En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 786.55 PTS
+0.68 %
4 790.0
+0.77 %
SBF 120 PTS
3 801.79
+0.67 %
DAX PTS
10 814.87
+0.69 %
Dowjones PTS
23 675.64
+0.35 %
6 491.52
+0.00 %
1.140
+0.31 %

François-Régis Hutin, dernier des grands patrons de la presse régionale

| AFP | 269 | Aucun vote sur cette news
Le patron de presse François-Régis Hutin, le 15 avril 2011 à Rennes
Le patron de presse François-Régis Hutin, le 15 avril 2011 à Rennes ( DAMIEN MEYER / AFP/Archives )

Patron emblématique de "Ouest-France", François-Régis Hutin, qui a présidé pendant un demi-siècle aux destinées du premier quotidien de France, fondé par son père et qu'il a transformé en influent groupe de presse en conservant les valeurs chrétiennes-démocrates d'origine, est mort dimanche à l'âge de 88 ans

François Régis Hutin, catholique pratiquant, fils de Paul Hutin-Desgrées, avait quitté en octobre 2016 la direction opérationnelle du groupe pour se consacrer à l'éditorial. Il avait pris formellement la tête du quotidien en 1984, mais y exerçait déjà une influence décisive depuis les années 60.

"Monsieur le président", comme il se faisait appeler, avait bâti son empire après une longue guerre de tranchée contre le magnat Robert Hersant.

Né le 27 juin 1929, François-Régis Hutin fut d'abord tenté par une carrière de missionnaire: il entrait dans un séminaire à Lisieux.

Son passé de séminariste l'a profondément imprégné: "Pourquoi Ouest France? Pour contribuer à la montée d'une humanité toujours plus fraternelle", écrivait-il.

C'est à 32 ans qu'il a fait ses premiers pas dans le journal familial, après un tour du monde en cargo comme garçon d'équipage. Il signe des articles économiques et sociaux et se hisse à la tête du quotidien, où travaille déjà son frère aîné, François-Xavier.

Une fois aux manettes, cet homme de vision et de décision développe les informations nationales et régionales, instaure les "tribunes libres" et modernise la maquette du journal.

- "Démocratie humaniste" -

Ce centriste a toujours voulu un journal "au service du lecteur", avec un rôle d'informateur et d'acteur, "reflet de la société" mais aussi facteur d'évolution, comme il l'avait expliqué dans la "charte" éthique du journal.

Pour lui, "le service rendu au public" est une mission et le nom même de l'association dont dépend le journal, "l'Association pour les soutiens des principes de la démocratie humaniste", résume "tout un programme".

Au fil des ans, il s'est engagé pour le dialogue social, contre la bombe atomique, contre les systèmes communistes, pour l'enseignement privé et la fidélité aux valeurs chrétiennes, contre la peine de mort et les mauvaises conditions carcérales, pour l'Europe, du côté du "oui" au référendum sur la constitution européenne de 2005.

- Défenseur de l'accueil des migrants -

Celui qui, en mai 1968, couvrit les contestations étudiantes, a continué longtemps à aller sur le terrain. En août 2009, à plus de 80 ans, il partait encore dans les hôpitaux d'Amman pour un reportage sur les réfugiés.

Il a signé tout au long de sa carrière des éditoriaux remarqués, notamment pour l'accueil des migrants en Europe.

"Animé par le souci constant du respect de la personne humaine, conforté par sa foi, François-Régis Hutin aura créé un journal d’information indépendant, engagé éthiquement", a salué la rédaction dans un communiqué.

François-Régis Hutin s'était marié en juillet 1960 à Jeanne-Françoise, qui a mené une carrière politique locale dans les rangs de l'UDF.

S'il avait quitté son poste de président de directoire du groupe, remplacé par son collaborateur Louis Echelard, ce patron très respecté n'avait pas abandonné pour autant la barre, prenant la tête d'un comité éditorial. Il avait signé encore à la Une du journal, samedi, un éditorial: "Paix pour Jérusalem".

Un de ses gendres, Matthieu Fuchs, PDG de la filiale "Les Journaux de Loire", considéré comme le potentiel dauphin, a fait en 2016 son entrée au directoire du quotidien.

La holding SIPA Ouest France chapeaute une noria de titres: notamment "Dimanche Ouest France", un important pôle mer, dont l'hebdomadaire "Le Marin", le groupe des "Journaux de Loire", Publihebdos qui regroupe 93 hebdomadaires d'information locale, et la régie publicitaire PRECOM.

Après quelques incursions peu probantes dans la télévision locale, le groupe mise sur le développement sur internet et les lecteurs en ligne, au delà de sa zone historique de l'Ouest. Mais son fleuron reste les éditions papier du grand quotidien régional.

Sa fille Jeanne-Emmanuelle Hutin-Gapsys signe encore des éditoriaux très engagés sur des thèmes chers à l'Eglise catholique dans "Dimanche Ouest-France".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/12/2018

Le vaccin Dengvaxia® est approuvé en Europe pour la prévention de la dengue   Paris, France - Le 19 décembre 2018 - La Commission européenne a délivré une…

Publié le 19/12/2018

Plus forte baisse du SBF 120, Natixis perd 6,87% à 4,147 euros au lendemain d’un profit warning, dont l’impact a été amorti par la confirmation du versement d’un dividende exceptionnel de 1,5…

Publié le 19/12/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 19/12/2018

Alors que le constructeur français a dernièrement demandé à son partenaire la tenue d'une assemblée générale extraordinaire des actionnaires afin de discuter de la gouvernance et d'autres…

Publié le 19/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre est orienté à la hausse, soutenu par une oblique haussière depuis la mi-octobre. Du côté des indicateurs techniques, les moyennes mobiles à 20 et 50…