5 368.23 PTS
+0.04 %
5 356.50
-0.07 %
SBF 120 PTS
4 267.61
-0.07 %
DAX PTS
13 151.05
-0.13 %
Dowjones PTS
23 590.83
+0.69 %
6 378.63
+0.00 %
Nikkei PTS
22 523.15
+0.48 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Qui succèdera à Janet Yellen ? WiseAM détaille les enjeux du choix de Donald Trump

| AOF | 121 | Aucun vote sur cette news
Qui succèdera à Janet Yellen ? WiseAM détaille les enjeux du choix de Donald Trump
Credits  ShutterStock.com


A l'heure de commenter l'actualité économique américaine, les observateurs européens se concentrent aujourd'hui clairement sur les tant attendues mesures fiscales de Donald Trump, et dans une moindre mesure sur la saison des résultats d'entreprise qui bat son plein, commente François Jubin, président de WiseAM. Un évènement peut cependant en cacher un autre… Outre-Atlantique, le débat fait actuellement rage sur le nom du prochain président de la Fédéral Reserve.

Une différence culturelle notable quand on sait que peu d'européens connaissent ne serait-ce que le nom de Mario Draghi...

Cause ou effet, les journalistes généralistes du vieux continent se risquent il est vrai, bien moins souvent à une analyse, même succincte, de la politique monétaire européenne, souligne François Jubin.

Si l'échéance du mandat de Janet Yellen n'est prévue que pour février 2018, on prête au président américain l'intention d'annoncer son successeur début novembre. On murmure dans les milieux autorisés que la " short list " de Donald Trump se serait même réduite au binôme Powell-Taylor. Il n'aura cependant échappé à personne que les revirements à 180° du décideur ont été légion dans un passé récent…

" Candidat Trump " tirait à boulets rouges sur Janet Yellen et sa politique monétaire de taux bas ? " Président Trump " semble privilégier avant tout un affaiblissement du dollar (vision qui va de pair avec des taux bas) … Au point qu'un prolongement du mandat de Yellen fut un temps envisagé. Si tant est que la liste des successeurs potentiels soit juste, quelle sera la vision monétaire du prochain " chairman " ? Les deux favoris des pronostics ne partagent à l'évidence pas totalement la même approche…

Le support affirmé de l'ancien banquier d'affaire Mr Powell à la politique de Yellen et son approche -très- graduelle de la remontée des taux laisse peu de place aux doutes : ce candidat est clairement à ranger dans la case des " dovishs ".

Observateurs et bookmakers en font tous le favori de la course à la présidence. Jérôme Powell dispose en effet de toutes les qualités nécessaires à l'appui des marchés… et du congrès qui doit valider le choix de Donald Trump. En plus d'être républicain, Mr Powell est de la veine des partisans de la déréglementation chère à Donald Trump. Sa nomination ne menacerait probablement pas l'assouplissement des stress tests et de la règle Volcker.

Gouverneur de la banque centrale US depuis 5 ans, Mr Powell dispose de l'expérience nécessaire pour poursuivre la politique monétaire mise en place ces dernières années : il a voté favorablement toutes les décisions du comité de la Fed depuis 2012 !

Professeur à Stanford University, John Taylor est reconnu outre-Atlantique pour la règle qui porte son nom. L'application stricte de la formule mathématique de la règle Taylor basée sur les chiffres de l'inflation et de croissance économique suggérerait une remontée des taux directeurs de 1%... à 4% !

Taylor le président déjugerait-il Taylor le théoricien ? Rien n'est moins sûr… L'orientation de la bourse est clairement une affaire de psychologie… et tout est actuellement rose au royaume de la finance américaine. Il n'en fallait donc pas moins pour que certains analystes tablent sur le fait que la politique fiscale de Trump centrée sur l'offre génère un important gap de croissance sans générer d'inflation… ce qui amènerait alors Taylor à ne pas se montrer plus faucon que de raison. Ne nous mentons pas, le choix de ce candidat n'est pas celui qui satisferait le plus les opérateurs de marchés, estime François Jubin.

Quoiqu'il en soit, le suspens touche à sa fin tant l'annonce semble imminente (on parle désormais du jeudi 2 novembre). Une fois encore, la différence des deux profils corrobore le fait que l'esprit du président américain n'est pas le plus aisé à décortiquer.

Elément supplémentaire, selon les médias américains il est très probable que le candidat déchu récupère en lot de consolation le siège de vice-président, établissant ainsi un équilibre des points de vue au sommet de la Fed. Alors que la bourse américaine vole de record en record sur fonds de réformes fiscales (le Dow Jones n'a d'ailleurs plus subi une perte supérieure à 1% pendant 51 séances pour la première fois depuis 1930), la thématique reste à suivre et pourrait redevenir un " market mover ", surtout en cas de surprise.

Le choix de Donald Trump donnera en tout état de cause de la visibilité sur un sujet crucial pour l'orientation du marché. A suivre…

source : AOF

 ■

2017 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/11/2017

Le bureau d'études démarre le suivi à l'achat...

Publié le 22/11/2017

Midcap Partners n'est plus à la vente

Publié le 22/11/2017

Après avoir rejeté hier l'offre de 8,05 milliards d'euros de Fortum, soit 22 euros par action, Uniper a annoncé aujourd'hui la suppression d'environ 2 000 emplois, soit 14% de ses effectifs, d'ici…

Publié le 22/11/2017

Olivier Brémond va prendre les commandes à la rentrée de septembre 2018...

Publié le 22/11/2017

Nouvel ajustement d'analyste sur le dossier Bénéteau suite à la publication annuelle du groupe nautique...

CONTENUS SPONSORISÉS