En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 340.79 PTS
-2.2 %
4 360.00
-1.74 %
SBF 120 PTS
3 439.26
-1.53 %
DAX PTS
10 254.70
-0.98 %
Dow Jones PTS
22 653.86
-0.12 %
8 049.31
+0. %

Avec Madelen, l'Ina met ses pépites à portée de clic

| AFP | 476 | Aucun vote sur cette news
Un technicien fait une recherche dans les archives de l'Institut national de l'audiovisuel à Bry-sur-Marne en 2006
Un technicien fait une recherche dans les archives de l'Institut national de l'audiovisuel à Bry-sur-Marne en 2006 ( BERTRAND GUAY / AFP/Archives )

Découvrir des pièces de théâtre inédites à la télévision, voir ou revoir "Les Rois Maudits", l'adaptation de la saga littéraire qui a inspiré "Game of Thrones" ou regarder Ella Fitzgerald chanter à L'Olympia... l'Ina lance Madelen, sa nouvelle offre de streaming, pour valoriser des milliers d'heures d'archives.

Cette nouvelle plateforme se substituera dans les prochains jours à Ina Premium, la première incursion de l'Institut national de l'audiovisuel dans la vidéo en ligne sur abonnement, lancée il y a cinq ans pour faire découvrir au grand public ses trésors patrimoniaux.

Mais avec une interface proche de celle de Netflix, des partis-pris éditoriaux, une sélection renouvelée chaque jour et des contenus originaux, Madelen est plus ambitieuse et plus aboutie que sa prédecesseuse.

A l'Ina, pas d'algorithme pour recommander des contenus mais une équipe dédiée qui fait vivre les 13.000 programmes choisis "à la main" pour constituer le catalogue.

"En 4 ans, 60.000 personnes se sont abonnées au total à Ina Premium mais elles ne sont pas toutes restées. On s'est dit qu'il y avait quelque chose à faire pour mieux valoriser nos contenus", explique à l'AFP Antoine Bayet, responsable du département des éditions numériques, qui travaille sur ce projet depuis un an.

"Avant, les abonnés venaient chercher un contenu précis, là notre ojectif est de leur faire découvrir des programmes qu'ils ne connaissent pas" et de rajeunir la base d'abonnés, poursuit-il.

Des thématiques autour des émotions ("gros frisson", "attrape coeur", "faut pas pleurer"...), une partie événementielle qui varie en fonction de l'actualité (sur les femmes dans la foulée du 8 mars, politique pour les municipales), des contenus audios (4.000 programmes), des documentaires (1.800), de l'animation, des spectacles... l'offre est éclectique même si les séries et fictions (4.000 titres) sont particulièrement mises en avant.

Nouveaux formats

Lancée à budget constant dans un contexte de restriction des crédits publics, la plateforme a peu de moyens pour se promouvoir et mise sur les réseaux sociaux, où l'Ina compte près de 2 millions de fans, pour gagner de nouveaux abonnés.

L'institut va notamment mettre en avant un nouveau format court dans lequel des personnalités (Zabou Breitman, Michel Hazanavicius, Marie Amachoukeli...) ont carte blanche autour des archives.

Le président de l'Ina, Laurent Vallet, en 2015
Le président de l'Ina, Laurent Vallet, en 2015 ( PATRICK KOVARIK / AFP/Archives )

Madelen dispose tout de même d'un modeste budget pour faire des acquisitions : les abonnés pourront ainsi regarder le film de Wim Wenders "Paris, Texas", ou des oeuvres d'Agnès Varda à l'occasion d'un cycle pour le premier anniversaire de sa mort.

La plateforme compte aussi sur les émissions cultes ("Apostrophe", "Strip Tease"...) dont les extraits font souvent florès sur les réseaux sociaux, et sur une sélection exhaustive de théâtre grâce notamment à un partenariat avec la Comédie Française.

Les programmes vont des années 50 à aujourd'hui, pour une offre à 2,99 euros par mois, disponible via le site et l'application dédiée mais pas sur les box des fournisseurs d'accès à internet pour des raisons budgétaires.

L'Ina, qui assure le dépôt légal de l'audiovisuel et du web, s'est lancé depuis plusieurs années dans une diversification de ses revenus et activités : production audiovisuelle, organisation de concerts, institut de formation et de recherche (avec sa publication La revue des médias)...

Il fournit également des modules pour franceinfo, contribue à la plateforme éducative de l'audiovisuel public, Lumni, et à la plateforme "Culture Prime". Des échanges ont eu lieu avec Salto, la future offre de streaming de France Télévisions, TF1 et M6, et pourront à terme déboucher sur des synergies, précise l'Ina, qui souligne que les promesses éditoriales sont très différentes.

Pour son président Laurent Vallet, "l'Ina, qui s'apprête à rejoindre France Médias, le nouveau groupe audiovisuel public, est devenu aujourd'hui un média patrimonial, c'est-à-dire à la fois un média du temps long qui refuse la dictature de l'immédiateté", "un média citoyen, responsable et inclusif dont les activités de formation se tournent vers les jeunes générations et les publics empêchés" et "un +smart média+, à la fois intelligent et amusant, à l'image de Madelen".

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 08/04/2020

Philippe Brassac, Directeur général du groupe Crédit Agricole S.A et Xavier Musca, Directeur général délégué, ont décidé de renoncer à la moitié de leur rémunération variable due au…

Publié le 08/04/2020

Tarkett a publié un chiffre d'affaires au premier trimestre 2020 en décroissance organique de 2,9% à 612 millions d'euros. Le spécialiste des revêtements de sol et des surfaces sportives précise…

Publié le 08/04/2020

Bureau Veritas recule de 2,3% ce mercredi à 18,55 euros, alors que dans le contexte actuel d'aggravation de la crise sanitaire mondiale, le groupe...

Publié le 08/04/2020

Compte tenu des incertitudes que provoque la crise actuelle, Axway annonce que ses objectifs 2020 sont remis. L'éditeur de logiciels rappelle que 70 % des revenus annuels d’Axway sont récurrents…

Publié le 08/04/2020

Tarkett a précisé que conformément aux dispositions de la réglementation française, l'assemblée générale des actionnaires du 30 avril 2020 se tiendra exceptionnellement à huis clos. Une…