En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 654.36 PTS
-0.33 %
5 648.00
-0.43 %
SBF 120 PTS
4 455.04
-0.42 %
DAX PTS
12 662.66
+0.06 %
Dow Jones PTS
27 025.88
+0.09 %
7 942.14
+0. %
1.113
+0.05 %

La valeur du jour à Paris RENAULT confirme ses objectifs pour 2019

| AOF | 467 | Aucun vote sur cette news
La valeur du jour à Paris RENAULT confirme ses objectifs pour 2019
Credits Juliuskielaitis  ShutterStock.com


Renault progresse de 3,32% à 61,54 euros sur la place de Paris, dans le sillage de sa publication du premier trimestre. Le constructeur au losange a mieux réussi son grand oral que son éternel concurrent PSA, dont les performances trimestrielles ont été sanctionnées hier par les investisseurs. De son côté, UBS a réitéré son opinion Neutre sur Renault, ainsi que son objectif de cours de 58 euros.

Sur les trois premiers de l'année, Renault a réalisé un chiffre d'affaires de 12,527 milliards d'euros, en repli de 4,8 % à données publiées et de 2,7% à taux de change et périmètre constants. Le consensus FactSet visait légèrement plus à 12,733 milliards d'euros.

Au total, Renault a écoulé 908 348 véhicules sur le premier trimestre. Ces ventes sont en baisse de 5,6 %, sur un marché mondial qui décroît de 7,2 %.

En Europe, les ventes du groupe sont en hausse de 2% sur un marché en baisse de 2,4 %, notamment grâce à la bonne performance de Clio, Nouveau Duster, Zoé et des véhicules utilitaires.

A l'international, Renault est pénalisé par l'arrêt des ventes en Iran, suite à la mise en place des sanctions américaines depuis août 2018, mais également en Argentine et en Turquie.

Du côté des perspectives de marché pour 2019, le climat reste globalement morose. Renault anticipe un marché mondial en repli d'environ 1,6 %, contre une stabilité auparavant. Le marché européen est attendu stable hors " hard Brexit ". A l'international, le marché russe devrait connaître une hausse de l'ordre de 3 % et le marché brésilien devrait croître de 10 %.

Dans ce contexte délicat, Renault a toutefois confirmé ses objectifs annuels. Le groupe vise un chiffre d'affaires en hausse (à taux de change et périmètre constants), une marge opérationnelle de l'ordre de 6% et un free cash-flow opérationnel de l'Automobile positif.

Renault entend profiter du lancement des nouveaux modèles, avec la Nouvelle Clio en Europe, Arkana en Russie, Triber en Inde et City K-ZE en Chine.

Enfin, une nouvelle information de presse a circulé aujourd'hui sur les marchés. Selon le journal japonais Nikkei, Renault devrait proposer à son partenaire Nissan de créer une compagnie holding commune au sein de laquelle les deux constructeurs désigneront un nombre équivalent d'administrateurs.

source : AOF

 ■

2019 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2019

Dans de très gros volumes, Spineway plonge de 15% à 0,007 euro à la mi-journée, plombé par ses dernières annonces...

Publié le 18/10/2019

Renault, Danone et Thales ont abaissé leurs prévisions 2019

Publié le 18/10/2019

La société est spécialisée dans le développement de solutions pour les emballages standards et personnalisés dans le secteur des produits de beauté...

Publié le 18/10/2019

BNP Paribas pourrait profiter des difficultés de la Deutsche Bank pour récupérer d'autres actifs de la première banque allemande...