En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

Le gouvernement lance un "plan d'inclusion" pour les exclus du numérique

| AFP | 362 | Aucun vote sur cette news
Le gouvernement a lancé mardi sa
Le gouvernement a lancé mardi sa "stratégie nationale d'inclusion numérique" visant à venir en aide aux 13 millions de Français laissés sur la touche par le spectaculaire développement d'internet dans la vie économique et sociale. ( SAUL LOEB / AFP/Archives )

Le gouvernement a lancé mardi sa "stratégie nationale d'inclusion numérique" visant à venir en aide aux 13 millions de Français laissés sur la touche par le spectaculaire développement d'internet dans la vie économique et sociale.

Un quart des adultes en France n'utilise pas ou peu internet, et se sent en difficulté avec ses usages. La moitié d'entre eux ne se connecte jamais --une partie ayant renoncé--, et l'autre moitié se sent mal à l'aise face à un écran.

Or, le gouvernement a fait une priorité de la "numérisation" de l'Etat et des services publics, tandis que de très nombreuses entreprises ne jurent plus que par les contacts en ligne avec leurs clients.

"Il y a urgence!", s'est exclamé le secrétaire d'Etat au Numérique Mounir Mahjoubi, en détaillant son programme depuis Bordeaux.

"C'est un enjeu social, mais c'est aussi, et beaucoup, un enjeu économique. Il n'y a pas de transformation de l'Etat s'il n'y a pas d'inclusion numérique. Il n'y a pas de transformation économique s'il n'y a pas d'inclusion numérique. (...) C'est une nécessité", a-t-il souligné.

"Ce sujet de l'inclusion numérique, c'est comme si vous avez le TGV qui passe au fond du jardin: vous savez que ça va très vite, vous savez qu'il y a plein de gens à l'intérieur, mais, pour vous, la prochaine gare est à 400 km. Vous savez que c'est très loin... vous savez que ça va très bien pour les autres mais que vous, vous n'en faites pas partie", a-t-il déclaré. "Ce sentiment-là, il faut qu'on arrive à le faire tomber."

Suivant une méthode devenue habituelle sous Emmanuel Macron, il va lancer une grande concertation :"identifier les choses qui fonctionnent bien et lancer la dynamique nationale pour que tout le monde se parle", a-t-il résumé. Elle devra déboucher rapidement sur un plan d'action.

- Un milliard d'euros -

Le secrétaire d'Etat au Numérique a formellement lancé des groupes de travail, composés d'élus, de représentants associatifs et d'organismes sociaux. Ils seront chargés d'ici mars 2018 d'"identifier et orienter les publics cibles" --les besoins étant différents selon les endroits--, de "structurer les réseaux des lieux de médiation et de formation", et enfin de trouver l'argent.

Le quatrième groupe de travail, transverse, aura pour mandat de recenser les stratégies numériques déjà existantes et d'en faire un bilan, mettant en exergue les bonnes pratiques.

Au deuxième trimestre, les acteurs locaux devront "construire ensemble la solution la plus pertinente" pour leurs territoires, avec une démarche similaire, au niveau départemental, de diagnostic, choix des acteurs les plus performants et identification des solutions de financement.

L'idée est d'avoir "à la rentrée (2018) un plan directement prêt à être déployé" dans tous les départements, a conclu M. Mahjoubi.

Le secrétaire d'Etat avait choisi Bordeaux pour lancer son plan parce que la région s'est très tôt impliquée pour venir en aide aux exclus du web. Il s'exprimait dans les locaux d'Emmaüs Connect, une association d'accompagnement des publics en précarité sociale et numérique (qui fait partie de la galaxie d'Emmaüs, le réseau d'assistance aux déshérités fondé par l'Abbé Pierre).

Une étude d'Emmaüs Connect et Capgemini Consulting évalue à un peu plus de 1 milliard d'euros l'investissement nécessaire, sur quatre ans. Il faudrait 27.000 formateurs, contre 10.000 professionnels, publics et privés, aujourd'hui.

"L'inclusion numérique est un investissement rentable", a souligné à ce propos le fondateur et directeur d'Emmaüs Connect, Jean Deydier, l'étude montrant que "les gains deviennent très significatifs à moyen terme".

Avec WeTechCare, autre association qu'il a créée, il propose déjà des plateformes web d'apprentissage gratuites pour les publics éloignés du numérique et la formation de leurs accompagnants. Notamment "Les Bons Clics", un site qui offre tous les supports pédagogiques nécessaires.

"La première chose dont on a besoin, c'est de la force de communication et une incarnation", dit-il. Une caisse de résonance que devrait apporter l'implication de l'Etat pour changer d'échelle et toucher tous ceux qui ont raté le TGV du net.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…