En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
-0.26 %
4 879.5
-0.45 %
SBF 120 PTS
3 892.27
-0.24 %
DAX PTS
10 924.70
-0.04 %
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.06 %
1.136
+0.00 %

"Revenge porn": Facebook va taguer les photos compromettantes de ses utilisateurs

| AFP | 408 | Aucun vote sur cette news
Facebook propose à ses abonnés de lui adresser leurs photos compromettantes, dans le cadre d'un programme testé en Australie pour lutter contre le
Facebook propose à ses abonnés de lui adresser leurs photos compromettantes, dans le cadre d'un programme testé en Australie pour lutter contre le "revenge porn", qui consiste à diffuser des clichés ou vidéos intimes de proches sans leur consentement ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Facebook propose à ses abonnés de lui adresser leurs photos compromettantes, dans le cadre d'un programme testé en Australie pour lutter contre le "revenge porn", qui consiste à diffuser des clichés ou vidéos intimes de proches, sans leur consentement.

Ce projet pilote s'adresse aux adultes ayant partagé des photos intimes, et qui s'inquiètent que certaines personnes mal intentionnées ne les fassent circuler par vengeance sur les réseaux sociaux.

Le géant américain propose que ces images soient "taguées" d'une empreinte électronique unique afin de bloquer préventivement leur distribution sur Facebook, Instagram ou Messenger.

Les utilisateurs adresseront d'abord ces clichés à la eSafety Commission, la Commission australienne pour la sécurité informatique. Ils se les enverront ensuite à eux-mêmes via Messenger, dans un processus qui permettra à Facebook de marquer le cliché.

"Nous utilisons une technologie de reconnaissance d'images pour empêcher le partage non autorisé d'images intimes", a déclaré Antigone Davis, responsable de la sécurité au sein de Facebook.

"En raison de la portée mondiale de Facebook et Instagram, cette action préventive permet aux victimes de se protéger contre des violations futures", a expliqué jeudi dans un communiqué Julie Inman, commissaire australienne à la Sécurité informatique.

"Il prive de tout pouvoir les perpétrateurs qui cherchent ouvertement l'humiliation des victimes auprès des amis, de la famille et des collègues", a-t-elle ajouté.

Un porte-parole de Facebook a indiqué que la Grande-Bretagne, le Canada et les Etats-Unis devraient aussi participer à ce programme.

L'Australie fait partie des pays à la pointe du combat contre le "revenge porn", ou "vengeance pornographique". La Commission a lancé le mois dernier un portail informatique permettant aux victimes de faire connaître des cas de diffusion en ligne d'images sans consentement.

A en croire un récent sondage mené par la Commission, une Australienne sur cinq âgée de 18 à 45 ans a déjà été victime d'utilisation malveillante de leurs photos. Facebook et Messenger rassemblaient 53% des cas, Snapchat 11% et Instagram 4%.

La "vengeance porno" ou le "porno vengeur" est un phénomène mondial. Pas moins de 2% des Américains utilisateurs d'internet en auraient été victimes, selon une étude.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Onxeo examine toutes les voies de recours et de négociation possibles...

Publié le 13/12/2018

Le Conseil d'administration d'ARTEA (Code ISIN : FR0012185536/ Mnémonique : ARTE), réuni le 20 novembre 2018, a décidé la mise en oeuvre du programme de rachat…

Publié le 13/12/2018

Ivry, 13 décembre 2018   Information réglementée PUBLICATION DU NOMBRE D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL ET DU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE…

Publié le 13/12/2018

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropaCorp a essuyé une perte nette, part du groupe de 88,9 millions d’euros contre - 70,6 millions d’euros, un an plus tôt. Le groupe a enregistré des…

Publié le 13/12/2018

Depuis le dernier trimestre 2017, début du partenariat entre le spécialiste du marketing point de vente MEDIA 6 et Lucibel, la collaboration entre les...