En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 909.45 PTS
+2.15 %
4 892.0
+1.96 %
SBF 120 PTS
3 901.62
+2.13 %
DAX PTS
10 929.43
+1.38 %
Dowjones PTS
24 527.27
+0.64 %
6 763.96
+0.89 %
1.137
+0.03 %

Facebook: la chasse aux "fake news", c'est compliqué...

| AFP | 413 | Aucun vote sur cette news
Facebook tente de renforcer la lutte contre la publication de fausses informations sur son réseau
Facebook tente de renforcer la lutte contre la publication de fausses informations sur son réseau ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Facebook, constatant une nouvelle fois la complexité de la lutte contre les "fake news" (fausses informations) pullulant sur le réseau social, a annoncé jeudi une nouvelle stratégie pour les signaler, qui se veut plus efficace.

L'an dernier, le groupe s'était lancé dans une série de mesures destinées à réduire la circulation de fausses informations, notamment en réduisant la diffusion de publications provenant de sources douteuses, en nouant des partenariats avec des organisations extérieures vérifiant la véracité des infos ("fact-checking") ou encore en apposant une icône figurant un triangle rouge ("red flag") près de certaines publications relevant de "fake news" selon les critères du "fact-checking".

Avec le recul, Facebook juge qu'en fait, l'icône d'alerte n'est pas efficace et peut même conduire aux effets inverses de ceux espérés.

En interrogeant les utilisateurs, "nous avons appris que chasser la désinformation est un défi", écrivent non sans une certaine candeur des responsables en charge de ces questions chez Facebook.

"Inscrire simplement que quelque chose est +faux+ ou +controversé+ ne veut pas forcément dire que nous serons en mesure de faire changer d'avis (le lecteur) sur la véracité des faits. En fait, des études laissent penser qu'un vocabulaire trop fort ou certains visuels (comme une icône rouge) peuvent avoir des effets contre-productifs et ancrer plus profondément les opinions", poursuivent-ils.

A la place, Facebook a décidé de proposer désormais à l'utilisateur s'apprêtant à partager un lien douteux, de lire au préalable ce qu'en disent les partenaires en charge du "fact-checking". Selon le groupe, qui a commencé à tester cette nouvelle idée cet été, cette approche moins frontale limite le nombre de "partages" de fausses infos.

Facebook, comme Twitter et Google, est accusé depuis des mois de servir de plate-forme aux "fake news", des accusations qui ont pris un tournant très politique depuis l'élection de Donald Trump l'an dernier, la Russie étant accusée par Washington d'avoir cherché à influer sur la campagne en utilisant, entre autres, les réseaux sociaux.

Facebook communique donc énormément sur le sujet. Récemment, le PDG du groupe Mark Zuckerberg avait même assuré que la chasse aux contenus problématiques (fausses infos, apologie du terrorisme etc...) passait avant le souci de faire des bénéfices.

L'Agence France-Presse (AFP) figure parmi les médias partenaires de Facebook pour le "fact-checking".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2018

Cette facilité modifie et proroge l'ouverture de crédit syndiqué signée par le groupe Nexans en 2015...

Publié le 12/12/2018

Dominico de Carvalho est nommé représentant permanent de la société Aviva France...

Publié le 12/12/2018

Les économies d'énergies réalisées par Gazonor au travers de ces nouveaux moteurs vont contribuer à l'amélioration de la rentabilité

Publié le 12/12/2018

L'assemblée générale ordinaire des actionnaires de Maurel & Prom, réunie sur 2e convocation, s'est tenue le 12 décembre (9h30) au Cercle National des...

Publié le 12/12/2018

  Paris, le 12 décembre 2018 N° 17-18   Compte rendu des Assemblées Générales  du mercredi 12 décembre 2018             Établissements Maurel &…