En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 423.40 PTS
+0.81 %
5 415.0
+0.71 %
SBF 120 PTS
4 346.49
+0.65 %
DAX PTS
12 408.05
+0.62 %
Dowjones PTS
25 758.69
+0.35 %
7 371.42
+0.00 %
1.152
+0.27 %

Casino va devoir réagir à l'offensive de Leclerc dans Paris

| Boursier | 747 | Aucun vote sur cette news

Leclerc veut vendre 15 à 20% moins chez que Monoprix à Paris...

Casino va devoir réagir à l'offensive de Leclerc dans Paris
Credits Reuters

L'action Casino se stabilise à la Bourse de Paris, légèrement au-dessus de 47 euros, après deux séances de baisse marquée. Le titre a marqué le coup à l'annonce de l'arrivée de Leclerc dans Paris. Michel-Edouard Leclerc a jeté un pavé dans la mare en annonçant l'arrivée de sa société à l'intérieur de Paris, avec des prix inférieurs de 15 à 20% aux acteurs en place, essentiellement Monoprix et Leader Price (Casino) et Carrefour Market. L'offre "Leclerc chez Moi" devrait être lancée au printemps en s'appuyant sur des drives piétons et des dépôts vente.

La menace n'est pas à prendre à la légère, selon Laurence Hoffmann, chez Oddo BHF. "La bataille de Paris, que nous craignions pour Casino, est lancée", souligne l'analyste, qui rappelle que le groupe de Jean-Charles Naouri détient environ 60% du lucratif marché parisien et que Monoprix pèse 55% du résultat opérationnel du distributeur. Carrefour, avec 20% de parts de marché, sera aussi affecté. Si Leclerc parvient effectivement à proposer des prix 15 à 20% moins chers, la distribution alimentaire parisienne risque de connaître un sérieux chamboulement. La spécialiste rappelle que Monoprix affiche des prix à un indice 118 par rapport à la moyenne, ce qui en fait l'enseigne la plus chère de France (les Franprix parisiens seraient à l'avenant) et que Carrefour est entré dans la bataille en visant des prix inférieurs de 5% à ceux de Monoprix, ce qui équivaut à un indice 112. Si Leclerc va au bout de ses intentions, il débarquerait... avec un indice 100 ! De quoi crédibiliser les rumeurs de partenariat entre Monoprix et Amazon Now relayées par LSA en début de semaine, selon Laurence Hoffmann, "malgré un certain nombre d'antagonismes", car Monoprix ne peut se permettre d'attendre la concrétisation de son partenariat avec Ocado, prévue dans deux ans. L'analyste est neutre sur les deux dossiers, avec Casino valorisé 44 euros et Carrefour valorisé 19 euros.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/08/2018

Les marchés européens progressent désormais après un début de séance en léger repli. Ils avaient été initialement pénalisés par le recul du dollar contre l’euro après les nouvelles…

Publié le 21/08/2018

Copyright GlobeNewswire Les annexes de ce communiqué sont disponibles à partir de ce lien : http://hugin.info/143549/R/2212106/862349.pdf Information réglementaire Ce…

Publié le 21/08/2018

Medtronic bondit avant bourse à Wall Street, suite aux publications financières trimestrielles...

Publié le 21/08/2018

Le groupe recevra 11,6 M$ à titre de réparation

Publié le 21/08/2018

Renault (-0,33% à 72,56 euros) accuse le plus lourd repli du CAC 40, dans le sillage d’une note de Berenberg. Ainsi, l’analyste a réduit son objectif de cours de 82 à 76 euros sur le titre…