En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
+0.68 %
4 785.0
+0.27 %
SBF 120 PTS
3 831.94
+0.73 %
DAX PTS
10 788.09
-0.21 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
-3.30 %
1.139
-0.03 %

Lombard Odier n'exclut pas de bonnes surprises en 2018 en Amérique latine

| AOF | 327 | Aucun vote sur cette news
Lombard Odier n'exclut pas de bonnes surprises en 2018 en Amérique latine
Credits  ShutterStock.com


Lombard Odier estime que l'Amérique latine semble bien positionnée pour réserver de bonnes surprises en 2018, dans un contexte de croissance mondiale favorable, de conditions financières accommodantes et de prix des matières premières stables ou à la hausse. "Bien que nous devions considérer sans complaisance la possibilité d’une aggravation des risques politiques, l’obtention de résultats positifs en Amérique latine pourrait également améliorer le sentiment des investisseurs et accroître les flux entrants", explique Stéphanie de Torquat, macro-stratégiste chez Lombard Odier.

Les stratégies d'allocation d'actifs pourraient donc se jouer à quitte ou double en fonction des nombreux scrutins qui se tiendront sur le continent l'année prochaine. "L'Amérique latine pourrait s'avérer l'une des régions émergentes les plus intéressantes de 2018, en raison de la prime potentielle associée aux divers risques politiques", souligne Stéphanie de Torquat.

L'année prochaine sera une année électorale au Brésil, au Mexique et en Colombie, alors qu'un autre pays important de la région, le Chili, a connu le week-end dernier le dénouement d'un long processus électoral qui a vu la victoire du candidat conservateur Sebastian Piñera.

Lombard Odier n'exclut pas un regain de volatilité au Brésil et au Mexique


"Au Brésil, un décollage économique durable est difficile à envisager sans que la réforme des retraites progresse de façon tangible, afin de corriger les déséquilibres budgétaires", assure Stéphanie de Torquat, macro-stratégiste chez Lombard Odier. Or, sur ce front, la situation reste compliquée avec une majorité de Brésiliens qui ne croient pas que la réforme des retraites sera approuvée sous l'administration Temer.

Dans ce contexte, l'experte souligne que le vainqueur de l'élection présidentielle d'octobre 2018 devra être suffisamment crédible et déterminé s'il veut parvenir à régler ce problème et précise que des candidats extérieurs ou opposés à l'establishment pourraient disposer de chances réelles dans la course électorale, ce qui rendrait cette élection hautement volatile.

Au Mexique, c'est bien la question des relations avec l'administration Trump, notamment en ce qui concerne l'avenir de l'ALENA, qui domine et qui pourrait bénéficier à des candidats anti-establishment comme Andrés Manuel Lopez Obrador (AMLO) lors de l'élection présidentielle de juillet 2018.

Lombard Odier voit une possible inflexion en Colombie

" Ainsi, le Partido Revolucionario Institucional (PRI) d'Enrique Peña Nieto, actuellement au pouvoir, pourrait devoir durcir son discours dans le cadre des négociations de l'ALENA s'il ne veut pas perdre d'électeurs au profit des partis populistes, augmentant d'autant la volatilité et l'incertitude du résultat final. Cela étant dit, les fondamentaux économiques sous-jacents du Mexique semblent plutôt solides et les actifs mexicains pourraient offrir des opportunités intéressantes si les situations politique et géopolitique évoluaient dans la bonne direction", souligne Stéphanie de Torquat, macro-stratégiste chez Lombard Odier.

Enfin, en Colombie, l'économie reste l'une des plus faibles d'Amérique latine tout en ayant peut-être dépassé un point d'inflexion, estime Stéphanie de Torquat. En effet, la désinflation, les accords de paix avec les FARC et la hausse des prix du pétrole sont tous des facteurs favorables.



source : AOF

 ■

2017 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN

Publié le 07/12/2018

"Nous sommes satisfaits de ces résultats précliniques qui démontrent que Sarconeos accélère la différenciation des cellules musculaires squelettiques...

Publié le 07/12/2018

Bouygues Telecom et de Keyyo ont approuvé unanimement le projet de rapprochement. Ainsi, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Eric Saiz, Dominique Roche, ainsi…