En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

DWS s'intéresse à l'évolution du financement de la dette italienne

| AOF | 101 | Aucun vote sur cette news
DWS s'intéresse à l'évolution du financement de la dette italienne
Credits  ShutterStock.com


Les politiciens italiens renouvellent leurs craintes quant à une attaque de la dette italienne sur les marchés obligataires, observe DWS. Concrètement, comment se produisent de telles attaques ? En général, la réponse est simple : les investisseurs mettent en vente leurs titres, ce qui conduit à une chute des cours et, conjointement, à une hausse des taux d'intérêt. En conséquence, la hausse des taux alourdit le coût de refinancement de l'Etat italien, qui figure déjà parmi les Etats les plus endettés au monde.

Une analyse de la typologie d'investisseurs ayant déjà réduit leurs positions sur les obligations italiennes ces dernières années offre quelques enseignements sur l'origine de ces attaques, souligne DWS.

Dans son graphique de la semaine, le gérant indique comment différentes " familles " de détenteurs de dette souveraine italienne ont évolué depuis l'introduction de la monnaie unique.

Globalement, la dette publique italienne financée via les marchés obligataires est passée d'un montant de 1 180 à 1 995 milliards d'euros.

Cette hausse s'explique notamment par l'acquisition de 314 milliards de titres par les banques centrales, tandis que les institutions financières domestiques ont contribué à hauteur de 417 milliards.

Les investisseurs étrangers ont quant à eux, dans l'ensemble, augmenté leurs avoirs de 373 milliards d'euros.

En revanche, les autres investisseurs italiens, comme les investisseurs particuliers et les entreprises ont, de leur côté, réduit leur positions de 289 milliards.

Il semble donc que les investisseurs italiens – au contraire des investisseurs étrangers – n'adressent pas une grande confiance en leur Etat. Ils ont probablement de bonnes raisons et pas seulement sur le plan politique. La diversification des risques en est une !

source : AOF

 ■

2018 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…