5 493.99 PTS
-
5 510.5
-
SBF 120 PTS
4 394.22
-
DAX PTS
13 183.96
-
Dowjones PTS
26 115.65
+1.25 %
6 810.28
+1.09 %
Nikkei PTS
24 047.46
+0.75 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Des sociétés françaises à jouer pour profiter du reflux du dollar

| Boursier | 804 | 4 par 1 internautes

Crédit Suisse fait le point alors que la glissade du greenback semble durable...

Des sociétés françaises à jouer pour profiter du reflux du dollar
Credits Reuters

Comment jouer l'accès de faiblesse du dollar avec de grandes valeurs françaises ? La question mérite d'être posée, puisque le Crédit Suisse pense que le billet vert est entré dans un marché baissier durable, alimenté par plusieurs facteurs. Historiquement, un dollar faible est plutôt bon pour les actions globales, du moins jusqu'à ce que la Fed ait à réagir pour combattre l'inflation, ce qui nécessitera, selon la banque suisse, une dépréciation supplémentaire de 10%. Pour jouer cette situation, il faut miser sur les groupes américains qui réalisent une partie de leurs résultats en euros, comme Activision Blizzard dans les jeux vidéo ou McDonald's dans la restauration rapide. Dans la zone euro, les gagnants relatifs sont la banque, l'immobilier et les transports, tandis que la santé et les biens de consommation de base sont à éviter... mais pas toujours.

Et la France ?

Plus précisément, la vigueur de l'euro profitera aussi aux acteurs corrélés à la demande domestique européenne. Crédit Suisse cite dans ce cas les françaises Crédit Agricole, Klépierre, Vinci et Bouygues, toutes suivies à "surperformance". Dans la catégorie "entreprises européennes avec plus de coûts en dollars que de revenus", figurent Ipsen (16% de revenus pour 40% de coûts, surperformance) et Solvay (27% de revenus et 34% de coûts, surperformance). En revanche, mieux vaut éviter le scénario inverse, comme avec Safran (75% de revenus et 46% de coûts, neutre) ou STMicroelectronics (70% de revenus pour 45% de coûts, neutre). Prudence aussi sur les sociétés qui réalisent une grosse partie de leur chiffre d'affaires aux Etats-Unis, comme Publicis (48%, neutre) et Sodexo (35%, neutre).

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2018

La trésorerie du Groupe au 31 décembre 2017 s'établit à 23,2 ME...

Publié le 17/01/2018

L'opération reste soumise à l'approbation de l'Autorité de la Concurrence...

Publié le 17/01/2018

Apple a annoncé qu'il paierait 38 Mds$ de taxes de rapatriement, ce qui implique que le groupe va ramener aux Etats-Unis la très grande majorité des 253 Mds$ détenu à l'étranger.

Publié le 17/01/2018

T101 est destiné pour une immunothérapie intégrant la technologie de TG1050 de Transgene contre l'hépatite B chronique...

Publié le 17/01/2018

Ce produit est en effet susceptible de générer dans certaines circonstances un risque d'inflammation...

CONTENUS SPONSORISÉS