En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 154.58 PTS
-1.57 %
4 138.00
-1.91 %
SBF 120 PTS
3 262.43
-1.67 %
DAX PTS
9 525.77
-0.47 %
Dow Jones PTS
21 052.53
-1.69 %
7 528.11
-1.41 %

Facebook et Twitter agissent contre une vidéo tronquée de Biden partagée par Trump

| AFP | 463 | Aucun vote sur cette news
Le candidat à la présidentielle américaine Joe Biden à Grand Rapids, dans le Michigan, le 9 mars 2020
Le candidat à la présidentielle américaine Joe Biden à Grand Rapids, dans le Michigan, le 9 mars 2020 ( MANDEL NGAN / AFP )

Facebook et Twitter ont signalé comme "fausse" ou "manipulée" une vidéo de Joe Biden, candidat à l'investiture démocrate, partagée par Donald Trump, dans le cadre de leurs mesures contre la désinformation.

Le contenu, un montage vidéo qui donne l'impression que Joe Biden soutient le président américain, a été étiqueté comme "en partie faux" sur Facebook et comme un " manipulé" sur Twitter.

A l'approche de la présidentielle américaine, les deux réseaux sont au coeur du débat sur l'attitude à adopter face aux tentatives de désinformation politique.

Facebook a ainsi choisi de donner carte blanche à tous les candidats (locaux ou nationaux), pour leurs messages ou leurs publicités, dans la limite des règles générales (contre la nudité, les risques de violence physique ou encore les fausses informations sur le déroulement d'un scrutin).

Le réseau social dominant part du principe qu'il revient au public et à la société civile d'évaluer les propos des politiques. Mais il est intervenu cette fois-ci parce que cette vidéo trompeuse avait été mise en ligne avant que Donald Trump ne la partage.

"Des vérificateurs indépendants ont évalué cette vidéo comme +en partie fause+, donc nous réduisons sa diffusion et affichons du contexte pour les personnes qui la voient, qui essaient de la partager ou l'ont déjà partagée", a expliqué un porte-parole de la plateforme à l'AFP.

L'AFP participe dans plus de 30 pays et 10 langues au "Third party fact-checking", programme de vérification par des médias développé par Facebook. Avec ce programme, qui a démarré en décembre 2016, Facebook rémunère une soixantaine de médias à travers le monde, généralistes ou spécialisés, pour l'utilisation de leurs "fact-checks" sur sa plateforme et sur Instagram.

Si une information est diagnostiquée comme fausse ou trompeuse par l'un de ces médias, les utilisateurs sont moins susceptibles de la voir apparaître dans leur fil d'actualité.

Twitter a de son côté banni les publicités à caractère politique.

Début février, la plateforme des gazouillis a en outre annoncé se lancer dans la lutte contre les contenus "manipulées" : des montages photo, vidéo ou audio qui visent à tromper le public ou risquent de nuire à des personnes, en incitant à la violence ou en portant atteinte à leur liberté d'expression.

Le réseau, très utilisé par Donald Trump, avait indiqué que ces mesures s'appliqueraient à tous, y compris à ses utilisateurs politiques, à partir du 5 mars.

La vidéo postée par Dan Scavino, responsable des réseaux sociaux à la Maison Blanche, montre Joe Biden déclarant à une foule "Nous allons forcément réélire Donald Trump".

Le président américain a ensuite partagé ce montage, qui avait été vu plus de 6 millions de fois lundi.

L'ancien vice-président de Barack Obama parlait en réalité de la nécessité pour le parti démocrate de mettre fin aux attaques internes et de s'unir à l'issue des primaires.

"Nous allons forcément réélire Donald Trump si nous restons dans cette logique de peloton d'exécution entre nous", a-t-il dit lors d'un discours de campagne dans le Missouri.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/04/2020

Le groupe publiera son chiffre d'affaires du premier trimestre le 15 avril

Publié le 03/04/2020

Unibel a annoncé que, compte tenu des incertitudes résultant du contexte actuel lié au COVID-19, l'assemblée générale du 14 mai 2020 se tiendra au siège social, 2, Allée de Longchamp 92 150…

Publié le 03/04/2020

Dans son communiqué du 11 mars dernier, Transgène a initialement prévu une consommation nette de trésorerie de l'ordre de 25 millions d'euros pour 2020. Malgré les effets difficilement…

Publié le 03/04/2020

Transgene prévient qu'elle pourrait souffrir de dysfonctionnements dans la chaîne d'approvisionnement et d'expédition dont elle dépend

Publié le 03/04/2020

Le Crédit Agricole a adapté son dispositif d’accompagnement des clients aux particularités du marché des agriculteurs. Il intensifie ses actions pour accompagner ses clients exploitants…