En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.38 PTS
-0.15 %
4 836.00
-0.19 %
SBF 120 PTS
3 859.34
-0.23 %
DAX PTS
11 071.54
-0.17 %
Dowjones PTS
24 575.62
+0.70 %
6 658.76
+0.18 %
1.138
+0.05 %

Harcèlement sexuel: des employés de Google manifestent de Londres à Singapour

| AFP | 562 | Aucun vote sur cette news
Des employés de Google manifestent à Londres, devant le bâtiment abritant les bureaux de la firme, pour protester contre sa gestion du harcèlement sexuel, le 1er novembre 2018
Des employés de Google manifestent à Londres, devant le bâtiment abritant les bureaux de la firme, pour protester contre sa gestion du harcèlement sexuel, le 1er novembre 2018 ( Tolga Akmen / AFP )

Des centaines d'employés de Google ont observé jeudi un arrêt de travail symbolique au siège européen de la firme à Dublin pour protester contre sa gestion du harcèlement sexuel au sein de l'entreprise, dans le cadre d'un mouvement mondial observé de Singapour à Londres.

Environ 500 employés se sont réunis dans l'enceinte de la compagnie au coeur de la capitale irlandaise, choisie par Google pour implanter son centre européen en raison de son régime fiscal clément.

Ils ont observé un arrêt de travail symbolique d'une demi-heure, a constaté un correspondant de l'AFP. Kate, l'organisatrice, qui n'a pas souhaité préciser son nom de famille, a expliqué au mégaphone que le rassemblement était "en solidarité avec toutes les victimes de harcèlement sexuel ou de mauvais traitement sur notre lieu de travail".

A Londres, une trentaine d'employés ont manifesté devant le bâtiment abritant les bureaux de la firme, la plupart des autres salariés manifestant dans l'enceinte des locaux.

A Londres, des employés ont manifesté devant le bâtiment abritant les bureaux de la firme, la plupart des autres salariés manifestant dans l'enceinte des locaux
A Londres, des employés ont manifesté devant le bâtiment abritant les bureaux de la firme, la plupart des autres salariés manifestant dans l'enceinte des locaux ( Tolga Akmen / AFP )

"Nous protestons pour soutenir nos collègues qui ont été victimes de harcèlement et pour réclamer que les auteurs ne soient pas protégés ou récompensés", a déclaré à l'AFP Sam Dutton, un développeur.

"Nous sommes ici pour dire ce que nous pensons des structures de pouvoir en place, et pour faire comprendre aux dirigeants actuels que les choses changent et qu'il est temps de revoir ce qui était considéré comme normal", a renchéri sa collègue Anna, sans donner son nom.

A Singapour, des douzaines d'employés se sont réunis à l'intérieur des bureaux, postant sur Twitter une photo de groupe intitulée "Débrayage de Google pour un vrai changement".

A Tokyo, Google a refusé l'accès de ses bureaux à une équipe de l'AFP et a également refusé de donner "des détails sur l'activité de ses employés au Japon ou ailleurs".

Le New York Times a publié la semaine dernière une longue enquête affirmant que Google avait ces dernières années couvert des cas de harcèlements sexuels impliquant certains hauts responsables, remerciés avec de juteuses indemnités.

L'enquête a suscité la colère d'employés du groupe et le patron de Google Sundar Pichai a écrit un mail aux salariés, indiquant sans donner de noms que le groupe avait renvoyé 48 salariés, dont treize hauts responsables, pour harcèlement sexuel au cours des deux dernières années mais sans indemnités. Il a assuré que le groupe avait changé ces dernières années et ne tolérait plus aucun comportement déplacé.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

SNCF Transilien et MND Group, spécialiste du transport par câble à travers sa filiale LST, s’associent pour concevoir et promouvoir des solutions de transport par câble sur certains pôles…

Publié le 23/01/2019

Voltalia a réalisé au quatrième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 51,4 millions d'euros, en baisse de 4 %. A taux constant, les ventes ont ont grimpé de 7 %. Sur l'année, le chiffre…

Publié le 23/01/2019

FONCIÈRE EURIS Société Anonyme au capital de 149 158 950 euros 83, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris 702 023 508 RCS PARIS     Paris, le 23 janvier…

Publié le 23/01/2019

Pour l'année 2018, le chiffre d'affaires de Seb s'établit à 6...

Publié le 23/01/2019

JCDecaux annonce qu’Hannelore Majoor a été nommée directrice générale de sa filiale néerlandaise, JCDecaux Pays-Bas. Hannelore Majoor a débuté sa carrière chez JCDecaux en octobre 2016 en…