En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.131
+0.07 %

Restitutions: 3 phases proposées, 90.000 objets africains dans les collections publiques

| AFP | 376 | 3 par 1 internautes
Des statues du royaume du Dahomey mettant en scène la cérémonie Ato, le 18 mai 2018 au musée du Quai Branly
Des statues du royaume du Dahomey mettant en scène la cérémonie Ato, le 18 mai 2018 au musée du Quai Branly ( GERARD JULIEN / AFP/Archives )

Au moins 90.000 objets d'art d'Afrique sub-sahariennes se trouvent dans les collections publiques françaises et trois phases sont proposées pour les restitutions par le rapport Savoy-Sarr remis vendredi au président Emmanuel Macron.

Plus des deux-tiers des objets d'art --70.000-- se trouvent au Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, dont 46.000 "acquises" durant la période 1885-1960, donc susceptibles selon le rapport Savoy-Sarr d'être restitués.

Plus de vingt mille autres se trouvent dispersés dans de nombreux musées, notamment dans les villes portuaires.

Ce chiffre n'inclut pas plusieurs milliers d'objets hébergés par les musées des missions, qui rassemblent des objets collectés par les congrégations catholiques en Afrique.

Le rapport cite de grands musées européens qui ont aussi de larges collections africaines: le Musée Royal de l’Afrique Centrale de Belgique (180.000), le British Museum (69.000 objets), le Weltmuseum de Vienne (37.000), le futur Humboldt Forum de Berlin (75.000), le Weltmuseum de Vienne (37.000).

Selon le rapport, les collections dans les musées nationaux africains excèdent rarement 3.000 oeuvres, souvent de peu de valeur artistique.

Au Quai Branly, les pièces venant du Tchad sont les plus nombreuses (9.296), car son territoire est au point de jonction entre l'Afrique du nord et l'Afrique sub-saharienne.

Viennent ensuite Madagascar (7.590), Mali (6.910), Côte d'Ivoire (3.951), Bénin (3.157), Congo (2.593), Gabon (2.448), Sénégal (2.281), Guinée (1.997).

Des pièces proviennent de territoires qui n'ont pas été colonisés par la France: Ethiopie (3.081), Ghana (1.656), Nigeria (1.148), RDCongo (1.428). Celles d'Afrique australe (9.282) et d'Afrique de l'Est (5.343) sont bien moins nombreuses.

Le rapport Savoy-Sarr, que le président Macron peut accepter, rejeter, compléter, amender à sa guise, propose trois phases pour les restitutions:

La première devrait aller de la remise du rapport vendredi au printemps 2019. L'inventaire des pièces majeures bien connues détenues dans des musées français devrait être envoyé aux Etats correspondant aux territoires coloniaux d'où elle proviennent. Ces oeuvres, venant du Bénin, Sénégal, Nigéria, Ethiopie, Mali, Cameroun, réclamées depuis longtemps, sont listées spécifiquement.

C'est "une manière de démontrer la vraie volonté de restitution de l'Etat français", insiste le rapport, selon lequel des mesures législatives devraient être prise dès la première phase pour rendre les restitutions irrévocables.

Le transfert de ces pièces devrait être effectué, si les pays d'origine considèrent déjà qu'ils sont en mesure de les recevoir, et une méthodologie de restitutions élaborée en commun.

La seconde phase, du printemps 2019 à novembre 2022, devrait permettre un inventaire complet, faciliter l'accès et le partage des documents digitaux, mettre en place des commissions et des ateliers dans le cadre d'un "dialogue intensif".

Aucune date de fin n'est prévue pour cette troisième phase qui commencerait en novembre 2022. Ce serait celle du transfert de la majeure partie des oeuvres, selon les deux auteurs, qui estiment en outre que "les pays africains doivent être assurés que leurs demandes de restitutions seront reçues au delà des cinq ans" (le laps de temps évoqué par Emmanuel Macron dans son discours de Ouagadougou en 2017).

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Vivendi invoque un "manque substantiel d'indépendance" de 5 administrateurs...

Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...