Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 492.15 PTS
-0.07 %
5 500.5
+0.27 %
SBF 120 PTS
4 343.81
-0.02 %
DAX PTS
13 126.97
-0.08 %
Dow Jones PTS
29 591.27
+1.12 %
11 905.94
0. %
1.184
-0.17 %

Pour Octo AM, la fée liquidité n'est qu'une solution de facilité pour des Etats à court d'idées

| AOF | 432 | Aucun vote sur cette news
Pour Octo AM, la fée liquidité n'est qu'une solution de facilité pour des Etats à court d'idées
Credits  ShutterStock.com


Si les gouvernements et autres institutions ont été plébiscités pour la rapidité de leurs mesures face à la crise actuelle, Matthieu Bailly, directeur général délégué d'Octo AM s'interroge sur la légitimité de ces mesures sur le long terme. Il pose trois questions. En premier lieu, est-il logique de faire grimper la dette des Etats de dizaines de points par rapport au PIB pour 3 mois de crise sanitaire ?

Si les graphiques boursiers montrent en effet que la crise financière pourrait rapidement être derrière nous, c'est uniquement par un transfert d'argent public vers le privé, le même que celui effectué depuis 2015, observe le professionnel.

On peut évidemment en attendre, pour les années à venir, une hausse des disparités économiques déjà prégnantes en Europe, et propres à entraîner de nouvelles tensions sociales et politiques, encore plus exacerbées que les précédentes, note Matthieu Bailly.

Par ailleurs, pourquoi continuer de soutenir systématiquement, à chaque crise, des secteurs entiers qui n'ont pas réussi à entrer suffisamment dans la compétition mondiale et qui sont peu rentables, peu avancés dans la découverte de nouvelles technologies, voire même qui maintiennent les pays dans un retard significatif car ils épongent leurs aides publiques depuis des décennies.

Matthieu Bailly parle ici de l'industrie automobile, de l'aviation, de certaines entreprises parapétrolières comme Vallourec ou CGG, autant d'entreprises, soi-disant des fleurons de l'économie, qui sont en fait des entreprises zombies depuis bien longtemps et qui ne tiennent qu'au chantage à l'emploi.

Mais un Etat ne pourrait-il pas imaginer qu'investir pour créer, imaginer et rebâtir peut être plus productif qu'investir pour maintenir l'existant ?

Enfin, constate-t-il, gouvernements et BCE semblent n'avoir qu'une arme en main, celle de la liquidité, qu'ils manient pour chaque type de crise par des injections toujours plus massives sans jamais n'être parvenu, comme ce devrait être le cas pour une politique monétaire saine, à la détruire, l'objectif de la croissance et de l'inflation semblant toujours être pour des lendemains plus ou moins lointains.


Mais, in fine, la liquidité grimpe au sein des marchés financiers, l'inflation se propage sur les actifs non productifs plutôt que sur les biens de consommation, les rentabilités des actifs baissent et découragent ainsi les investisseurs de prendre des risques, les entreprises zombies continuent d'offrir leurs services et leurs produits à des prix toujours plus bas au lieu de mourir et de participer à la destruction créatrice, explique Matthieu Bailly. Ne pourrait-on pas imaginer partir d'une stratégie économique plutôt que de partir de l'outil liquidité ?

Octo AM apportera les réponses au fil des événements et des nouveaux déséquilibres qui apparaîtront probablement dans les mois et années à venir.

source : AOF

 ■

2020 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/11/2020

Reflet du dynamisme et de la diversité des entreprises de la Tech française...

Publié le 23/11/2020

A ce stade, Freelance.com est confiant dans sa capacité à réaliser un exercice 2020 alliant croissance et rentabilité...

Publié le 23/11/2020

Thermador Group effectuera un nouveau point, le 9 décembre...

Publié le 23/11/2020

La Scor a de nouveau surperformé le marché en ce début de semaine, en hausse de 1,3% à 28,98 euros en clôture, aidé par Oddo BHF qui vise désormais un...

Publié le 23/11/2020

Birlasoft a choisi Esker pour sa solution intégrant des technologies d'Intelligence Artificielle capable d'éliminer rapidement les tâches inefficaces et répétitives...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne