En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 450.92 PTS
+1.06 %
5 449.0
+1.03 %
SBF 120 PTS
4 367.44
+0.94 %
DAX PTS
12 322.11
+0.84 %
Dowjones PTS
26 405.76
+0.00 %
7 490.32
+0.00 %
1.176
+0.77 %

A Toronto, un documentaire sonne l'alarme sur les dangers de l'automatisation

| AFP | 201 | Aucun vote sur cette news
Une affiche du Festival du film de Toronto (TIFF), le 5 septembre 2018, à la veille de l'ouverture
Une affiche du Festival du film de Toronto (TIFF), le 5 septembre 2018, à la veille de l'ouverture ( Matt Winkelmeyer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP )

L'automatisation nous tue, prévient le cinéaste Maxim Pozdorovkin dans son nouveau documentaire "The Truth About Killer Robots" (La vérité sur les robots tueurs), qui sera présenté samedi en première mondiale au Festival du film de Toronto.

Signe de ce que l'avenir réserve peut-être à l'industrie cinématographique, le film est le premier à être raconté par un robot.

Le réalisateur d'origine russe dit surtout s'intéresser "à la façon dont la technologie influence" l'humain, "comment l'automatisation nous transforme. C'est un problème plus profond, fondamental pour qui nous sommes en tant qu'espèce", confie-t-il à l'AFP.

Le film examine les lois encadrant les robots qu'Isaac Asimov avait imaginés dans sa nouvelle intitulée "Runaround" (Cercle vicieux), parue en 1942 et selon laquelle les machines ne doivent pas nuire aux humains.

Il présente les points de vue d'ingénieurs, de journalistes, de philosophes et d'Asimov lui-même, grâce à des images d'archives.

Dans le film, Maxim Pozdorovkin illustre plusieurs accidents mortels causés ces dernières années par des technologies de plus en plus autonomes, comme dans une usine de Volkswagen en Allemagne ou avec des voitures semi-autonomes Tesla aux Etats-Unis. Il aborde également l'affaire de la police de Dallas, qui a choisi en 2016 d'envoyer pour la première fois un robot transportant une bombe pour tuer un tireur ayant abattu plusieurs policiers.

Ces histoires soulèvent de nombreuses questions, mais pour le cinéaste, il est clair que l'automatisation tue des emplois, tout en rendant nos esprits paresseux et en amoindrissant nos rapports aux autres.

"Nous parlons de changements sociétaux importants", note-t-il. "Et je pense que ça va se poursuivre".

Un bon nombre de conséquences sont graduelles, comme dans le cas des camionneurs américains, maintenant obligés d'être assistés par des logiciels de navigation, en échange de moins d'argent sur leur paie.

- Déshumanisation -

"L'automatisation remet peu à peu en question les salaires, les compétences et la dignité des camionneurs et finira pas avoir raison de leur métier", soutient le réalisateur.

Il note que les percées de l'intelligence artificielle et des robots bien au-delà des usines, s'étendent maintenant à des cabinets d'avocats, des pizzerias ou des taxis.

Les avantages économiques sont faciles à comprendre: les robots sont plus rapides et plus productifs. Mais que va-t-il arriver à toutes ces personnes qui perdent leur emploi, interroge-t-il.

Ce qui est plus inquiétant encore, selon John Campbell, un philosophe de l'université de Berkeley en Californie, c'est la "perte de liens authentiques avec une autre personne" qu'entraîne l'utilisation de plus en plus répandue des robots et de l’intelligence artificielle.

Il explique dans le film que des robots conçus pour imiter les émotions humaines --ou pour nous piéger-- risquent de rendre les gens moins empathiques en général.

"En se fiant à la technologie, votre esprit devient plus paresseux", commente dans le film un témoin d'une collision en Floride entre un semi-remorque et une voiture semi-autonome Tesla, dont le conducteur est mort alors qu'il regardait un film.

Après l'utilisation d'un robot pour abattre un tireur en 2016 à Dallas, le chef de la police a demandé au conseil municipal davantage de technologie, et non de policiers, pour faire face aux menaces futures, une demande qui a interpellé le réalisateur.

"Nous devenons plus robotisés", dit un tireur d'élite de la police de Dallas dans le film, qui sera diffusé le 26 novembre par la chaîne HBO.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2018

CAP GEMINI constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Put M238S émis par…

Publié le 20/09/2018

Le SmartVision2 Premium de Kapsys

Publié le 20/09/2018

L’Union européenne hausse le ton face à Facebook. Vera Jourova, la commissaire européenne à la Consommation, a enjoint le groupe américain à se conformer rapidement aux règles de l’UE en…

Publié le 20/09/2018

Visiativ reste entouré pour la deuxième séance consécutive, toujours pénalisé par une publication intermédiaire jugée décevante par le marché...

Publié le 20/09/2018

Jean-Claude Biver, le président de la division montres de LVMH, a affirmé ce jour à l'agence Reuters qu'il renonçait, pour raisons de santé, à ses...