En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
-
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.00 %

2019 : Un premier trimestre sous le signe de la colombe

| OPCVM 360 | 88 | Aucun vote sur cette news
2019 : Un premier trimestre sous le signe de la colombe
Credits  ShutterStock.com
2019: Doves abound in the first quarter

Après la pause dans le cycle de durcissement annoncée en janvier par la Réserve fédérale américaine, et confirmée en mars, et les nouvelles mesures d’assouplissement des dirigeants chinois (longuement abordées ici), la BCE est aussi devenue plus conciliante.

En d’autres termes, le revirement des banquiers centraux est bien réel et englobe à présent les principales économies du monde, même si leur ton et leurs marges de manœuvre diffèrent :

  • En Chine, la PBoC a abaissé le montant des réserves obligatoires pour les banques bien plus qu’en 2015/2016. Elle pourrait encore assouplir sa politique sur plusieurs plans. La politique budgétaire reste aussi favorable.
  • En Europe, la BCE s’est montrée plus conciliante en mars et a annoncé une nouvelle opération TLTRO pour soutenir les banques régionales. Il est peu probable que sa marge de manœuvre soit beaucoup plus élevée, en particulier si la personne qui remplacera le président Draghi cette année fait preuve de plus de fermeté. Bien qu’il soit possible d’assouplir la politique budgétaire, les obstacles politiques sont élevés.
  • Après avoir signalé une pause et s’être déclarée prête à faire usage de son bilan si nécessaire, la Fed a confirmé son point de vue en :
  • ajustant son tableau des projections pour ne plus prévoir aucune hausse des taux en 2019 et juste une en 2020 (Encadré 1)
  • revoyant à la baisse ses prévisions de croissance et d’inflation
  • en réduisant plus modérément son bilan à partir de mai (passant ses rachats à 15 milliards de dollars par mois, contre 30 milliards actuellement) pour s’arrêter complètement en septembre.
  • Autre point important, la Fed a déclaré qu’elle accordait plus d’importance à l’inflation, ce qui rendra plus difficile un futur durcissement de ton. Concernant ses capacités supplémentaires, il nous semble évident que la Fed est labanque centrale la plus fournie en « munitions » pour assouplir sa politique si nécessaire.

    Lire la suite

     ■
    Les recommandations diffusées sur le site Bourse Direct sont des recommandations d'investissement à caractère général soumises aux dispositions législatives et réglementaires applicables aux communications à caractère promotionnel. Elles ne constituent en aucun cas un conseil personnalisé. Le client reconnaît et assure donc seul la responsabilisé de ses actes de gestion et des conséquences des positions prises ou non.
    Votez pour cet article
    0 avis
    Note moyenne : 0
    • 0 vote
    • 0 vote
    • 0 vote
    • 0 vote
    • 0 vote
    CONTENUS SPONSORISÉS
    À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
    Publié le 18/04/2019

    Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

    Publié le 18/04/2019

    Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

    Publié le 18/04/2019

    Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

    Publié le 18/04/2019

    L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

    Publié le 18/04/2019

    Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…