5 427.19 PTS
+0.75 %
5 421.5
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 324.77
+0.69 %
DAX PTS
13 183.53
+0.46 %
Dowjones PTS
24 504.80
+0.49 %
6 383.65
-0.16 %
Nikkei PTS
22 866.17
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

QE-exit

| OPCVM 360 | 97 | Aucun vote sur cette news
QE-exit
Credits  ShutterStock.com

En dépit d’une amélioration notable de l’activité - créations d’emplois nombreuses, bonne orientation de la consommation et reprise des dépenses d’investissement - le « mystère » d’une inflation faible a contraint la Réserve fédérale (Fed) à opter pour le statu quo monétaire (taux directeur dans une fourchette de 1,00 à 1,25%). Si cette décision était largement anticipée, les investisseurs attendaient avant tout les annonces de la Banque centrale américaine sur la réduction de la taille de son bilan qui est passée de près de 900 milliards il y a à peine 10 ans à 4 200 milliards de dollars en septembre. Ainsi, à partir du mois prochain, la part des tombées (dividendes et/ou remboursement du principal) au-delà d’un seuil fixé à l’avance - qui sera graduellement relevé - ne sera plus réinvestie.

 

Selon toute vraisemblance, cette stratégie inédite devrait conduire à une remontée des taux longs, surtout que la Fed a réaffirmé son intention de relever pour une troisième fois ses taux directeurs cette année. Cette perspective de renchérissement des conditions de financement a, dans un premier temps, pesé sur les indices américains qui ont perdu du terrain avant de se ressaisir. L’élan haussier n’a pas duré, notamment avec les propos du Président Trump sur la Corée du Nord (« destruction totale »). Au final, sur la semaine, les indices américains (+0,1% pour le S&P 500) ont sous-performé les indices européens (+0,7% pour l’EuroStoxx 50) et japonais (+1,9% pour le Nikkei 225).

 

La réaction des investisseurs ne s’est pas fait attendre sur les marchés obligataires suite à la décision de la Fed. Craignant les effets perturbateurs de ce retrait de liquidités, les investisseurs deviennent plus exigeants. Comme le disait Warren Buffet, « C'est quand la mer se retire qu'on voit ceux qui se baignent nus ». Ainsi, le rendement des taux à 10 ans américains s’est tout de même apprécié de 5 centimes (à 2,25% en fin de semaine), en dépit de la résurgence des menaces entre les présidents Trump et Kim JongUn. L’ajustement n’a pas été similaire sur toutes les échéances. En effet, les réactions ont été plus fortes sur les maturités les plus courtes, notamment au niveau du rendement des taux à 1 an (+6 centimes à 1,29%), 3 ans (+6 centimes à 1,59%) et 7 ans (+7 centimes à 2,10%). Il faut dire qu’avec onze des seize membres du directoire de la Fed qui tablent sur une nouvelle hausse des taux d’intérêt avant la fin de cette année suivie de trois nouvelles hausses en 2018, les investisseurs révisent leur scénario. La probabilité d’un nouveau tour de vis monétaire est désormais de 63,2% en décembre.

 

Compte tenu des anticipations des resserrements monétaires à venir et de la détermination de la Fed à mener à bien sa normalisation monétaire, nous aurions pu nous attendre à une appréciation plus forte du dollar. L’effet des annonces de la Fed n’a toutefois pas duré si bien que, sur la semaine, la progression du taux de change effectif de la devise américaine est ressortie presque nulle (+0,05%). L’euro est même parvenu à engranger un petit gain (+0,03%, à près de 1,20 dollar), soutenu par la publication d’indicateurs avancés suggérant une accélération à venir de l’activité, notamment au niveau de l’industrie (PMI en moyenne à 57,4 points au troisième trimestre contre 57,0 points le trimestre précédent). L’indice PMI composite est ainsi ressorti en hausse d’un point pour s’établir à 56,7 en septembre. A ce niveau, les indicateurs avancés sont tout à fait compatibles avec une progression du PIB au-delà de 2%. Après une semaine de forte appréciation, la livre s’est encore appréciée contre dollar (+0,7%), aidée par des propos de la Première ministre Theresa May allant dans la direction d’un « Brexit light ».

Rendez-vous lundi prochain…

 

Source : Ecofi Investissements, au 22 septembre 2017.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Document non contractuel. Le présent document contient des éléments d’information, des opinions et des données chiffrées qu’Ecofi Investissements considère comme exacts ou fondés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier ou boursier du moment. Il est produit à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’investissement personnalisée.

 ■
Les recommandations diffusées sur le site Bourse Direct sont des recommandations d'investissement à caractère général soumises aux dispositions législatives et réglementaires applicables aux communications à caractère promotionnel. Elles ne constituent en aucun cas un conseil personnalisé. Le client reconnaît et assure donc seul la responsabilisé de ses actes de gestion et des conséquences des positions prises ou non.
Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2017

Cette acquisition enrichit l'écosystème des microcontrôleurs STM32 avec un environnement de développement intégré (IDE) de premier plan La première offre consolidée est…

Publié le 12/12/2017

L'endettement financier net au 30 septembre 2017 ressort à 4,6 ME...

Publié le 12/12/2017

L'admission des actions nouvelles au nominal de 0,18 euro sur le marché Euronext Paris sera demandée...

Publié le 12/12/2017

La société tiendra un symposium consacré à la nouvelle voie métabolique découverte par le Dr. Catherine Llorens-Cortes...

Publié le 12/12/2017

Ensemble, ces 2 entités ont commercialisé 1.134 véhicules en 2016, dont 51% de véhicules neufs et 49% de véhicules d'occasion, pour un chiffre d'affaires cumulé de 13,5 ME...

CONTENUS SPONSORISÉS