En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 316.01 PTS
-1.05 %
5 309.00
-1.05 %
SBF 120 PTS
4 269.71
-0.93 %
DAX PTS
12 511.91
-1.44 %
Dowjones PTS
24 463.18
-0.79 %
7 224.85
-0.77 %
Nikkei PTS
22 693.04
-

L'UE alloue 120 millions d'euros pour développer le wifi gratuit

| AFP | 295 | Aucun vote sur cette news
Google présente son nouveau produit Wifi, Chromecast, Home, and Pixel sur les smartphones à une conférence de presse à San Francisco, Californie, le 4 octobre 2016.
Google présente son nouveau produit Wifi, Chromecast, Home, and Pixel sur les smartphones à une conférence de presse à San Francisco, Californie, le 4 octobre 2016. ( Glenn CHAPMAN / AFP )

L'UE va débloquer 120 millions d'euros, à partir de 2018, pour permettre l'installation de milliers de bornes wifi gratuites partout en Europe, dans des lieux publics comme les parcs, les hôpitaux ou les bibliothèques, en vertu d'un texte approuvé mardi par le Parlement européen.

"On se demande toujours ce que fait l'Europe, concrètement, pour ses citoyens", a souligné, lors du débat préalable au vote, l'élue conservatrice française Anne Sander (LR, groupe PPE). Cette initiative "est justement un exemple d'une Europe visible et utile dans le quotidien des Européens", s'est-elle félicitée.

Ce programme, dont le principe avait été annoncé il y a un an par le président de la Commission Jean-Claude Juncker dans son discours sur l'"état de l'Union", vise à distribuer à entre 6.000 à 8.000 villes et villages, dans tous les Etats membres, des "bons d'achat" de 20.000 euros, permettant de réaliser les travaux d'installation de bornes wifi.

L'idée est de simplifier au maximum les procédures afin de rendre ce service accessible y compris aux maires des petits villages, peu au fait des formalités européennes parfois complexes.

Pour demander ces "bons", les représentants des collectivités locales pourront se connecter à un site web dédié, où ils trouveront également une liste d'entreprises habilitées à effectuer les travaux d'installation. Les entreprises, munies du "bon", se tourneront ensuite vers les autorités européennes pour être payées.

Il reviendra aux communes de déterminer quels lieux leur semblent le plus indiqué pour installer une borne wifi: "une bibliothèque publique, l'hôtel de ville, les centres de soin locaux, un square...", a énuméré, à titre d'exemples, la commissaire chargée de l'économie numérique, Mariya Gabriel.

Les collectivités qui souhaitent bénéficier du dispositif devront s'engager, en échange, à financer pendant au moins trois ans la maintenance des bornes et le coût de l'abonnement aux opérateurs qui fourniront le flux internet.

Pour les usagers, l'accès à internet sera entièrement gratuit et sera facilité par un identifiant de connexion unique, qu'ils pourront utiliser partout en Europe, sur toutes les bornes mises en place dans ce même cadre.

Les bons seront distribués aux communes suivant le principe du "premier arrivé, premier servi", mais la Commission a malgré tout prévu un mécanisme pour s'assurer d'une répartition géographique équitable du service dans tous les Etats membres.

"L'enjeu du texte est de favoriser les zones rurales et celles qui en ont le plus besoin", car "encore trop de villages ruraux n'ont pas de connexion de qualité", a souligné Mme Sander.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/06/2018

Retour d'Assemblée générale Gévelot...

Publié le 21/06/2018

Retour d'Assemblée générale Riber...

Publié le 21/06/2018

Le prix de souscription aux actions Amundi est de 51,79 euros...

Publié le 21/06/2018

Retour d'Assemblée générale Aurea...

Publié le 21/06/2018

Avis aux porteurs d'obligations convertibles ou échangeables en actions nouvelles ou existantes