5 319.17 PTS
-0.32 %
5 307.50
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-0.39 %
DAX PTS
12 993.73
-0.41 %
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
-0.39 %
Nikkei PTS
22 396.80
+0.20 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le G7 et les géants de l'internet s'accordent pour bloquer la propagande "terroriste"

| AFP | 194 | Aucun vote sur cette news
Réunion du G7 et des représentants des géants de l'Internet sur l'île d'Ischia en Italie, le 20 octobre 2017
Réunion du G7 et des représentants des géants de l'Internet sur l'île d'Ischia en Italie, le 20 octobre 2017 ( ANDREAS SOLARO / AFP )

Les pays du G7 et les géants de l'internet se sont mis d'accord vendredi en Italie sur un plan visant à bloquer les contenus en ligne à caractère "terroriste", au moment où l'organisation Etat Islamique (EI) "ne dispose plus de territoire" après la chute de son ultime bastion de Raqa.

La chute de Raqa, fief du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, "est une défaite militaire très dure mais cela ne signifie pas que ce groupe n'existe plus", a déclaré le ministre italien de l'Intérieur, Marco Minniti, en clôture d'une réunion de ses homologues du G7 sur l'île italienne d'Ischia, au large de Naples.

"C'est la première fois" que les pays du G7 et les représentants des principaux opérateurs internet et réseaux sociaux se retrouvent ensemble autour de la même table, s'est félicité M. Minniti.

Il a rappelé qu'internet s'était révélé "un moyen de recrutement, d'entraînement et de radicalisation important des combattants étrangers" et que la lutte contre le terrorisme sur la toile était particulièrement importante au moment où l'EI "ne dispose plus de territoire".

Les représentants de Google, Facebook ou encore Twitter et les ministres du G7 se sont mis d'accord sur un plan d'action visant à bloquer "des contenus à caractère terroriste".

"La rencontre avec les opérateurs d'internet a été plus que satisfaisante", a estimé M. Minniti en déplorant le fait que l'EI circule sur internet "comme un poisson dans l'eau".

L'accord prévoit que les contenus faisant l'apologie du terrorisme, ou appelant à mener des actes terroristes, "soient supprimés dans les deux heures qui suivent leur mise en ligne", a expliqué à l'AFP le ministre français de l'Intérieur, Gérard Collomb.

Une déclaration commune des dirigeants français, britannique et italien en marge de l'assemblée générale de l'ONU allait déjà "dans ce sens et c'est ce à quoi les grands acteurs d'internet de sont engagés", a ajouté M. Collomb.

- 'Raqa, mine d'informations' -

"Nous devons en faire davantage", a insisté Elaine Duke, secrétaire américaine à la Sécurité par intérim, remerciant les grands réseaux sociaux pour leur collaboration.

Selon une source diplomatique, la France, le Royaume-Uni et l'Italie sont parvenus "après deux heures de négociations à obtenir l'accord des Etats-Unis sur le texte".

Mme Duke "a fait valoir le Premier amendement de la constitution des Etats-Unis qui fait de la liberté d'expression, quel que soit le contenu, quelque chose de fondamental", a précisé Gérard Collomb.

"De notre côté, nous avons soutenu qu'internet n'était plus un vecteur de liberté mais un facteur d'insécurité première avec des milliers de morts à travers le monde", a-t-il poursuivi.

Cette réunion du G7 a débuté vendredi matin par un échange de vues lié à la menace représentée par les combattants étrangers en fuite après la chute de plusieurs bastions jihadistes en Irak et en Syrie.

Après la libération de Raqa, le monde redoute en effet le retour des 25.000 à 30.000 combattants étrangers, dont 5.000 venus d'Europe, qui avaient rejoint les rangs de l'EI et forment un contingent entraîné susceptible d'essaimer à travers la planète.

Les participants ont "tout d'abord discuté de la manière de lutter contre le retour des combattants étrangers" dans leur pays d'origine, a expliqué Marco Minniti.

"Nous avons décidé de recueillir ensemble les informations et de les partager", a-t-il ajouté en assurant que Raqa, désormais libérée, allait devenir "une mine d'informations".

"Il est clair que les empreintes et les documents qui vont être trouvés sur place peuvent nous aider à connaître mieux l'adversaire et à identifier ceux qui, venus de l'étranger, se sont engagés aux côtés de Daesh", a-t-il expliqué.

Les Etats-Unis et l'Italie ont signé un accord en marge de la réunion du G7 pour partager leurs bases de données d'empreintes digitales afin de repérer les extrémistes qui se font passer pour des demandeurs d'asile.

Les dirigeants du G7 ont indiqué que l'organisation internationale de police Interpol, qui détient des informations sur près de 40.000 combattants étrangers, jouerait un rôle plus important dans le partage des informations.

Le secrétaire général d'Interpol Juergen Stock a déclaré que la base de données de l'organisation servirait de "système d'alerte précoce" contre la menace terroriste et qu'elle contribuerait à "fermer les échappatoires potentielles" des terroristes.

M. Minniti avait prévenu que les combattants étrangers de l'EI pourraient tenter de revenir en Europe sur des bateaux de migrants en provenance de Libye.

Le président du Conseil européen Donald Tusk a promis que l'UE débourserait plus de financements pour aider l'Italie à fermer, en coopération avec les autorités libyennes, la voie de migration Libye-Italie.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Affine a acquis auprès de la société belge Banimmo (dont elle détient 49,5 %), le marché Vaugirard, situé à Paris 15ème face à la gare Montparnasse. Cette galerie commerciale, ouverte sur le…

Publié le 17/11/2017

Gaussin Manugistique, spécialisée dans l'audit des process de manutention, a annoncé la réception usine par son distributeur Blyyd de 2 véhicules ATM (Automotive Trailer Mover) Full Elec. Les ATM…

Publié le 17/11/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 17/11/2017

Article L. 233-8-II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'AMF Dénomination sociale de l'émetteur :             Atos SE Name and…

Publié le 17/11/2017

Conformément à la réglementation relative aux rachats d'actions, Atos SE déclare ci-après les opérations d'achats d'actions propres pour un montant de 13,8 millions…

CONTENUS SPONSORISÉS