5 281.29 PTS
-0.22 %
5 274.00
+0.32 %
SBF 120 PTS
4 220.10
-0.24 %
DAX PTS
12 592.35
-0.17 %
Dowjones PTS
22 349.59
+0.21 %
5 932.32
+0.47 %
Nikkei PTS
20 296.45
+0.52 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Barclays tire la sonnette d'alarme sur les actions, et puis finalement pas

| Boursier | 203 | Aucun vote sur cette news

La banque a quelques réticences à jouer la hausse. Mais elle les surmonte.

Barclays tire la sonnette d'alarme sur les actions, et puis finalement pas
Credits Reuters

Alors, ça va continuer à monter ? La banque Barclays n'est plus vraiment à l'aise avec la tendance haussière des marchés, et elle ne se prive pas de le dire ce matin. Mais elle se déclare "inconfortablement haussière", c'est-à-dire haussière quand même. Jusqu'à présent, les stratèges maison ne s'en faisaient pas trop, mais cette époque est révolue depuis qu'ils se sentent "un peu inconfortables" avec la situation actuelle. "La spirale haussière actuelle des actions mondiales est quasiment la plus forte jamais enregistrée, battue seulement par la bulle internet au niveau de la durée, et par les années quatre-vingt au niveau de la férocité", expliquent Dennis Jose, Jason Hart et Sarah Wilkinson, qui pilotent la stratégie de la banque. Mais les valorisations globales et européennes sont à peine éloignées des planchers de 2003, les perspectives de résultats n'ont jamais été aussi élevées depuis cinq ans et les perspectives apparaissent relativement sereines... Alors qu'est-ce qui provoque ce coup de spleen chez Barclays ?

C'est avant tout le marché actions américain, qui paraît très cher payé. Le PE Shiller est positionné autour de 30, un niveau qui n'a été dépassé que deux fois dans l'histoire. Avant la grande dépression de 1929 et durant la bulle spéculative internet en 2000. Cela donne à réfléchir, d'autant qu'une baisse du marché américain aurait fatalement des répercussions en Europe. Jose, Hart et Wilkinson nuancent en soulignant que le niveau du PE Shiller ne signifie pas nécessairement que la chute est imminente : durant la flambée internet, le multiple de 30 avait été atteint dès 1997, mais il a fallu attendre 2000 et un multiple de 42 pour que tout s'effondre.

Mais comment expliquer de telles valorisations à Wall Street ? Par des facteurs de confort pour les investisseurs eux aussi anormalement favorables. Inflation faible et stable, croissance du PIB stable, politique monétaire accommodante et rentabilités élevées. Un cocktail particulièrement porteur. Et si les stratèges de Barclays tremblent, ce n'est pas le cas de l'équipe macroéconomique de la banque, qui pense que le contexte porteur sera encore présent en 2018, à moins d'une poussée d'inflation ou d'une chute de la rentabilité des entreprises. Finalement, le trio relativise ses inquiétudes choisissant de considérer la bouteille à moitié pleine : si la valorisation des actions américaines tient, que le contexte reste porteur et que la rentabilité des entreprises européennes est en train de combler l'écart avec leurs homologues d'outre-Atlantique, le scénario le plus vraisemblable est encore une remontée des ratios européens et donc une période positive pour les marchés actions du vieux continent.

Barclays voit un STOXX 600 à 400 points en fin d'année, soit un potentiel de 5% sur les niveaux actuels. Il recommande les biens de consommation discrétionnaire, l'énergie, les financières, les industrielles et les télécoms, mais se méfie de la consommation de base, de la santé et des utilités. On trouve toujours plusieurs valeurs françaises dans son portefeuille de référence, en l'occurrence AccorHotels, Total, Axa, Crédit Agricole, Rexel, Vinci et Orange, soit 17% des 42 noms.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/09/2017

Lors de l’Assemblée Générale Mixte des actionnaires d'Ubisoft, ces derniers ont approuvé toutes les résolutions à l'ordre du jour. Ils ont notamment approuvé le renouvellement des mandats…

Publié le 22/09/2017

La société Edify a conclu la totalité du capital de Thermo Technologies, holding de contrôle de Thermocompact, conformément à sa stratégie d'investissement dans des entreprises de taille…

Publié le 22/09/2017

Trigano a acquis 85% du capital de la société Protej d.o.o, propriétaire du Groupe Adria. Les 15% restants sont conservés par l'équipe de management d'Adria et pourront être acquis par Trigano…

Publié le 22/09/2017

      Information Réglementée                                                              …

Publié le 22/09/2017

Alstom a confirmé l'existence de discussions avec Siemens relatives à un possible rapprochement entre Alstom et la division Mobility de Siemens. "Aucune décision finale n'a été prise, les…

CONTENUS SPONSORISÉS