En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 367.62 PTS
-0.15 %
5 367.0
-
SBF 120 PTS
4 237.09
-0.23 %
DAX PTS
12 096.40
-0.60 %
Dowjones PTS
26 089.61
-0.07 %
7 479.11
-0.42 %
1.121
-0.00 %

Six mois après l'arrivée de la 3G à Cuba, internet fait des frustrés

| AFP | 418 | 1 par 1 internautes
De jeunes Cubains se connectent à internet sur leur mobile à La Havane, le 6 juin 2019
De jeunes Cubains se connectent à internet sur leur mobile à La Havane, le 6 juin 2019 ( YAMIL LAGE / AFP )

Trop cher, lent, censuré par le gouvernement : six mois après l'arrivée de l'internet mobile à Cuba, les habitants ne cachent pas leur frustration dans ce pays qui reste l'un des moins bien connectés au monde.

Sous le hashtag #Bajenlospreciosdeinternet (Baissez les prix d'internet), plusieurs centaines de Cubains ont fait récemment campagne sur Twitter pour réclamer des tarifs plus raisonnables.

"Nous avons faim, faim d'information, faim de navigation en ligne, faim de connaissance et de liberté intellectuelle", résumait un internaute, tandis qu'une autre s'indignait: "Ce n'est pas possible qu'internet soit un luxe au 21e siècle!"

Et "notre unique entreprise de télécommunications nous espionne et censure en toute impunité", commentait un troisième.

De jeunes Cubains se connectent à internet sur leur mobile à La Havane, le 6 juin 2019
De jeunes Cubains se connectent à internet sur leur mobile à La Havane, le 6 juin 2019 ( YAMIL LAGE / AFP )

L'euphorie du 6 décembre 2018, quand Cuba est devenu l'un des derniers pays de la planète à activer l'internet sur les téléphones mobiles, semble bien loin.

Si l'opérateur public Etecsa assure qu'à fin avril, sur 5,4 millions de lignes mobiles, "plus de 2,3 millions peuvent accéder à internet" (sans communiquer le nombre de ceux qui réellement le font), la majorité des habitants n'en ont tout simplement pas les moyens.

Sites bloqués

Les forfaits vont de 7 dollars pour 600 mégaoctets à 30 dollars pour 4 gigaoctets. Or le salaire moyen, pour les employés publics - une grande majorité de la population active -, est de 30 dollars par mois.

Internet à Cuba
Internet à Cuba ( Nicolas RAMALLO / AFP )

Même grogne concernant l'internet fixe, auquel seuls 79.000 foyers sont connectés (sur 11,2 millions d'habitants): "Si tu veux te connecter à internet chez toi 24h sur 24 et sept jours sur sept, tu dois payer l'équivalent de 800 dollars par mois, car il n'y a pas de forfait comme dans le reste du monde", dénonce Norges Rodriguez, coordinateur du blog Yucabyte.org, dédié aux nouvelles technologies.

"Le pouvoir d'achat des Cubains est l'un des plus bas du continent américain, le salaire minimum aussi et l'accès à internet, lui, n'est pas parmi les moins chers", regrette-t-il.

Le récent feu vert à l'importation de routers et à la création de réseaux wifis privés (utilisant le signal des bornes wifi d'Etecsa), est considéré par beaucoup comme une fausse bonne nouvelle, car pour en bénéficier il faudra payer un dollar de l'heure.

Norges souligne aussi la version tronquée d'internet à laquelle accèdent ses compatriotes: d'un côté, "le gouvernement (cubain) bloque des sites, surtout de médias, qui publient des contenus qui ne lui plaisent pas".

De l'autre, "à cause des sanctions économiques des Etats-Unis (qui appliquent un embargo depuis 1962, ndlr), il y aussi des sites bloqués : les services de Google, Apple ou Amazon ne fonctionnent pas depuis des adresses IP cubaines".

Pas de retour en arrière

Un jour de février 2018, Abraham Jimenez a ainsi découvert que sa revue en ligne, El Estornudo, était bloquée.

Un Cubain se connecte à internet sur son mobile, à La Havane le 6 juin 2019
Un Cubain se connecte à internet sur son mobile, à La Havane le 6 juin 2019 ( YAMIL LAGE / AFP )

"Des lecteurs ont commencé à m'écrire, ils ne pouvaient pas y accéder, puis j'ai vu que moi non plus. On a cru que c'était un problème de serveur", raconte-t-il. Seize mois plus tard, le site, qui offre une vision indépendante de l'actualité, reste inaccessible à Cuba. Il n'a jamais reçu d'explication officielle.

Selon lui, la réticence du gouvernement tient aux effets provoqués par l'expansion d'internet, surtout depuis l'arrivée de la 3G qui a très vite fait souffler un vent nouveau sur l'île socialiste.

"Cela a généré un discours différent du discours officiel", avec des effets dans la vie réelle : après s'être organisés en ligne, des Cubains ont manifesté "contre les mauvais traitements sur les animaux, pour les droits de la communauté LGBT"... des mobilisations impensables auparavant.

"C'est de ça dont a peur le gouvernement."

Larry Press, professeur à l'université du Texas et auteur d'un blog sur internet à Cuba, est du même avis.

De jeunes Cubains se connectent à internet sur leur mobile, à La Havane le 6 juin 2019
De jeunes Cubains se connectent à internet sur leur mobile, à La Havane le 6 juin 2019 ( YAMIL LAGE / AFP )

Paradoxalement, il rappelle qu'aux débuts d'internet en 1996, le pays, grâce à son "expérience en réseaux héritée de l'Union soviétique", a très vite eu sa première connexion, "subventionnée par les Etats-Unis", précisément la Fondation nationale des sciences.

Mais la perspective d'un déploiement à grande échelle a effrayé les dirigeants cubains, qui redoutaient une agitation sociale et un basculement politique similaire à la Perestroïka.

Donc "ils ont décidé de ne pas continuer". "Aujourd'hui, je pense qu'ils ont toujours (cette crainte) dans un coin de leur tête".

Pourtant, maintenant que la 3G est déployée, "ils ne peuvent pas revenir en arrière", assure Abraham Jimenez.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/06/2019

Manutan annoncé avoir financé cette acquisition essentiellement sur ses fonds propres

Publié le 14/06/2019

Par l'acquisition d'actions auprès d'ABN AMRO et Société Générale

Publié le 14/06/2019

Manutan a annoncé l'acquisition de 100 % des titres de la société Kruizinga, acteur majeur de la distribution en ligne d'équipements de stockage et de transport au Benelux. Basée à Wapenveld (au…

Publié le 14/06/2019

Dans le cadre du programme de rachat d'actions annoncé le 29 octobre 2018 avec l'objectif de racheter jusqu'à 1 % de son capital social sur une durée de 12 mois, Kering a mis en place un nouveau…

Publié le 14/06/2019

Acquisition de la société KRUIZINGA, Acteur majeur de la distribution en ligne d'équipements de stockage et de transport au…