En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 412.83 PTS
+0.14 %
5 397.00
+0.22 %
SBF 120 PTS
4 285.80
+0.13 %
DAX PTS
11 657.06
-0.25 %
Dowjones PTS
25 914.10
+0.25 %
7 326.28
+0.26 %
1.134
+0.11 %

Concurrence: Spotify attaque Apple à Bruxelles

| AFP | 249 | 4.83 par 6 internautes
Spotify a annoncé saisir la Commission européenne contre Apple pour abus de position dominante sur le marché de la musique en ligne
Spotify a annoncé saisir la Commission européenne contre Apple pour abus de position dominante sur le marché de la musique en ligne ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

Le suédois Spotify, numéro un mondial de l'écoute de musique en ligne, a annoncé mercredi saisir la Commission européenne contre la firme américaine Apple pour abus de position dominante sur le marché de la musique en ligne.

"Ces dernières années, Apple a introduit des règles dans l'App Store qui limitent intentionnellement le choix et étouffent l'innovation (...), agissant à la fois en juge et partie pour désavantager délibérément les autres développeurs d'applications", a fait valoir le co-fondateur de Spotify, Daniel Ek, dans un communiqué.

Spotify reproche notamment à la firme américaine, propriétaire à la fois du système d'exploitation iOS et de l'App Store, d'imposer un droit de 30% aux services de musique en ligne qui vendent leur abonnement via sa boutique, enchérissant d'autant le coût de l'abonnement pour les utilisateurs.

Afin d'amortir le surcoût induit, "cette taxe nous obligerait à augmenter artificiellement le prix de notre abonnement Premium bien au-delà du prix de l'abonnement Apple Music. Pour garder des prix concurrentiels, nous ne pouvons pas nous le permettre", ajoute Daniel Ek.

Spotify demande que les applications puissent se mesurer les unes aux autres "en fonction de leurs mérites et non de l'App Store", que le consommateur ne soit pas contraint de passer par Apple pour écouter de la musique en ligne, comme c'est le cas sur certains marchés, et enfin que les plateformes de paiement ne fassent pas écran entre l'offre de musique et l'utilisateur.

Enfin, Spotify accuse Apple de prendre des mesures de rétorsion en cas de contournement de sa boutique, en empêchant les mises à jour d'applications et en bloquant son utilisation sur son assistant vocal Siri, son enceinte connectée HomePod et l'Apple Watch.

Spotify affirme avoir "vainement tenté" de résoudre ces contentieux "directement avec Apple".

"Spotify a déposé une plainte "informelle" contre Apple devant la Commission européenne pour abus de position dominante il y a trois ans", a indiqué Jacques Lafitte, de la société de conseil Avisa à Bruxelles.

Or cela n'avançait visiblement pas assez vite, puisque mercredi, Spotify a déposé une plainte "formelle", ce qui met davantage la pression sur la Commission. Elle peut décider d'instruire ou de rejeter la plainte. Si elle la rejette, cette décision est attaquable par le plaignant devant le tribunal européen de justice.Il n'y a pas de delai précis pour une décision.

"La Commission (européenne) a reçu une plainte de Spotify, que nous traitons selon nos procédures" habituelles, a de son côté indiqué à l'AFP un porte-parole à Bruxelles.

Au cours d'une conférence de presse mercredi, le directeur des affaires juridiques du groupe suédois a assuré qu'il ne s'agissait pas pour "Spotify d'engager un bras de fer avec Apple".

"Nous avons déposé cette plainte en raison d'une accumulation de restrictions de plus en plus nombreuses dont nous pensons qu'elles sont abusives", a expliqué Horacio Gutierrez.

"Démanteler" les Gafa?

Spotify n'a pas clairement menacé de lancer une procédure similaire aux Etats-Unis, où les géants américains de l'internet, au premier chef desquels Google, Apple, Facebook et Amazon, sont aussi épinglés pour leur position dominante.

Elizabeth Warren, l'une des candidates démocrates à la présidentielle de 2020 les plus connues, a proposé la semaine dernière de "démanteler" leur monopole.

Elle suggère de leur interdire d'être en même temps propriétaire de la plateforme et d'entreprises qui y opèrent.

Selon elle, les géants américains de la "tech" ont utilisé leur toute-puissance pour étouffer la concurrence, à travers notamment des acquisitions massives.

Introduit en Bourse à New York en avril 2018, Spotify jouit d'une confortable avance sur ses concurrents, Apple Music, numéro deux avec moitié moins d'abonnés, ou encore Google Music, Tidal, Deezer ou Amazon.

En incluant les personnes profitant de l'offre gratuite comprenant de la publicité, Spotify revendique plus de 200 millions d'utilisateurs actifs mensuels, dont 96 millions d'abonnés payants fin décembre.

Récemment implanté en Asie du Sud-Est, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, il a annoncé en février son arrivée sur l'énorme marché indien.

Mais malgré le boom de l'écoute musicale en ligne, Spotify n'a jamais engrangé de bénéfice annuel. Le groupe, créé en 2005, a ainsi encaissé en 2018 une perte nette de 78 millions d'euros en 2018, et une perte opérationnelle de 43 millions.

Et il devrait rester dans le rouge en 2019, anticipant une perte opérationnelle comprise entre 200 et 360 millions d'euros.

Le titre Spotify cédait 0,4%, à 144,76 dollars, dans les ordres passés avant-séance à la Bourse de New York. Apple prenait 0,4%, à 181,6 dollars.

burs-gab/bh

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
6 avis
Note moyenne : 4.83
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/03/2019

Le Président Directeur Général a décidé d'émettre, le 15 mars 2019, 26 OCA numérotées de 53 à 78 au profit de Nice & Green...

Publié le 18/03/2019

Rendez-vous le 16 avril...

Publié le 18/03/2019

Le géant de la tech américaine bat des records à Wall Street, et conforte son statut de 1ère capitalisation mondiale.

Publié le 18/03/2019

L'appréciation du patrimoine immobilier qui génère un impact positif sur le résultat de 21,3 ME...

Publié le 18/03/2019

Le groupe strasbourgeois 2CRSI, constructeur de serveurs informatiques de très hautes performances, et Gamestream, leader des services de streaming de...