop changer. En effet, membre votant de la Fed depuis 2012, il a toujours voté dans le même sens que ses prédécesseurs Ben Bernanke et Janet Yellen, que ce soit pour la fin du Quantitative easing 3, la hausse des taux directeurs ou la baisse du bilan de la Banque centrale.

 

Rendez-vous lundi prochain

 

Source : Ecofi Investissements, au 3 novembre 2017.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Document non contractuel. Le présent document contient des éléments d'information, des opinions et des données chiffrées qu'Ecofi Investissements considère comme exacts ou fondés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier ou boursier du moment. Il est produit à titre d'information uniquement et ne constitue pas une recommandation d'investissement personnalisée.

 ■
Les recommandations diffusées sur le site Bourse Direct sont des recommandations d'investissement à caractère général soumises aux dispositions législatives et réglementaires applicables aux communications à caractère promotionnel. Elles ne constituent en aucun cas un conseil personnalisé. Le client reconnaît et assure donc seul la responsabilisé de ses actes de gestion et des conséquences des positions prises ou non.
Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/02/2018

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000…

Publié le 23/02/2018

Eiffage, au travers de sa filiale Eiffage Énergie Systèmes, a conclu un accord en vue d’acquérir 51 % du groupe Kropman, basé à Nimègue, aux Pays-Bas, spécialisé dans les domaines multi…

Publié le 23/02/2018

AXA a annoncé avoir publié au Bulletin des annonces légales obligatoires les résolutions que le Conseil d'administration soumettra à la prochaine Assemblée générale annuelle des actionnaires,…

Publié le 23/02/2018

BLEECKER   Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance Au capital de 20.787.356,70 EUR 39, Avenue George V - PARIS (75008) 572 920 650 RCS PARIS       Paris, le 23…

Publié le 23/02/2018

Natixis soumettra au vote de ses actionnaires, le 23 mai, le versement d'un dividende ordinaire, payé en numéraire, de 0,37 euro par action, au titre de l'année fiscale 2017. Le dividende sera…

CONTENUS SPONSORISÉS