En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 978.00 PTS
-1.49 %
4 965.50
-1.67 %
SBF 120 PTS
3 978.30
-1.76 %
DAX PTS
11 258.96
-2.30 %
Dowjones PTS
25 317.41
-0.50 %
7 141.21
+0.00 %
1.147
+0.09 %

Danielle Darrieux, une actrice d'exception à la féminité piquante

| AFP | 466 | 5 par 1 internautes
Danielle Darrieux le 2 mars 2002 pendant la cérémonie des Césars à Paris
Danielle Darrieux le 2 mars 2002 pendant la cérémonie des Césars à Paris ( JEAN-LOUP GAUTREAU / AFP/Archives )

Inoubliable actrice aux plus de 100 films, Danielle Darrieux a incarné, avant Brigitte Bardot et Catherine Deneuve, une certaine idée de la féminité à la française : élégante, piquante, absolue.

Cette comédienne à la carrière hors pair et d'une longévité exceptionnelle - huit décennies à l'écran et à la scène, une bonne centaine de films et plus d'une trentaine de pièces de théâtre - a été un archétype de la beauté féminine pour toute une génération.

Elle a été la partenaire de Charles Boyer dans "La ronde" (1951), de Jean Gabin dans "La Vérité sur Bébé Donge" (1953) ou de Gérard Philipe dans "Le Rouge et le Noir" (1954). Danielle Darrieux, dont la moue boudeuse faisait le bonheur des photographes, a aussi tourné aux Etats-Unis, comme dans "L'affaire Cicéron" de Joseph Mankiewicz, en 1952, un an avant que Max Ophüls ne lui offre son plus beau rôle dans "Madame de...", adapté du roman de Louise de Vilmorin.

Née le 1er mai 1917 à Bordeaux, fille d'un médecin, elle souffle ses quatorze bougies sur le plateau de son premier film "le Bal", de Wilhelm Thiele en 1931. Elle devient avant la guerre l'une des rares actrices françaises à mener une carrière internationale : en Allemagne, elle tourne "Château de rêve" (1932), en Tchécoslovaquie "Volga en flammes" (1934), en Hongrie "Katia" (1938).

Danielle Darrieux et Jean Marais posent pour le film Ruy Blas le 1er janvier 1947
Danielle Darrieux et Jean Marais posent pour le film Ruy Blas le 1er janvier 1947 ( - / OFF/AFP/Archives )

De "Mayerling" (1935), son premier rôle tragique, à "Battements de coeur" (1939) d'Henri Decoin, son premier mari, elle est la coqueluche de l'avant-guerre. On l'appelait alors par ses initiales : DD.

Hollywood lui ouvre rapidement les portes. Elle signe un contrat de 7 ans avec les studios Universal, tourne "La coqueluche de Paris" avec Douglas Fairbanks Jr, en 1938. "Son talent enchante parce qu'elle est à l'aise et ne le brandit pas comme un drapeau", dit-d'elle un journaliste américain.

Gérard Philipe and Danielle Darrieux posent pour le film
Gérard Philipe and Danielle Darrieux posent pour le film "Le Rouge et le Noir" le 1er janvier 1954 ( STF / OFF/AFP/Archives )

Mais, très vite, DD s'ennuie et, au bout d'un an, casse son contrat pour rentrer en France.

Elle divorce en 1941, se remarie en 1942 avec le diplomate et play-boy dominicain Porfirio Rubirosa. L'actrice n'interrompt pas son activité en France sous l'Occupation, tournant pour la Continental, la société de production allemande installée à Paris.

- La dame rose -

Elle fait partie du fameux voyage à Berlin en 1942 avec d'autres acteurs français. "Femme amoureuse", selon ses mots, elle dit avoir accepté cette "invitation" pour voir Rubirosa, qui, soupçonné d'espionnage, venait d'être arrêté par les Allemands.

Celle qu'on surnomme aussi "la fiancée de Paris" passe la fin de la guerre en résidence surveillée à Megève, précisant n'avoir été qu'"un peu embêtée" à la Libération.

Elle se marie une troisième fois en 1948 avec le scénariste Georges Mitsinkidès et commence une seconde carrière. Longtemps vouée aux rôles d'ingénue, elle démontre un talent de tragédienne dans les années 50, notamment dans "Ruy Blas" (Jean Cocteau), "La ronde" et surtout dans "Madame de...". Le chef d'oeuvre de Max Ophüls restera son film préféré.

En 1958, elle joue "Marie-Octobre" de Julien Duvivier, un succès. D'autres suivront comme "Les Demoiselles de Rochefort", où elle est la seule à savoir chanter (1967). "Je suis un instrument, il faut savoir jouer de moi, alors on sait en jouer ou on ne sait pas", dit-elle au réalisateur Jacques Demy. "Un instrument, oui, mais un Stradivarius", rétorque-t-il.

L'actrice française Danielle Darrieux, lors d'une répétition au théâtre Hebertot à Paris, le 4 février 1987
L'actrice française Danielle Darrieux, lors d'une répétition au théâtre Hebertot à Paris, le 4 février 1987 ( GEORGES BENDRIHEM / AFP/Archives )

A la scène, elle triomphe à Broadway en 1971 dans une comédie musicale sur Coco Chanel. "On m'avait demandé de remplacer Katherine Hepburn, je me suis dis: si j'en sors vivante, je n'aurai jamais plus le trac", raconte-t-elle.

Elle connaît le même succès à Londres, l'année suivante, dans "The Ambassador", puis à Paris dans "Domino" (1974), "Adélaïde 90" (1989) ou "Ne coupez pas mes arbres" (1993).

En 2003, l'infatigable comédienne se lance un nouveau défi, créant "Oscar et la dame rose", un monologue d'Eric-Emmanuel Schmitt qu'elle interprète seule sur scène et lui vaut de remporter un Molière.

Danielle Darrieux sur scène joue
Danielle Darrieux sur scène joue "Oscar et la dame en rose", à la Comédie des Champs-Elysées à Paris le 7 février 2003 ( Eric Feferberg / AFP/Archives )

A un âge avancé, Danielle Darrieux a inspiré les jeunes réalisateurs comme François Ozon dans "Huit femmes" (2002). "Elle n'est pas une vieille dame, estimait Catherine Deneuve, pour la troisième fois sa fille à l'écran. C'est la seule femme qui m'empêche d'avoir peur de vieillir."

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2018

Innate Pharma a annoncé la signature d'un accord multi-termes avec AstraZeneca et MedImmune, son bras recherche et développement de molécules...

Publié le 23/10/2018

Eurofins a fait état d’une progression de 30,6% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre, à 955 millions d’euros. La croissance organique est ressortie à plus de 5%, en ligne avec…

Publié le 23/10/2018

MDxHealth plonge de 12% à 2,29 euros dans un volume épais ce mardi...

Publié le 23/10/2018

AXA annonce avoir conclu un accord avec Fairfax Financial Holdings Limited afin de céder toutes ses activités d’assurance en Ukraine et de quitter le marché ukrainien. Selon cet accord, Fairfax…

Publié le 23/10/2018

STMicroelectronics est une nouvelle fois victime des prévisions décevantes d'un de ses concurrents...