En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

Disques vinyles: petit précis d'un pressage traditionnel

| AFP | 644 | 5 par 1 internautes
Une étape dans la préparation d'un disque vinyle à la Manufacture de vinyles à Lathuile, le 5 décembre 2017
Une étape dans la préparation d'un disque vinyle à la Manufacture de vinyles à Lathuile, le 5 décembre 2017 ( JEAN-PIERRE CLATOT / AFP )

Comment fabrique-t-on aujourd'hui un disque de manière semi-artisanale? Voilà la méthode mise en oeuvre par la "Manufacture de vinyles" dans son atelier de Lathuile (Haute-Savoie):

L'atelier de pressage reçoit le fichier audio de l'œuvre musicale. Ce dernier a préalablement été étalonné par un ingénieur sur une fréquence compatible avec le support vinyle.

Son signal est gravé sur une matrice recouverte d'une laque dans laquelle sont inscrits les microsillons. Elle est ensuite plongée dans un bain d'acétone. Cette méthode "traditionnelle" garantit selon les professionnels une meilleure qualité d'écoute.

Une matrice est créée pour chacune des faces A et B du disque, qui peut contenir jusqu'à vingt minutes d'enregistrement. La largeur des microsillons est quant à elle fonction du style de musique enregistré et de ses nuances artistiques. Il s'agit à cette étape de constituer un gabarit - ou "stamper" - qui servira ensuite à la fabrication du disque sous presse.

Les gabarits gravés et leurs labels - informant l'auditeur de l'identité de l'artiste et des titres présents sur chacune des faces du disque - sont placés sur les mâchoires de la presse. Les éventuelles poussières résiduelles sont nettoyées à l'air comprimé.

Des grains de PVC sans plomb sont portés à haute température dans une seconde machine, puis refroidis entre 24 et 26 degrés grâce à un système hydraulique pour former une pâte homogène. Celle-ci est pesée pour que soient respectés les critères de poids - 140 ou 180 grammes - choisis pour le pressage du vinyle.

La pâte, alors positionnée au centre de la presse, est étalée après fermeture de la mâchoire, qui exerce sur les deux matrices une pression de 150 tonnes. Le surplus de pâte est ébarbé puis recyclé dans la confection d'autres disques. Douze heures sont nécessaires à un vinyle pour se figer à sa température d'écoute.

L'équipe effectue un test de qualité pour vérifier que le produit est physiquement conforme, puis mène un test d'écoute, au cours duquel la virginité des "blancs" entre chaque morceau est strictement contrôlée. Si cette phase de test est réussie, la production de la série est lancée.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…