En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 101.85 PTS
+0.00 %
5 069.00
-0.64 %
SBF 120 PTS
4 078.82
+0.00 %
DAX PTS
11 472.22
-
Dowjones PTS
25 286.49
-0.40 %
6 830.91
+0.00 %
1.129
+0.03 %

Marchés émergents : le potentiel haussier structurel subsiste malgré le durcissement des conditions

| AOF | 159 | Aucun vote sur cette news
Marchés émergents : le potentiel haussier structurel subsiste malgré le durcissement des conditions
Credits  ShutterStock.com


Pour les marchés émergents, l’année en cours est la plus difficile depuis l’effondrement des matières premières en 2014-2015, sur fond d’augmentation des taux d’intérêt américains, d’appréciation du dollar, d’escalade des tensions commerciales et de multiples risques politiques intérieurs. Tel est le constat dressé par Stéphanie de Torquat, de Lombard Odier Darier Hentsch. Dans son univers de 18 pays, toutes les monnaies hormis le peso colombien, le peso mexicain et le baht thaïlandais ont cédé du terrain face au billet vert depuis le début de l’année, explique la stratégiste macro.



Les baisses s'étendent de -50% pour le peso argentin à seulement -2% pour le ringgit de Malaisie ou le sol péruvien en passant par -40% pour la livre turque et -20% pour le réal brésilien. Hormis le baht thaïlandais et le won de Corée du Sud, toutes les monnaies que nous suivons apparaissent désormais bon marché face au dollar.

Cette situation reflète-t-elle les réalités économiques nationales ? Stéphanie de Torquat ne le pense pas. Le risque existe toutefois qu'un resserrement prolongé des conditions financières lié à la faiblesse des monnaies pèse sur des fondamentaux sinon globalement sains – et même en nette amélioration depuis quelques années.

Les déficits des balances courantes ont par exemple fortement diminué et seuls cinq pays dépassent encore le seuil des -2%. Les pays qui subissent les plus fortes pressions sont précisément ceux dont les positions extérieures sont les plus faibles, à savoir la Turquie et l'Argentine. Dans ce contexte, il convient de surveiller de près l'Afrique du Sud et l'Indonésie. La Colombie affiche certes encore un déficit relativement conséquent, mais dont la dynamique s'améliore. Les réserves de change ont aussi nettement augmenté pour s'établir maintenant au-dessus de 20% du PIB en moyenne. Là encore, la Turquie, l'Argentine, l'Indonésie et l'Afrique du Sud semblent être les plus fragiles.

Enfin, la reprise étant relativement récente, les banques centrales ont entamé 2018 avec des taux d'intérêt proches de leurs plus bas historiques. " Comme nous l'avions prévu, elles ont commencé à utiliser cette marge de manœuvre pour soutenir leurs monnaies ", indique la stratégiste macro.

Le Mexique, l'Argentine, l'Indonésie, l'Inde, les Philippines, la Turquie et la Russie ont ainsi déjà relevé leurs taux. A l'exception des deux cas extrêmes que sont la Turquie et l'Argentine, les politiques monétaires peuvent désormais être considérées comme globalement neutres. Le durcissement monétaire contribuera aussi à freiner la croissance, mais pas au point d'entraîner une récession.

En conclusion, les fondamentaux économiques indiquent encore un potentiel structurel dans la plupart des pays émergents, mais le durcissement des coûts de financement en dollar, les tensions commerciales et la hausse des taux pèseront sur la croissance ces prochains mois. Une approche sélective s'impose donc.

source : AOF

 ■

2018 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/11/2018

Chiffre d'affaires du 3ème trimestre 2018 Le chiffre d'affaires du 3ème trimestre s'établit à 104,0 MEUR, en hausse de 3,8% par rapport au 3ème...

Publié le 14/11/2018

    Ageas annonce qu'il a signé aujourd'hui un accord portant sur l'acquisition de 40% du capital de la compagnie indienne d'assurances non-vie Royal…

Publié le 14/11/2018

Sur 9 mois, le chiffre d'affaires de DNXCorp se monte à 20,74 ME...

Publié le 14/11/2018

Fortune Legend Ltd a indiqué ne pas envisager de procéder à un retrait obligatoire à l'issue de l'offre...