En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 100.39 PTS
+1.02 %
6 094.00
+0.99 %
SBF 120 PTS
4 797.50
+0.89 %
DAX PTS
13 508.82
+0.59 %
Dow Jones PTS
29 299.30
+0.01 %
9 121.84
-0.03 %
1.109
-0.41 %

La valeur du jour à Paris PERNOD RICARD : smooth Tuesday

| AOF | 162 | Aucun vote sur cette news
La valeur du jour à Paris PERNOD RICARD : smooth Tuesday
Credits  ShutterStock.com


Pas de "dry January" pour Pernod Ricard qui progresse de plus de 2% à 166,10 euros, soutenu par Jefferies. Ce dernier a confirmé sa recommandation d'Achat et son objectif de cours de 182 euros sur le numéro deux mondial des vins et spiritueux dans la perspective des résultats semestriels, le 13 février prochain. Globalement, le broker, comme le marché, s'attend à un ralentissement de la croissance des ventes et du résultat opérationnel. Rien de grave tant la base de comparaison est défavorable.

Le premier semestre 2019 du groupe familial avait été excellent. " Le meilleur semestre depuis huit ans ", s'était réjouit à l'époque le patron, Alexandre Ricard. Une aubaine liée à la soif retrouvée des Chinois et des Indiens après une période de, relative, abstinence.

Désormais, ces deux pays clefs ont retrouvé leur rythme de consommation de croisière. Ainsi, le consensus table sur une croissance organique de l'Ebit de 3% (+3,1% chez Jefferies) après +12,8% au premier semestre 2019.

Pour l'exercice complet, observe le broker, le marché est plus prudent qu'auparavant puisqu'il vise une croissance organique de l'Ebit de 6,2% contre +7,9% fin septembre. Pernod Ricard, lui, anticipe une croissance comprise entre 5% et 7%.

Dans cadre, le consensus comme Jefferies prévoient une accélération des résultats au second semestre, même si, reconnaît, l'analyste, une hausse des taxes douanières américaines, légalement possible à partir du 17 février, changerait la donne. Les ventes de Jameson aux Etats-Unis représentent en effet 5% de ses ventes.

Pour autant, l'essentiel est ailleurs. Jefferies, à l'image de certains autres analystes, estime que le plan de transformation " Transform & Accelerate " initié il y a près d'un an permettra au groupe d'atteindre ses objectifs.

Face aux critiques du fonds activiste Elliott, propriétaire de 2,5% de son capital, le fleuron français s'est fixé l'ambition d'atteindre une croissance annuelle comprise entre + 4 % et + 7 %, avec une amélioration opérationnelle de 50 à 60 points de base par an.

source : AOF

 ■

2020 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2020

Manque de visibilité

Publié le 17/01/2020

Air France KLM n'observe pas de baisse de la demande liée aux préoccupations climatiques de la population...

Publié le 17/01/2020

Moody's confirme la note senior non garantie d'Imerys à 'Baa2' mais passe la perspective associée à la notation de 'sous revue' à 'négative'...

Publié le 17/01/2020

Schlumberger a dévoilé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes. Le bénéfice net de la première compagnie mondiale de services pétroliers a reculé de 38% à 333 millions de dollars.…

Publié le 17/01/2020

Bureau Veritas reste haut perché sur les 25 euros ce vendredi en Bourse de Paris, alors que le broker Barclays reste à 'surpondérer' sur le dossier...