5 319.17 PTS
-
5 307.50
-0.09 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-
DAX PTS
12 993.73
-
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
+0.00 %
Nikkei PTS
22 376.17
-0.09 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

L'E-conoclaste: Octobre 2017

| OPCVM 360 | 42 | Aucun vote sur cette news
L'E-conoclaste: Octobre 2017
Credits  ShutterStock.com

 

LA CITATION DU MOMENT

 

« Le prix des actions a atteint ce qui paraît être un haut plateau permanent. »

Irving Fisher (1867-1947), Economiste américain.

 

L'ACTU EN CHIFFRES

 

1 086 milliards : est le volume de transactions sur mobile en équivalent euros effectuées par les chinois en 2016, un montant qui ne vous dit probablement rien mais sachez que c'est 70 fois plus qu'aux Etats-Unis et cela représente déjà 10% des transactions totales en Chine.

8 milliards : est la somme des revenus d'intérêts en euros issus des emprunts d'Etat grecs entre 2012 et 2016 rachetés dans le cadre du programme de soutien aux pays en crise enregistré par l'Eurosystème soit l'ensemble des 19 banques centrales de la zone euro.

32% : est la part de marché des compagnies low cost dans le trafic des aéroports français en 2016 (+2% par rapport à 2015). La compagnie EasyJet représente à elle seule 42% du trafic, avec plus de 20 millions de passagers.

 

LE SELFIE DU MOMENT

 

 

MARCHES ET DECRYPTAGE

 

Comme quoi les anglais ne seraient pas si éloignés des écossais qu'on le dit

 

Toujours rien, no future, l'impasse totale après un cinquième round de tractations!

Le bras de fer continue entre européens et britanniques, ces derniers, avares comme leurs soi-disant voisins du nord, ne voulant rien « lâcher » pour larguer les amarres ou plutôt seulement 20 milliards quand les européens en réclament minimum le triple.

On semble se diriger vers une sortie du Royaume-Uni sans accord commercial avec l'UE ce qui pèsera à terme sur les investissements des entreprises, alors que la consommation souffre déjà de l'inflation et des faibles hausses de salaires.

Ce manque de visibilité sur l'économie outre-Manche, au grand désespoir du patronat anglais, s'explique par l'incapacité de Theresa May à adopter une ligne claire tiraillée qu'elle est entre une opinion publique réticente à voir ses impôts augmenter et cette même force impatiente de voir se concrétiser ce vaste et complexe chantier du Brexit.

 

En attendant la BCE

 

Les marchés européens avancent dans le brouillard à pas comptés, estimant probable une réduction des enveloppes d'achats de 60 Mds mensuels à 40 voire 30 dès janvier prochain au grand dam des allemands qui souhaitent une sortie plus rapide de ces outils non conventionnels qui maintiennent les taux négatifs.

Mario Draghi doit préciser ses intentions le 26 octobre mais espère en se donnant du temps que les politiques budgétaires des pays de la zone euro (s'agissant du désendettement, des réformes structurelles et fiscales bien entendu) s'ajustent préalablement à la perspective de remontée des taux.

Des pays tels l'Italie sont particulièrement visés par les mises en garde répétées du patron de la BCE, pays déjà fragilisé par un système bancaire en pleine recomposition.

 

Janet toujours émerveillée

 

La patronne de la Fed, Janet Yellen voit l'inflation décoller en 2018 en raison de la vigueur du marché du travail et les hausses de salaire induites, contrairement à cette année qui fut avec l'exceptionnelle baisse du chômage au plus bas depuis 2001 une véritable surprise pour elle.

Par ces mots prononcés lors du 30ème séminaire bancaire international à Washington du 18 octobre dernier, la Fed prépare le marché à la dernière hausse de taux de cette année, mouvement anticipé par le marché à 84% en décembre (+0.25%).

Au sujet de la valorisation des marchés, Yellen a répondu que la stabilité des marchés ne dépendait pas seulement du prix des actifs mais aussi de l'environnement de taux bas, une manière sans doute de prévenir de l'effet potentiellement déstabilisateur des futures hausses de taux

 

Le nouvel empereur II

 

Le 19ème Congrès quinquennal du parti communiste chinois qui verra le nouveau sacre du maitre omnipotent Xi Jinping ne devrait pas logiquement bouleverser la politique économique menée depuis 5 ans, la stabilité politique et sociale demeurent des priorités même si de conséquents dossiers restent à entreprendre telles la réduction de la dette publique et privée, la réforme des entreprises d'Etat surcapacitaires et peu rentables, l'ouverture de ses marchés intérieurs aux étrangers (via les appels d'offres) et de ses marchés de capitaux.

Le PIB T3 chinois est ressorti à 6,8% en léger recul par rapport au trimestre précédent à 6,9% mais supérieur à la croissance estimée pour 2017 de 6,5%, un plus bas de 26 ans en raison d'une économie majoritairement axée sur les services, à l'occidentale, et d'une volonté affirmée du gouvernement à accélérer le désendettement public et stopper la spéculation immobilière.

 

Cata-logne :

 

Apres un discours devant les parlementaires espagnols médusés qui restera mémorable par sa clarté et son éloquence, Carlès Puigdemont, président de la Catalogne, demande un délai de 2 mois pour négocier les termes de l'indépendance de la province barcelonaise.

Comment dit-on comedia del arte en espagnol ?

Dans ce tohu-bohu « croquignolesque » (pour reprendre une formule présidentielle revue et corrigée), plus de 700 entreprises ont préféré déjà délocaliser leur siège social hors de Catalogne dont deux des 5 principales banques à savoir CaixaBank et Banco Sabadell, deux principaux responsables indépendantistes ont été mis très rapidement en détention provisoire pour sédition et Madrid a mis la pression sur le leader indépendantiste Puigdemont en exigeant de lui qu'il se prononce d'ici jeudi 19 octobre pour dire si oui ou non l'indépendance est proclamée tant le message fut clair Puigdemont a finalement affirmé jeudi que l'indépendance n'était pas déclarée.

Bref, selon la formule consacrée, si vous m'avez compris c'est que je me suis mal exprimé.

En conséquence, l'autonomie de la région est désormais suspendue par l'Espagne et Barcelone est comme mise sous la tutelle de Madrid avec l'entrée en vigueur de l'article 155, totale humiliation pour les indépendantistes. Retour au franquisme diront-ils tout en nuance.

La crispation est à son comble et il est à craindre au final que toute la classe politique espagnole en ressortira affaiblie.

 

Pourquoi tant de courbettes d'excuses pour au final si peu de résultats?

 

Un nouveau scandale « Made in Japan » avec Kobe Steel :

 

Après les comptes truqués d'Olympus en 2011, de Toshiba en 2015, les retentissants airbags à l'explosivité dissimulée de l'ex-numéro 2 mondial Takata (la plus grosse faillite d'après-guerre survenue en juin dernier au terme d'une lente agonie financière de près de 2 ans et menant au décès de 16 automobilistes recensés) puis les falsifications de performances des véhicules Mitsubishi (2016) et Nissan (le mois dernier), Kobe Steel, le N°3 de la sidérurgie nipponne rejoint à son tour la longue liste d'entreprises quasi centenaires ébranlées sur leurs bases voire anéanties par des falsifications de données.

L'aciériste japonais aurait livré ces dernières années (mais cela aurait commencé il y a 50 ans ) des milliers de tonnes de composants en acier, aluminium et cuivre en ne respectant pas les cahiers des charges de très nombreux clients, plus de 500 dans le monde, dans des domaines variés de l'industrie aéronautique, automobile et ferroviaire mettant potentiellement en péril la sécurité de nombreux usagers.

La crédibilité du groupe est aujourd'hui réduite à néant, à l'image du cours boursier qui a perdu 40% en une semaine suspendant son vol telle une enclume.

Les déboires de Kobe Steel ont fait les beaux jours de petits collègues tel Arcelor +15% en une semaine, valeur confortée également par la publication chinoise record d'importations de fer à plus de 100 Mt et des perspectives encourageantes publiées par la World Steel Association de +2% sur la demande mondiale en 2018 tirée par la Chine (+3% pour ses propres besoins) qui représente 50% du secteur.

 

 

Démissions, excuses et enquêtes diligentées en haut lieu maintes fois répétées dans l'histoire récente ne suffisent pas à mettre un terme définitif à ces failles de gouvernance dans les grands groupes de l'archipel.

On touche là le c ur même de l'organisation de l'entreprise et son articulation avec la société nippone où les cadres vieillissants souvent dévoués corps et âmes pour la vie à leurs firmes (pour les plus grande) subissent une pression telle pour tenir des objectifs souvent irréalistes qu'ils préfèrent étouffer des erreurs commises ou des initiatives illicites plutôt que de les révéler pour ne pas contrarier le supérieur hiérarchique, ou l'ordre établi, par honneur tout simplement ambiance « stupeur et tremblements ».

Le Japon n'a certes pas le monopole de la dissimulation en matière commerciale et l'affaire récente du « dieselgate » qui a touché tous les pays occidentaux est là pour nous le rappeler.

Mais il est vrai que la réputation de qualité japonaise n'est plus reconnue comme au-dessus de tout soupçon comme au temps jadis et l'intensification de la concurrence en général qui accroit la pression sur l'obsolescence des produits et les marges des entreprises laisse peu de temps au pays pour réformer ses bases sociales séculaires.

En dépit de ce tableau un peu noir de l'économie japonaise, la bourse japonaise reste recherchée actuellement relativement à sa valorisation attractive au regard des autres places et historiquement en phase de remontée des taux américains, les valeurs nipponnes ont toujours été les grandes bénéficiaires de la cote. Techniquement, l'indice Nikkei tutoie actuellement des seuils psychologiques à 21 500 points, ligne de cou du dernier pic historique de décembre 1989. Autant dire un bon appel d'air pour allez, soyons fous d'oser l'écrire, rejoindre les points hauts à 39 000 points après les 140% de hausse déjà effectués ces 5 dernières années. Même si on y croit assez peu.

 

Rédigé parChristophe Gautier, Equipe de Gestion ACTIS AM.

Ce document est un document non contractuel, strictement limité à l'usage privé du destinataire, diffusé à des fins d'information et ne saurait en aucun cas s'interpréter comme constituant une offre de vente ou sollicitant une offre d'achat de titres qui y sont mentionnés. L'opinion formulée dans le présent document ne saurait en aucun cas se substituer au jugement de son destinataire. Les informations fournies dans ce document n'ont aucun caractère exhaustif et leurs précisions ne peuvent être garanties. Les appréciations formulées reflètent l'opinion d'Actis AM à la date de publication et sont susceptibles d'être révisées ultérieurement.

Plus de détails sur notre site : http://www.actis-am.com

 

 

 

 ■
Les recommandations diffusées sur le site Bourse Direct sont des recommandations d'investissement à caractère général soumises aux dispositions législatives et réglementaires applicables aux communications à caractère promotionnel. Elles ne constituent en aucun cas un conseil personnalisé. Le client reconnaît et assure donc seul la responsabilisé de ses actes de gestion et des conséquences des positions prises ou non.
Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2017

La banque a présenté son plan stratégique pour les trois prochaines années, avec des objectifs ambitieux de développement...

Publié le 19/11/2017

  Paris, le 19 novembre 2017 « New Dimension » 2018-2020 « deepen, digitalize, differentiate »     Principaux objectifs financiers 2020 croissance des revenus de 5%…

Publié le 20/11/2017

  Marché prometteur avec un nombre estimé de 300.000 hommes espagnols avec un taux de PSA élevé  Le test urinaire moléculaire non-invasif de MDxHealth démontre…

Publié le 17/11/2017

Gennevilliers, le 17 novembre 2017, Communiqué de presse Réalisation définitive de la fusion-absorption par Prologue de sa filiale Imecom…

Publié le 17/11/2017

Les fluctuations d'activité rencontrées par le fret ferroviaire n'ont pour l'instant pas d'impact sur l'activité de la société...

CONTENUS SPONSORISÉS