En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 784.35 PTS
-0.60 %
4 770.0
-0.72 %
SBF 120 PTS
3 798.94
-0.86 %
DAX PTS
10 717.09
-0.66 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
+0.00 %
1.142
+0.23 %

La numéro 2 de Facebook, contestée, soutenue par le conseil d'administration

| AFP | 169 | Aucun vote sur cette news
Sheryl Sandberg, la numéro deux de Facebook, a reçu mercredi le soutien appuyé du conseil d'administration du premier réseau social du monde, alors qu'elle est critiquée pour son rôle dans une enquête interne sur le milliardaire George Soros
Sheryl Sandberg, la numéro deux de Facebook, a reçu mercredi le soutien appuyé du conseil d'administration du premier réseau social du monde, alors qu'elle est critiquée pour son rôle dans une enquête interne sur le milliardaire George Soros ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

Sheryl Sandberg, la numéro deux de Facebook, a reçu mercredi le soutien appuyé du conseil d'administration du premier réseau social du monde, alors qu'elle est critiquée pour son rôle dans une enquête interne sur le milliardaire George Soros.

"Les actions de Mme Sandberg étaient tout à fait appropriées en raison de son rôle de numéro deux", assène le CA dans une lettre adressée au président de la fondation de George Soros, Patrick Gaspard.

Ce dernier avait exigé des excuses publiques après que la presse eut révélé que Facebook avait utilisé une agence de communication à la réputation sulfureuse pour contrer ses critiques après l'affaire des manipulations russes à l'occasion de la présidentielle américaine de 2016.

Definers --dont le contrat a été annulé depuis par Facebook-- avait tenté de lier les attaques dont le réseau social faisait l'objet à George Soros, bête noire des républicains et de l'extrême droite et cible d'innombrables attaques antisémites.

Sheryl Sandberg, numéro deux de Facebook, le 5 décembre 2018 au Capitole, à Washington
Sheryl Sandberg, numéro deux de Facebook, le 5 décembre 2018 au Capitole, à Washington ( Jim WATSON / AFP/Archives )

Mme Sandberg, qui avait un temps nié avoir eu connaissance des agissements de Definers, a ensuite -- après de nouvelle révélations du New York Times-- reconnu avoir demandé une enquête sur le milliardaire.

Lors d'un discours, tenu en janvier 2018 dans le cadre du forum de Davos en Suisse, George Soros avait notamment qualifié Facebook de "menace pour la société".

Mme Sandberg cherchait donc à savoir si le milliardaire --qui s'est fait une réputation et une fortune en pariant contre la livre sterling en 1992-- attaquait l'entreprise pour en tirer profit.

Une thèse que reprend le CA de Facebook: "Quand un investisseur bien connu et virulent attaque publiquement votre entreprise il est juste et approprié de mener ce genre d'enquête".

Le CA estime que Mme Sandberg a agi en toute bonne foi et rappelle que Mark Zuckerberg, le fondateur et PDG de Facebook ainsi que Mme Sandberg ont "demandé une enquête approfondie sur la collaboration de l'entreprise avec des agences de communications".

La gestion chaotique de cette affaire a donné un coup de canif à l'image quasi iconique de Sheryl Kara Sandberg, qui à 49 ans semble déjà avoir eu plusieurs vies.

Assistante du secrétaire au Trésor sous le président démocrate Bill Clinton, elle a ensuite été embauchée par Google avant d'être choisie en 2008 par Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, pour l'épauler dans la gestion d'un réseau social à la croissance exponentielle mais à l'avenir financier encore incertain.

C'est elle qui a développé le modèle économique du réseau consistant à bombarder avec des publicités ultra-ciblées ses 2,3 milliards d'usagers et qui fait que Facebook vaut aujourd'hui 400 milliards de dollars en bourse.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2018

BNP Paribas Chine a obtenu une licence pour souscrire aux obligations d'entreprise 'Panda Bonds' pour les émetteurs étrangers...

Publié le 10/12/2018

Le dérapage n'a pas tardé...

Publié le 10/12/2018

    Société Européenne au capital de 151.508.201,70 euros Siège social : 22, avenue Montaigne - 75008 Paris 775 670 417 RCS PARIS   Articles L.233-8 II du Code de…

Publié le 10/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre a stoppé sa correction sur le niveau de support clé des 91.9 euros, niveau qui soutient les cours en clôture depuis avril 2017. Du côté des indicateurs…

Publié le 10/12/2018

  Luxembourg, 10th December 2018   SHARES REPURCHASE PROGRAMME Authorized by the shareholders' meeting held on 28th June 2017 Implemented upon the decision of…