En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 382.66 PTS
-
5 377.50
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 261.07
-
DAX PTS
11 603.89
-
Dowjones PTS
25 745.67
-0.55 %
7 380.75
+0.00 %
1.142
-0.02 %

L'inventeur du web veut panser les maux d'internet

| AFP | 338 | Aucun vote sur cette news
L'inventeur du World Wide Web, le Britannique Tim Berners-Lee, lors d'une interview avec le Washington Post, le 5 mars 2019 à Washington
L'inventeur du World Wide Web, le Britannique Tim Berners-Lee, lors d'une interview avec le Washington Post, le 5 mars 2019 à Washington ( MANDEL NGAN / AFP )

L'inventeur du World Wide Web, le Britannique Tim Berners-Lee, a détaillé mardi comment il comptait s'attaquer à la désinformation et à la protection des données, des abus largement répandus aujourd'hui qu'il n'avait pas envisagés quand il a conçu la Toile.

M. Berners-Lee, qui avait imaginé en 1989 un "système de gestion décentralisée de l'information", devenu l'acte de naissance du Web, a souligné que ses efforts se concentraient d'une part, sur le développement d'un "contrat pour le Web" destiné à assurer la véracité de l'information sur internet et d'autre part, sur sa plateforme de développement baptisée "Solid" pour permettre aux utilisateurs de contrôler leurs données.

Ses commentaires, lors d'un événement organisé dans la capitale américaine par le quotidien The Washington Post, interviennent alors que le Web fête ses 30 ans d'existence ce mois-ci dans la crainte d'un réseau devenu hors de contrôle.

"On ne peut pas simplement interdire les fausses informations, c'est bien plus compliqué que cela", a résumé le scientifique, au Washington Post, qui avait révélé le projet d'un "contrat" en novembre dernier ambitionnant de réunir autour de la table gouvernements et entreprises du secteur des technologies notamment, pour établir les principes d'une gouvernance en ligne.

"Avec le Contrat pour le Web, il s'agit d'enclencher une correction à mi-parcours (du Web), de changer de rythme, de revenir (...) à la science, aux faits", a-t-il ajouté.

Le lancement de projet doit répondre aux inquiétudes sur les ventes des données personnelles sans le consentement des usagers.

Il a indiqué que le but était de "séparer les applications du stockage des données" de manière à ce que les usagers puissent décider où et comment ils pourraient partager leurs informations personnelles.

"Solid va devenir un système de stockage de données omniprésent qui donnera aux gens le contrôle de leurs données", a-t-il expliqué.

Le système, en cours de développement à l'Institut de Technologie de Massachusetts, a pour finalité de donner aux utilisateurs des "fichiers" pour des données qui pourraient être téléchargées vers Facebook, Amazon et Google, a-t-il ajouté.

"Vous pourrez avoir un fichier personnel, vous pourrez avoir un fichier de travail. Vous aurez accès à un plus grand nombre de données sur vous-même que ce que peut détenir Amazon aujourd'hui", a-t-il assuré.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/03/2019

Le Conseil d'administration de Foncière Euris proposera à l'Assemblée générale du 16 mai le versement d'un dividende de 2,15 euros...

Publié le 20/03/2019

Sa nouvelle mission consistera à développer et amplifier dans le monde, les excellents résultats obtenus en Asie...

Publié le 20/03/2019

Elior Group est entré en discussions exclusives...

Publié le 20/03/2019

Lors de l'Assemblée générale qui se tiendra le 20 juin, il sera proposé le versement d'un dividende de 0,06 euro par action....

Publié le 20/03/2019

Coheris dispose d'environ 8 ME de déficits fiscaux reportables...