En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 872.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.98 %
1.136
+0.00 %

Faire du français "la langue de l'internet", le défi de Louise Mushikiwabo

| AFP | 366 | Aucun vote sur cette news
La nouvelle présidente de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, lors d'une interview donnée à Paris le 7 janvier 2019
La nouvelle présidente de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, lors d'une interview donnée à Paris le 7 janvier 2019 ( Lionel BONAVENTURE / AFP )

Faire du français "la langue de l'internet": Louise Mushikiwabo se lance le défi, tout juste installée à la tête de la Francophonie, où elle assure de son indépendance, autant de la France que de son pays, le Rwanda.

Q: Votre élection en tant que secrétaire générale marque le retour d'un responsable africain, après la Canadienne Michaëlle Jean, à la tête de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Est-ce incontournable quand on sait que l'Afrique fournit 80% de la croissance du nombre de francophones dans le monde?

R: L'Afrique est une partie motrice de la Francophonie. C'est un peu naturel, c'est normal, que l'Afrique soit à la tête de la Francophonie. Ceci dit, je suis aussi consciente que la Francophonie va bien au-delà de l'Afrique. En tant que secrétaire générale, je vais tout faire pour que tout le monde se retrouve dans notre organisation.

Q: Votre candidature a été adoubée par la France et vous êtes très proche du président rwandais Paul Kagame. A la tête de la Francophonie, comment pouvez-vous garantir votre indépendance?

R: Je suis aussi une professionnelle. Je travaille pour la Francophonie. Je représente la Francophonie. Je vais mettre toute mon énergie pour cette organisation. Désormais, je ne suis plus ministre des Affaires étrangères du Rwanda. Toute action, toute décision, toute activité de la Francophonie, je vais l'exécuter en tant que secrétaire générale de la Francophonie.

Q: Le Rwanda a remplacé le français par l'anglais en tant que langue obligatoire à l'école. Est-ce compatible avec la direction de la Francophonie?

R: Le Rwanda est un pays francophone. C'est aussi un pays anglophone. C'est aussi un pays swahilophone et en tout premier lieu, on parle le kinyarwanda, notre langue nationale. Nous sommes un pays multilingue et je crois que le fait que le président rwandais ne parle pas vraiment français - il commence à parler français, très heureusement - est confondu avec l'importance de la langue française au pays. Le français est la langue étrangère la plus parlée par les Rwandais et l'importance de la langue française va aller en grandissant. Nous croyons beaucoup au Rwanda à cette cohabitation des langues qui ne doit pas nécessairement causer de problèmes.

Q: C'est ce que défend le président français Emmanuel Macron : la défense du français dans un cadre plurilingue. C'est cela l'avenir de la Francophonie?

R: La langue française n'a pas de complexe à avoir par rapport à l'anglais. Mais le monde aujourd'hui est tel qu'il est bénéfique à ceux qui parlent français de parler d'autres langues. On va beaucoup plus loin avec plusieurs langues. On a plus de chance dans l'emploi et la formation avec plus de langues. Je n'y vois vraiment aucun inconvénient.

Q: Quels sont vos objectifs à la tête de la Francophonie?

La nouvelle présidente de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, lors d'une interview donnée à Paris le 7 janvier 2019
La nouvelle présidente de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, lors d'une interview donnée à Paris le 7 janvier 2019 ( Lionel BONAVENTURE / AFP )

R: J'aimerais beaucoup qu'on positionne la langue française comme la langue de l'internet. Avec les proportions de jeunes dans l'espace francophone, c'est très faisable. Mais il y a du travail à faire, je ne me fais pas d'illusion. On peut utiliser le numérique comme atout pour les questions de l'emploi. Quand on parcourt l'espace francophone, on entend dire, "la Francophonie, c'est quoi pour moi?". Ce sont des questionnements légitimes. Tout ce qui est numérique intéresse la jeunesse donc je pense qu'on peut combiner très bien l'aspect numérique et l'intérêt de la jeunesse.

Q: Les critiques pointent une "dispersion" de l'OIF, qui courrait trop de lièvres à la fois. Un recentrage est-il nécessaire?

R: Il y a effectivement un débat qui s'impose. La critique est légitime: on fait beaucoup de petites choses et il faudrait recentrer, ramener plusieurs activités ensemble sous des thématiques bien claires, bien définies: l'économie, le rayonnement de la langue...

Q: L'OIF compte aujourd'hui 88 membres, dont certains pays qui n'ont qu'un rapport lointain avec le français. Faudrait-il revoir les critères d'adhésion?

R: Pourquoi pas? Je trouve que le fait que beaucoup de pays qui ont très très peu à voir avec la langue française veuillent devenir membres de la Francophonie est un signe de l'attractivité, c'est une très bonne chose. Seulement, je pense qu'il faut aussi être observateur de notre espace, de nos activités et de nos valeurs. On peut créer un système de membres qui ont un statut plus ou moins différent des membres à part entière. Mais c'est aux Etats membres à décider.

(Propos recueillis par Loïc VENNIN)

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…