En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 806.20 PTS
+0.00 %
4 813.5
+0.32 %
SBF 120 PTS
3 820.27
-
DAX PTS
10 780.51
-
Dowjones PTS
24 370.24
-0.22 %
6 704.24
+0.00 %
1.133
+0.11 %

Crise vénézuélienne : Amundi juge le risque de contagion limité

| AOF | 277 | Aucun vote sur cette news
Crise vénézuélienne : Amundi juge le risque de contagion limité
Credits  ShutterStock.com


Amundi estime pour au moins deux raisons que le risque de contagion de la crise vénézuélienne aux autres pays émergents est limité. D'abord, le risque de défaut du Venezuela n'est pas une surprise et de nombreux investisseurs s'attendaient à ce qu'il survienne plus tôt, note Yerlan Syzdykov, directeur adjoint d'Amundi pour les marchés émergents. De plus, le Venezuela fait figure d'exception dans un univers émergent dont les fondamentaux sont solides avec un endettement maîtrisé et des comptes courants excédentaires dans de nombreux pays.

"Une possible contagion pourrait toutefois survenir au niveau des raffineries américaines. Le Venezuela fournit de nombreuses raffineries en pétrole brut, notamment celles situées autour du Golfe. Ces sites produisent de l'essence et un ralentissement de l'approvisionnement par le Venezuela pourrait entrainer une baisse de leur production. Cela pourrait altérer l'inflation et la croissance aux Etats-Unis. Ceci est théoriquement possible bien que peu probable", complète Yerlan Syzdykov, directeur adjoint d'Amundi.

Pour le gérant, les risques sont également très limités pour les actionnaires de PDVSA, la compagnie pétrolière publique vénézuélienne et l'un des épicentres de la crise de la dette, que sont notamment les compagnies russes (Rosneft Gazpromneft et Bashneft) et indienne (ONGC). Amundi note que les expositions de ces géants au Venezuela, via PDVSA, sont limitées.

S'il ne se montre pas inquiet d'un risque de contagion, Yerlan Syzdykov, directeur adjoint d'Amundi pour les marchés émergents, reste tout de même prudent sur le Venezuela. "Nous ne voyons aucune solution rapide pour mener la restructuration de la dette et nous continuons à chercher des opportunités tactiques en faisant du contrôle du risque une priorité", conclut-il.

source : AOF

 ■

2017 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

Akuo Energy et Atawey vont déployer 33 stations de recharge en milieu urbain et périurbain à Paris et en France, avant d'étendre le projet à l'Europe...

Publié le 11/12/2018

"Cette alliance avec Balyo est une avancée majeure pour Norcan et pour ses clients"...

Publié le 11/12/2018

Conformément à la réglementation applicable, DERICHEBOURG déclare avoir effectué les opérations d'achat d'actions suivantes dans les conditions de l'article 5 §2 du…

Publié le 11/12/2018

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES LES 4 ET 5 DECEMBRE 2018   Présentation agrégée par jour et par marché   Nom…

Publié le 11/12/2018

Cette technologie de localisation terrestre, à faible consommation d'énergie, peut être facilement utilisée pour des équipements déjà connectés...