En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Des employés de Google rejettent le projet de moteur de recherche en Chine

| AFP | 368 | Aucun vote sur cette news
Des militants d'Amnesty International manifestent devant le siège de Google à Madrid, le 27 novembre 2018
Des militants d'Amnesty International manifestent devant le siège de Google à Madrid, le 27 novembre 2018 ( OSCAR DEL POZO / AFP )

Une centaine d'employés de Google a publiquement exigé mardi que le géant d'internet abandonne un projet de moteur de recherche en Chine respectant les règles de censure imposées par Pékin à ses internautes.

Le projet est connu sous le nom de "Dragonfly". Le PDG de Google Sundar Pichai en a reconnu l'existence en octobre et l'a justifié par le fait qu'il valait mieux offrir un moteur de recherche performant mais avec des restrictions que de laisser les Chinois avec des outils moins bons.

"Notre opposition à Dragonfly n'a rien à voir avec la Chine: nous sommes opposés aux technologies qui aident les puissants à opprimer les plus vulnérables, où que ce soit", peut-on lire dans une lettre signée par 90 employés appelant leurs collègues à se joindre à eux.

"Dragonfly en Chine établirait un dangereux précédent à un moment d'incertitude politique, un précédent qui empêcherait Google de refuser des concessions similaires à d'autres pays", poursuit la lettre.

Plusieurs organisations dénoncent également le projet, dont Human Rights Watch, Reporters Sans Frontières et Amnesty International, qui a lancé une pétition en ligne pour demander son abandon.

"C'est un moment charnière pour Google", estime Joe Westby, chercheur sur la technologie et les droits de l'homme pour Amnesty International, dans un article publié mardi sur le site de l'organisation.

"En tant que premier moteur de recherche au monde, il devrait se battre pour un internet où l'information est librement accessible à tous plutôt que de soutenir la sombre alternative du gouvernement chinois".

S'exprimant lors d'une conférence le mois dernier à San Francisco, Sundar Pichai avait affirmé que Google devait "réfléchir très sérieusement" au marché chinois, en dépit des critiques sur une potentielle complicité de l'entreprise avec la censure d'Etat en Chine.

"Nous prenons toujours en compte un ensemble de valeurs", avait-il expliqué. "Nous devons également suivre la loi qui s'applique dans chaque pays".

"Il s'avère que nous pourrions répondre à plus de 99% des recherches (...) Il y a de très nombreux cas où nous fournirions une information de meilleure qualité que ce qui est actuellement disponible", avait-il ajouté.

Google a fermé son moteur de recherche en Chine en 2010, après avoir refusé la demande de Pékin de censurer certains résultats de recherches.

Twitter, Facebook, YouTube et le site du New York Times sont bloqués en Chine, où le moteur de recherche de Microsoft, Bing, est en revanche opérationnel.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...