5 517.79 PTS
+0.42 %
5 522.0
+0.49 %
SBF 120 PTS
4 417.14
+0.51 %
DAX PTS
13 410.36
+0.97 %
Dowjones PTS
26 017.81
-0.37 %
6 811.38
+0.00 %
Nikkei PTS
23 808.06
+0.19 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les valeurs du jour à Wall Street - Réaction contrastée aux résultats de JPMORGAN et WELLS FARGO

| AOF | 133 | Aucun vote sur cette news
Les valeurs du jour à Wall Street - Réaction contrastée aux résultats de JPMORGAN et WELLS FARGO
Credits  ShutterStock.com


JPMorgan et Wells Fargo ont été les premières banques américaines à dévoiler leurs résultats du quatrième trimestre cet après-midi. L’accueil a été mitigé, le titre de la première gagne 0,89% à 111,83 dollars grâce à une performance meilleure que prévu tandis que celui de la seconde reculait de 0,63% à 62,61 dollars en raison de l’enregistrement d’une charge pour litige de 3,25 milliards de dollars. Première banque américaine par la taille du bilan, JPMorgan a enregistré un recul de 37% de son bénéfice net à 4,23 milliards de dollars, soit 1,07 dollar par action.

Ses comptes ont été pénalisés par une charge de 2,4 milliards de dollars liée à la réforme fiscale américaine, qui se traduit notamment par une baisse de la valorisation des crédits d'impôts. Corrigé des éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 1,76 dollars, dépassant de 7 cents le consensus Reuters.

Ses revenus ont pour leur part progressé de 5% à 25,45 milliards de dollars, dépassant également les attentes du marché : 25,15 milliards de dollars. JPMorgan a bénéficié de la progression de 10% du produit net bancaire de son activité de banque de détail à 12,07 milliards de dollars.

Le numéro un américain du crédit immobilier, Wells Fargo, a lui présenté des profits en hausse. Sur les trois derniers mois de 2017, la banque a réalisé un bénéfice net de 6,15 milliards de dollars, soit 1,16 dollar par action, contre 5,27 milliards de dollars, soit 96 cents par action, un an plus tôt. Ses comptes ont bénéficié d'un produit exceptionnel lié à la réforme fiscale s'élevant à 3,35 milliards de dollars. Wells Fargo fait exception dans le secteur bancaire aux Etats-Unis en disposant de passifs d'impôts et non de crédit. La baisse du taux d'imposition entraîne une dépréciation de ses passifs.

La mauvaise nouvelle est venue de la charge avant impôts pour litiges de 3,25 milliards de dollars. Elle concerne l'affaire des comptes fictifs et des enquêtes à propos de ses pratiques dans la vente de crédits immobiliers avant la crise financière.

Wells Fargo a enfin fait état d'un produit net bancaire en augmentation de 2% à 22,10 milliards de dollars.

source : AOF

 ■

2018 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 19/01/2018

En hausse de 0,5% à 5.525 points en fin de matinée, l'indice parisien n'affiche qu'un parcours quasi stable sur la semaine

Publié le 19/01/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 19/01/2018

Enfin ! Après près de 6 années de recul, les ventes d’IBM ont de nouveau progressé au quatrième trimestre. Les revenus ont progressé de 3,5% à 22,5 milliards de dollars, dépassant le…

Publié le 19/01/2018

A une encablure des 5...

Publié le 19/01/2018

A Wall Street, l’accentuation de la tension sur les taux a donné l’occasion de prises de bénéfices.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2018

La nouvelle solution unira Keenaï, CyPRES et CyFence...

Publié le 19/01/2018

Afin d’accompagner son développement, Alten recrutera tout au long de 2018, 3 800 nouveaux collaborateurs, soit des prévisions de recrutement qui font un bond de 25% par rapport à 2017. Le groupe…

Publié le 19/01/2018

Des soucis en rafale...

Publié le 19/01/2018

Le broker vise 67 euros à présent sur le titre

Publié le 19/01/2018

Deux grosses applications négociées...

CONTENUS SPONSORISÉS