En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 957.89 PTS
-1.89 %
4 956.00
-1.86 %
SBF 120 PTS
3 972.74
-1.90 %
DAX PTS
11 238.97
-2.48 %
Dowjones PTS
24 852.34
-1.84 %
6 948.88
-2.69 %
1.146
-0.07 %

Le CSA, dont Macron veut élargir les pouvoirs, ne se voit pas en "big brother" du Net

| AFP | 250 | Aucun vote sur cette news
Le président du CSA Olivier Schrameck salue la proposition du président Emmanuel Macron d'élargir ses pouvoirs aux contenus numériques, tout en affirmant que l'institution ne pourrait pas surveiller en permanence le Net à la façon d'un
Le président du CSA Olivier Schrameck salue la proposition du président Emmanuel Macron d'élargir ses pouvoirs aux contenus numériques, tout en affirmant que l'institution ne pourrait pas surveiller en permanence le Net à la façon d'un "big brother" ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives )

Le président du CSA Olivier Schrameck a salué mardi la proposition du président Emmanuel Macron d'élargir ses pouvoirs aux contenus numériques, tout en affirmant que l'institution ne pourrait pas surveiller en permanence le Net à la façon d'un "big brother".

Le président de la République a proposé samedi d'étendre les pouvoirs du Conseil supérieur de l'audiovisuel aux contenus numériques pour lutter contre la pornographie accessible aux enfants qui peut conduire à la violence contre les femmes.

"Cela fait quasiment 5 ans que je défends cette idée, je l'ai défendue même avant d'être nommé par le précédent président de la République", a réagi M. Schrameck devant l'Association des journalistes médias (AJM).

"Pour que la régulation soit efficace, il faut qu'elle soit complète. Une régulation incomplète est une régulation insatisfaisante", a résumé le patron du CSA, tout en soulignant que les propositions présidentielles nécessiteraient des "modifications législatives profondes".

Cependant, il a avancé qu'il serait "impossible" que le CSA se comporte comme "un big brother, qui observerait tout" sur internet, mais qu'il pourrait en revanche utiliser de "nouvelles méthodes" pour contrôler les contenus en ligne, comme s'appuyer sur des "lanceurs d'alerte".

En outre, interrogé sur les ressources supplémentaires qu'il faudrait attribuer au CSA pour exercer des fonctions supplémentaires, M. Schrameck a indiqué qu'"une action efficace suppose des moyens pour l'assurer quotidiennement".

Il a également rappelé être favorable, parallèlement à une telle extension du champ d'action du CSA, à ce qu'il soit doté de méthodes de régulation "considérablement modifiées, notamment en faisant la place à l'autorégulation, à la corégulation et en appliquant des schémas de donnant-donnant".

"C'est-à-dire que les acteurs qui accept(ent) les règles du jeu, qu'on qualifie parfois d'acteurs vertueux, auraient des possibilités plus favorables que ceux qui s'y refus(ent) et donc un régime (...) d'incitation", a-t-il plaidé.

Une allusion aux groupes qui ont des engagements par exemple en matière d'investissement dans la production de programmes en France, contrairement aux plateformes américaines comme Netflix et Amazon.

"Le principe me paraît d'être d'actualiser la régulation, mais aussi de l'assouplir en l'élargissant, les deux vont de pair. On ne peut pas concevoir de régulation élargie sans l'assouplir", a-t-il plaidé, tout en soulignant que ce serait au législateur d'en décider les contours, avec le pouvoir exécutif.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Tradez sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2018

Les mois de septembre et octobre augurent d'une augmentation de l'activité "professionnelle"...

Publié le 23/10/2018

Eurofins Scientific gagne désormais 3,4% à 417,8 euros, dans un volume toutefois assez limité...

Publié le 23/10/2018

3M a publié ses résultats du troisième trimestre. Ainsi les revenus s'élèvent à 8,15 milliards de dollars contre 8,17 milliards un an plus tôt. Le bpa a augmenté de 10,7% à 2,58 dollars,…

Publié le 23/10/2018

Orange Business Services et Telespazio, société commune de Leonardo et Thales, annoncent s’unir pour fournir des services de télécommunication par satellite au Ministère des Armées. Les deux…

Publié le 23/10/2018

Un des points faibles historiques d’Atos est revenu le hanter pour la deuxième publication consécutive : la faiblesse de sa croissance organique. Déjà décevante au premier semestre, elle…