En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 924.89 PTS
-
4 905.5
-
SBF 120 PTS
3 923.96
-
DAX PTS
11 066.41
-1.58 %
Dowjones PTS
24 465.64
-2.21 %
6 526.96
-1.75 %
1.137
+0.04 %

INFO AOF : « Les primes de contrôle se sont stabilisées entre 2011 et 2017 », Françoise Gintrac et Carine Briclot, PwC

| AOF | 275 | Aucun vote sur cette news
INFO AOF : « Les primes de contrôle se sont stabilisées entre 2011 et 2017 », Françoise Gintrac et Carine Briclot, PwC
Credits  ShutterStock.com


Françoise Gintrac, Associée Responsable Valuation & Business Modelling, et Carine Briclot, Directrice Valuation & Business Modelling chez PwC, ont réalisé une nouvelle étude sur les primes de contrôle, six ans après sa première édition. Elles ont accepté de la commenter en exclusivité pour AOF, à la veille de sa publication.

AOF – Vous publiez la deuxième édition de votre étude sur les primes de contrôle, six ans après la précédente publiée en 2011. Quel est son principal enseignement ?
Françoise Gintrac et Carine Briclot – Le premier constat est que la prime de contrôle payée par une société pour acquérir le contrôle d'une autre entreprises s'est stabilisée en Europe de l'Ouest entre 2011 et 2017. Elle s'élève toujours à environ 27,4% du prix d'acquisition. Aux Etats-Unis, qui ne figuraient pas dans notre étude de 2011, elle atteint environ 36,4%.

AOF – Comment s'explique cette différence entre l'Europe de l'Ouest et les Etats-Unis ?
F.G et C.B – La prime moyenne est plus élevée outre-Atlantique car quasiment toutes les transactions portent sur des participations souvent supérieures à 90% du capital de la cible. En Europe de l'Ouest, la situation est plus hétérogène avec environ 38% des transactions qui portent sur 90% à 100% du capital de la société à acquérir. Cependant, lorsque l'on compare les primes sur des tailles de participations comparables, l'Europe de l'Ouest affiche une prime moyenne de 39% contre 36,2% aux Etats-Unis.

AOF – Tous marchés confondus, qu'est-ce qui justifie le montant de la prime concédée par l'acquéreur ?
F.G et C.B – Outre la taille de la participation à acquérir, le montant de la prime est lié principalement à la prévision des synergies que l'acquéreur espère mettre en place suite à la fusion. Or, quelque soit l'évolution de l'activité de fusions-acquisitions ou des valorisations boursières, une opération de croissance externe donne toujours lieu à des synergies. Pour nous, c'est un signe de rationalité des marchés financiers : les investisseurs sont prêts à valider un prix d'achat plus élevé parce que la perspective de création de valeur est plus importante.

AOF – Comment se matérialise cette attention portée aux projets de synergies ?
F.G et C.B - L'attention portée aux synergies explique que les primes soient généralement plus importantes dans le cadre de transactions dans un même secteur d'activité. Dans ces conditions, les promesses de synergies sur les coûts de structure sont plus importantes. A l'inverse, les opérations permettant à une entreprise de s'ouvrir un nouveau segment d'activité donnent lieu à une prime moindre. Par exemple, pour acquérir 67 à 90% du capital d'une entreprise, la prime va atteindre 30,7% du prix dans le même secteur et 26,5% si l'opération a lieu entre secteurs différents.

AOF – Si la taille de la participation et le secteur sont des critères importants, qu'en est-il de la géographie ?
F.G et C.B – La nationalité d'une entreprise n'a pas vraiment d'incidence sur la prime qu'elle est prête à payer pour réaliser une acquisition. Nous constatons toutefois que les primes sont légèrement supérieures à la moyenne au Royaume-Uni et légèrement inférieures en Allemagne, d'environ 12% dans les deux cas.

AOF – Où se situe la France dans ce panorama ?
F.G et C.B – Les primes de contrôle payées sur des entreprises françaises sont exactement dans la moyenne. Nous l'expliquons par le fait que la répartition des transactions en France, par taille des participations visées, est très proche de l'échantillon.

AOF – Quel bilan tirez-vous de 2017 concernant l'activité de fusions-acquisitions au niveau mondial ?
F.G et C.B – Les chiffres définitifs ne sont pas encore publiés mais la tendance est clairement à une hausse de la valeur des opérations de M&A au niveau mondial l'année dernière. En Europe de l'Ouest, les premières estimations suggèrent une progression d'environ 15%. Cela compense la légère baisse qui a été enregistrée aux Etats-Unis.

Propos recueillis par Edouard Lacoste Lagrange

source : AOF

 ■

2018 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2018

A l'issue de cette cession, la participation d'Axa au capital d'EQH diminue, passant de 72,2% des actions ordinaires d'EQH en circulation à 59,3%...

Publié le 20/11/2018

Son appareil est un dispositif d'épuration d'air dédié aux grands volumes intérieurs...

Publié le 20/11/2018

Statum, co-dirigée notamment par Brice Aquilina (ex I-prospect) vient renforcer l'offre Média du Groupe...

Publié le 20/11/2018

Lagardère acquiert un leader de la Restauration sur le marché du Travel Retail en Amérique du Nord...