5 361.73 PTS
-0.08 %
5 359.00
-0.03 %
SBF 120 PTS
4 271.33
+0.02 %
DAX PTS
13 121.18
-0.35 %
Dowjones PTS
23 590.83
+0.69 %
6 378.63
+0.00 %
Nikkei PTS
22 523.15
+0.48 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Pourquoi le Crédit Suisse tourne le dos à Carrefour

| Boursier | 569 | 4 par 1 internautes

Rendez-vous lors des résultats annuels pour une barque bien chargée ?

Pourquoi le Crédit Suisse tourne le dos à Carrefour
Credits Reuters

Le Crédit Suisse a sabré sa valorisation de Carrefour, en ramenant son objectif de cours de 21 à 15,50 euros, ce qui conduit l'analyste à réduire de neutre à "sousperformance" sa recommandation. Pour Stuart McGuire, il y a de plus en plus de signes de problèmes structuraux, comme l'ont illustré les résultats intermédiaires. "Je pense que ces problèmes comprennent une sur-dépendance au format hypermarchés, une adoption lente de la vente en ligne à la fois en alimentaire et en non-alimentaire, des dépenses d'investissement élevées et des opérations ultra-étendues", commente le spécialiste, qui s'attend à nouveau à des marges faibles en France en 2018 et qui réduit ses prévisions 2017-2020, justifiant la baisse de l'objectif.

La question des hypermarchés est celle qui préoccupe le plus McGuire, en particulier parce qu'il est sceptique depuis longtemps sur ce format. Ceci dit, il concède que Leclerc, un pure-player des hypers, s'en sort bien. L'analyste estime que c'est parce que le groupe à capitaux privés a mis le paquet sur l'alimentaire en ligne, en s'appuyant sur une forte promotion en faveur du modèle "click and collect". Cette performance est sans doute réplicable par la concurrence, en particulier par Carrefour, mais elle se heurte malgré tout à la captivité élevée des clients de ce type de format.

Du lourd en vue lors des résultats annuels

Le Crédit Suisse pense de surcroît qu'il y a des risques de mauvaises nouvelles lors des prochains mois. En place depuis à peine six semaines, le nouveau PDG a choisi de ne pas "charger la barque" lors de la publication des résultats semestriels, comme il est parfois d'usage de le faire pour faire table rase du passé. Pas d'annonces de fermetures, pas de dépréciations, pas de sortie de certaines activités... des événements qui risquent d'avoir leur place lors de la publication des résultats 2017. L'expérience montre que les réorganisations dans le secteur prennent du temps, à l'image d'un Tesco, qui n'est qu'à la moitié d'un parcours de six ans pour restaurer ses marges. "Carrefour a un certain nombre d'atouts par rapport à Tesco, mais ses problèmes fondamentaux sont à peu près identiques", poursuit Stuart McGuire, qui valorise désormais le distributeur sur la base de 12,5 fois ses résultats attendus en 2018.

Avec le changement de recommandation du Crédit Suisse de ce matin, le dossier n'affiche plus que 28% d'avis positifs, contre 68% il y a un an. L'objectif de cours moyen s'établit désormais à 20,08 euros, contre 27,29 euros le 6 septembre 2016. Le titre se négocie ce matin 16,425 euros, en baisse de -0,6%.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/11/2017

Rubis évolue sur de nouveaux sommets en bourse, en hausse de 2,4% à 59,8 euros en fin de matinée...

Publié le 22/11/2017

Si certains observateurs se plaignent régulièrement de l'impéritie financière d'EDF (+1,4% à 10,195 euros), il semble que dans le financement de la construction de la centrale nucléaire…

Publié le 22/11/2017

Les opérations SRD cesseront le 28 novembre...

Publié le 22/11/2017

Avoir un socle d'actionnaires stable correspond à la nature même de notre métier

Publié le 22/11/2017

Troisième trimestre légèrement inférieur aux attentes

CONTENUS SPONSORISÉS