En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 256.85 PTS
-0.25 %
5 247.50
-0.23 %
SBF 120 PTS
4 158.12
-0.34 %
DAX PTS
11 349.69
-0.13 %
Dowjones PTS
25 562.31
+0.24 %
7 322.93
-0.04 %
1.132
+0.22 %

La troisième phase de la mondialisation a commencé

| OPCVM 360 | 319 | Aucun vote sur cette news
La troisième phase de la mondialisation a commencé
Credits  ShutterStock.com

Toutefois, des années 1820 à 1990, la révolution industrielle a permis à l’Europe de l’ouest puis aux États-Unis d’accroître graduellement leur production. La part du G7 dans le PIB mondial a alors bondi de 20 % à plus de 60 % et celle de la Chine a chuté mécaniquement de 50 % à 5 %. La spectaculaire croissance de l’économie chinoise ces 30 dernières années a rééquilibré la situation : la Chine et l’Inde représentent aujourd’hui 20 % et le G7 moins de 40 %.

Quelle étape après la délocalisation et l’externalisation ?

Jusqu’ici, la mondialisation s’est déroulée en deux vagues.

  • La première a été alimentée par la forte baisse des coûts de transport relatifs. Cela a permis de dissocier la production de la consommation, les biens étant produits là où l’avantage comparatif était le plus grand et consommés là où la demande de biens était la plus forte. Les échanges ont explosé, le revenu mondial a augmenté et les avantages économiques ont été largement répartis.
  • La deuxième vague a été alimentée par l’essor des technologies de l’information et de la communication. Cela a permis de dissocier le capital intellectuel de la production au moyen de l’externalisation et de la délocalisation vers des centres de production à bas coûts, et donc plus rentables. La répartition des avantages est devenue moins équitable : elle a davantage profité aux entreprises et au capital.
Redéfinir les forces : télétravail à l’échelle mondiale et « télé-migration »

Dans la troisième étape, les technologies numériques et la robotique permettent la prestation de services transfrontaliers, les prestataires basés dans un pays travaillant depuis un bureau virtuel dans un autre, affirme Richard Baldwin. L’économie de cette organisation du travail – le télétravail à l’échelle mondiale – est séduisante étant donné les écarts de salaires substantiels d’un pays à l’autre. La traduction automatique permettra quant à elle de faire tomber la barrière de la langue.

Les répercussions de cette « télé-migration » sont profondes et imprévisibles : des secteurs tels que l’enseignement, les services médicaux et le droit pourraient être bouleversés, non seulement par l’arrivée de services transfrontaliers, mais aussi en raison de la pression sur les coûts induite par l’intensification de la concurrence internationale.

Ces forces de rupture redéfiniront certains secteurs, stimuleront l’innovation et comporteront de nouveaux risques pour les acteurs historiques. Les marchés émergents devraient en profiter davantage que les pays développés étant donné leur degré d’ouverture plus important, leur envie et l’agilité qui leur permet de saisir les opportunités offertes par la mondialisation et un potentiel de croissance supérieur à celui des marchés développés. En revanche, dans de nombreux pays développés, la population est opposée à la mondialisation car elle redoute des destructions d’emplois et la perte de leur suprématie (économique et politique) face aux puissances montantes.

Lire la suite

 ■
Les recommandations diffusées sur le site Bourse Direct sont des recommandations d'investissement à caractère général soumises aux dispositions législatives et réglementaires applicables aux communications à caractère promotionnel. Elles ne constituent en aucun cas un conseil personnalisé. Le client reconnaît et assure donc seul la responsabilisé de ses actes de gestion et des conséquences des positions prises ou non.
Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/03/2019

Florent Menegaux, qui prendra ses fonctions de président de Michelin à l'issue de l'Assemblée Générale du 17 mai prochain, a souhaité mettre en place un comité exécutif groupe (CEG) resserré.…

Publié le 25/03/2019

Lundi 25 mars 2019TRIGANOLe spécialiste des camping-cars publiera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre.Mardi 26 mars 2019NEOPOSTLe spécialiste du traitement du courrier et des consignes…

Publié le 25/03/2019

Cure d'austérité

Publié le 25/03/2019

  Informations relatives au nombre total de droits de vote et d'actions prévues par l'article L. 233-8 II du Code de commerce et l'article 223-16 du Règlement…

Publié le 25/03/2019

Ladislas Paszkiewicz est nommé directeur de la communication financière du groupe Total à compter du 1er juillet 2019, annonce le géant pétrolier...