5 362.88 PTS
-
5 368.00
+0.09 %
SBF 120 PTS
4 284.43
-
DAX PTS
13 003.70
+0.09 %
Dowjones PTS
22 956.96
+0.37 %
6 114.53
+0.36 %
Nikkei PTS
21 380.14
+0.59 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Facebook: 10 millions d'Américains ont vu les contenus financés par des intérêts russes

| AFP | 89 | Aucun vote sur cette news
Facebook a fourni lundi des détails sur les mystérieux messages payés par des intérêts russes, susceptibles d'avoir servi à manipuler l'opinion américaine au moment de l'élection présidentielle de 2016
Facebook a fourni lundi des détails sur les mystérieux messages payés par des intérêts russes, susceptibles d'avoir servi à manipuler l'opinion américaine au moment de l'élection présidentielle de 2016 ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Nombres de vues, financement, contenus... Facebook a fourni lundi des détails sur les mystérieux messages payés par des intérêts russes, susceptibles d'avoir servi à manipuler l'opinion américaine au moment de l'élection présidentielle de 2016.

Dans la ligne de mire du Congrès, qui enquête sur une possible ingérence russe dans la campagne électorale, le réseau social aux deux milliards d'utilisateurs a indiqué qu'environ "10 millions de personnes aux Etats-Unis ont vu ces messages". Accusé d'avoir d'abord tardé à réagir, Facebook multiplie désormais les communications sur ce sujet.

Moyennant finance, on peut sur les réseaux sociaux ou moteurs de recherche cibler des messages vers certaines audiences grâce à des algorithmes fondés sur le profil des utilisateurs. Ces contenus sponsorisés ("ads" en anglais), qui peuvent prendre des formes variées, peuvent alors apparaître sur le fil d'actualités de certains utilisateurs.

Comme il s'y était engagé, Facebook a également indiqué avoir fourni lundi au Congrès le contenu de ces quelque 3.000 "ads" postés entre 2015 et 2017 et financés par "une entité russe appelée Internet Research Agency".

Le Kremlin a nié à plusieurs reprises avoir tenté d'influencer la campagne électorale, qui avait abouti à l'élection de Donald Trump.

"Nous fournissons ces contenus au Congrès car nous voulons faire notre part pour aider les enquêteurs à mieux comprendre l'ingérence russe dans le système politique américain et expliquer ces activités au public", a fait valoir le groupe, qui refuse néanmoins pour l'instant de rendre publics ces messages sponsorisés.

Facebook a toutefois indiqué que "la plupart de ces +ads+ semblent se concentrer sur des sujets sociaux et politiques clivants, embrassant tout les horizons idéologiques, et relatifs à des sujets ayant trait à la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres, NDLR), aux questions raciales, à l'immigration ou à la législation sur les armes à feu".

- Mesures prévues -

Selon la presse américaine, un de ces messages présente une femme armée avec ce message: "Pourquoi ai-je une arme ? Parce qu'il est plus facile pour ma famille de me sortir de prison que du cimetière" tandis que d'autres mettent en scène des Noirs armés.

Facebook a aussi précisé que 50% de ce type de messages avaient coûté "moins de 3 dollars" et "moins de 1.000 dollars" pour 99% d'entre eux. Le groupe avait déjà indiqué que 100.000 dollars au moins avaient été payés par les annonceurs pour diffuser 3.000 messages.

En outre, "certains +ads+ ont été payés en monnaie russe", indique le groupe américain, qui précise travailler avec Twitter et Google sur ces sujets.

La semaine dernière, Twitter, dont un responsable était auditionné au Congrès, a indiqué que le média russe RT (ex-Russia Today), accusé par Washington d'avoir voulu influencer l'élection présidentielle de 2016, avait financé 1.823 tweets sponsorisés pour 274.000 dollars l'an dernier aux Etats-Unis.

"Nous avons dépensé de l'argent en campagnes publicitaires ! Oui effectivement, comme n'importe quel autre média à travers le monde", avait ironisé RT.

Facebook a également détaillé des mesures prévues pour mieux repérer les contenus sponsorisés problématiques.

Outre leur contenu en lui-même, le groupe promet de mieux examiner "le contexte dans lequel (le contenu) a été financé et (quelle est) l'audience visée" et de recruter "plus de 1.000 personnes" supplémentaires chargées de surveiller les contenus sponsorisés.

Le réseau social américain veut aussi exiger davantage d'informations de la part d'annonceurs qui souhaitent publier des messages "relatifs aux élections nationales américaines". Concrètement, "les annonceurs potentiels devront confirmer quelle entreprise ou organisation ils représentent avant de pouvoir acheter" un espace publicitaire.

Il s'agit de "rendre plus difficiles les tentatives d'ingérence", écrit Facebook.

Plusieurs parlementaires américains ont indiqué vouloir entendre Facebook, Twitter et Google en auditions publiques.

jc/mf

.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/10/2017

Le volet défensif de Bluelinea a été accéléré à partir de l'été avec la reconfiguration des effectifs. Le management reste confiant sur le développement de la société...

Publié le 16/10/2017

Cette opération s'inscrit dans le cadre du contrat d'émission d'OCABSA signé entre Neolife et Bracknor Fund en 2016...

Publié le 16/10/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 16/10/2017

Pendant la 4e Fenêtre de Cessibilité, ouverte du 8 août 2017 au 6 octobre 2017 (inclus), aucun BSA n'a fait l'objet d'ordres d'achat...

Publié le 16/10/2017

Assystem Technologies et ESI comptent offrir de nouvelles solutions s'adressant à l'Usine du Futur....

CONTENUS SPONSORISÉS