5 427.19 PTS
+0.75 %
5 422.5
+0.67 %
SBF 120 PTS
4 324.77
+0.69 %
DAX PTS
13 183.53
+0.46 %
Dowjones PTS
24 535.76
+0.61 %
6 388.07
-0.09 %
Nikkei PTS
22 866.17
-0.32 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Dans l'automobile, Bryan Garnier joue Renault et se tient à l'écart de Peugeot

| Boursier | 233 | Aucun vote sur cette news

L'analyste a démarré le suivi du secteur ce matin...

Dans l'automobile, Bryan Garnier joue Renault et se tient à l'écart de Peugeot
Credits Renault-PSA

Bryan Garnier a démarré ce matin le suivi de plusieurs constructeurs européens, avec une préférence pour Renault (achat) et Daimler (achat, le groupe a le vent en poupe), par rapport à BMW (neutre, à cause d'un essoufflement) et PSA (vendre).

Le meilleur reste à venir sur Renault, estime Bryan Garnier, qui a démarré le suivi du constructeur automobile sur une recommandation à l'achat et un objectif de cours de 99 euros. Le groupe français sort d'un cycle complet de renouvellement de sa gamme, et devrait profiter du redémarrage de ses principaux marchés émergents, la Russie et l'Amérique du Sud. En parallèle, l'alliance avec Nissan a accueilli Mitsubishi, ce qui lui permet de monter sur le podium mondial, face à Volkswagen et Toyota. À moyen terme, les synergies mises en place par les trois membres devraient porter leurs fruits. Il existe également un levier sur le marché chinois, où le groupe devrait monter en puissance après un premier échec d'implantation dans les années 90. Actuellement, la valorisation du titre est plutôt intéressante, estime l'analyste Xavier Caroen, compte tenu des objectifs 2022 de Renault, qui prévoit de réaliser plus de 70 milliards d'euros de chiffre d'affaires et une marge opérationnelle d'au moins 7%.

Dans le même temps, le bureau d'études a aussi démarré le suivi de Peugeot, sur une opinion à la vente et une valorisation de 19 euros. Il n'est pas réellement convaincu par la fuite en avant symbolisée par le rachat d'Opel, qu'il ne considère pas comme une opération de rupture, d'autant qu'elle "renforcera le positionnement du groupe sur des marchés qu'il tentait de fuir depuis quelques années". L'acquisition est plus opportuniste que stratégique, estime l'analyste, qui juge que la visibilité est médiocre à court terme, alors que le dossier est richement valorisé par rapport à ses comparables.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2017

ESI France assurera depuis ce site la démonstration et la commercialisation des produits du groupe et notamment de sa solution de Réalité Virtuelle, ESI IC.IDO...

Publié le 12/12/2017

Au titre du contrat de liquidité confié par Figeac Aéro à Louis Capital Market, il a été procédé...

Publié le 12/12/2017

La société Derichebourg annonce avoir déposé son document de référence 2016-2017 auprès de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) le 12 décembre 2017.   Le document de…

Publié le 12/12/2017

Depuis le début de 2017, le volume quotidien moyen échangé sur le titre Fermentalg s'élève à plus de 117 kE...

Publié le 12/12/2017

Le Conseil d'administration d'Essilor, a décidé une augmentation de capital par émission d'un nombre maximal de 350 000 actions ordinaires dont la souscription est réservée aux salariés…

CONTENUS SPONSORISÉS