5 289.86 PTS
-
5 259.5
-0.53 %
SBF 120 PTS
4 239.49
-
DAX PTS
12 487.90
-
Dowjones PTS
24 964.75
-1.01 %
6 779.69
+0.00 %
Nikkei PTS
21 906.98
-0.08 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Fleury Michon : tout n'est pas toujours bon dans le jambon

| Boursier | 189 | Aucun vote sur cette news

Fleury Michon recule de 0,7% sur les 50 euros ce jeudi, après avoir publié ses comptes du 1er semestre 2017...

Fleury Michon : tout n'est pas toujours bon dans le jambon

Fleury Michon recule de 0,7% sur les 50 euros ce jeudi, après avoir publié ses comptes du 1er semestre 2017. Dans un contexte difficile alliant guerre des prix entre acteurs de la distribution et hausse du cours des matières premières, le groupe a enregistré un chiffre d'affaires de 359,8 ME au cours du 1er semestre 2017, en recul de -3,3% par rapport à l'année précédente. Son résultat net consolidé s'inscrit à 1,7 ME, soit une marge nette à 0,5%, en recul par rapport au 1er semestre 2016.

La baisse du résultat opérationnel courant s'explique principalement par la dégradation de ce dernier sur le Pôle 'Libre-Service GMS France'. Sur ce pôle, le résultat opérationnel courant est impacté sur le 1er semestre 2017 par une hausse importante des matières premières. Cette hausse porte principalement sur le jambon de porc qui a atteint des niveaux de cours historiquement élevés. Cette hausse n'a pas été répercutée auprès des clients de la grande distribution au 1er semestre, ce qui a fortement contribué à la dégradation du résultat opérationnel courant du 1er semestre.

Portzamparc parle d'une publication qui confirme le besoin urgent de réformer la filière porcine, des éleveurs aux abattoirs jusqu'à la grande distribution "sans quoi les swings de matières premières ne permettront pas de pérenniser la croissance et la rentabilité". En attendant, cela reste une publication faible bien qu'anticipée à court terme pour Fleury Michon, poursuit l'analyste qui passe sa recommandation à 'Alléger' contre 'Vendre' et maintient son objectif de cours à 47 euros.

Investissements à la clé

Malgré ce contexte, le groupe a intensifié ses investissements de communication au cours du 1er semestre 2017, ce qui a représenté une charge additionnelle d'environ 2,7 ME par rapport au 1er semestre 2016. Cet investissement a permis de déployer plusieurs campagnes (TV, presse, digital) sur les plats cuisinés ainsi que sur les gammes J'aime, Bio et Côté Végétal pour "prendre le leadership sur le Manger Mieux". D'autres campagnes sont également programmées au cours du 2nd semestre.

Sur ce 1er semestre, les Pôles 'International' et 'Ventes avec Services' voient leurs résultats opérationnels reculer, impactés par des effets conjoncturels de baisse d'activité sur certaines entités et des investissements consentis sur les nouveaux projets en développement.

Le résultat opérationnel du groupe s'établit à 3,7 ME, bénéficiant du débouclage favorable et non-récurrent d'un litige. La marge opérationnelle tombe à 1%, contre 3,6% un an plus tôt. Le résultat net ressort quant à lui à 1,7 ME, soit une marge nette de 0,5% contre 2,4% un an avant.
Dans ce contexte de baisse des résultats, la structure financière 'reste solide'. Les capitaux propres, qui s'établissent à 220 ME, sont en amélioration de 10 ME par rapport au 30 juin 2016. Par ailleurs, l'endettement net est de 48,7 ME au 30 juin 2017, en amélioration de 5,5 ME par rapport à la fin 2016. Le gearing s'améliore d'autant de 24% au 31 décembre 2016 à 22% au 30 juin 2017.

Plan de marche

Le groupe travaille à la mise en oeuvre du plan 'Renaissance', qui concerne tant les domaines de l'organisation que le processus d'innovation, l'offre et la compétitivité. Toutes les activités GMS France ont été regroupées dans un Pôle unique 'Libre-Service GMS France' pour un fonctionnement plus cohérent. L'organisation juridique du groupe va être simplifiée avec la fusion de plusieurs filiales au 1er janvier 2018. Les frais de fonctionnement seront réduits. Le processus d'innovation a été réorganisé "pour renforcer la prise en compte des nouvelles attentes du consommateur dans ses différents instants de consommation et accélérer les lancements majeurs". Une première revalorisation des tarifs auprès des clients de grande distribution a été effectuée pour couvrir une partie des hausses des prix des matières premières. Enfin, le groupe compte sur le réexamen des organisations de travail sur cette fin d'année "pour une meilleure adéquation de ces dernières avec l'évolution de notre environnement".

L'ensemble de ces différentes mesures doit permettre au groupe de "retrouver rapidement son niveau habituel de rentabilité". Après trois semestres consécutifs de baisse de la marge opérationnelle courante, cette dernière devrait à nouveau remonter au second semestre 2017 et s'approcher des 2%, estime Fleury Michon.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2018

Gaussin précise leurs modalités financières et le calendrier de réalisation...

Publié le 20/02/2018

"Nous abordons 2018 avec confiance et détermination tout en restant très vigilants sur les évolutions de nos marchés à court terme", dit Christel Bories, PDG du Groupe Eramet...

Publié le 20/02/2018

Drive & Share s'adresse à ceux qui souhaitent bénéficier de la flexibilité que procure la possession d'une voiture, mais qui n'ont pas besoin de l'utiliser régulièrement...

Publié le 20/02/2018

En particulier, 1,71 MdE de travaux vont échoir à Eiffage...

Publié le 20/02/2018

Cette opération s'inscrit dans la stratégie du Groupe BPCE de recentrage dans les secteurs et zones prioritaires de développement...

CONTENUS SPONSORISÉS