En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.140
-0.14 %

CORR : ECOFI AM décrit un Bloody October

| AOF | 136 | Aucun vote sur cette news
CORR : ECOFI AM décrit un Bloody October
Credits  ShutterStock.com


Une erreur s'est glissée dans notre dépêche précédente. Il fallait lire : ECOFI AM décrit un Bloody October...et non OFI AM. Le reste de la dépêche est inchangé.

Statistiquement parlant, octobre est souvent le plus mauvais mois de l'année au niveau de la bourse. Avec une baisse de -8,8% pour l'indice S&P 500, alors que le mois n'est pas encore terminé, octobre 2018 pourrait rester dans les annales comme un des pires, commente Karamo Kaba, directeur des études économiques chez Ecofi AM. Il faut dire que les sources d'inquiétude n'ont pas manqué.


En effet, en dépit de la publication d'un PIB américain solide (+3,5% en rythme annualisé, au-dessus d'une anticipation de 3,3% par le consensus), les investisseurs ont préféré alléger leurs positions en actifs risqués partout à travers la planète.

Tout d'abord, suite à la mise en place de tarifs douaniers par l'Administration Trump, le ralentissement de la Chine (à 6,5% en rythme annuel, au plus bas en deux ans) fait craindre des répercussions négatives sur la croissance mondiale. Cela s'est notamment traduit par des profit warning en série de poids lourds comme Caterpillar, 3M, Texas Instruments ou AMD, tous fortement sanctionnés.

Ce manque de visibilité sur le cycle a aussi contraint plusieurs entreprises à adopter un discours prudent, notamment dans le secteur des équipementiers automobiles.

Ensuite, la tension autour de l'Italie n'est pas retombée. Comme il fallait s'y attendre, la Commission européenne a rejeté le projet de budget du gouvernement italien. Cette déviation budgétaire par rapport à la trajectoire attendue (-2,4% du PIB au lieu de -0,8%) a conduit l'agence de notation Standard & Poor's à abaisser la perspective de la note de l'Italie de stable à négative, sans pour autant dégrader la note elle-même (à BBB/A-2), contrairement à Moody's il y a une semaine.

Enfin, l'issue incertaine sur les négociations autour du Brexit a également pesé.

Dans ces conditions, la baisse s'est poursuivie sur la semaine. La hausse de la volatilité (+5,41 points de pourcentage, à 24,2% pour l'indice VIX) s'est accompagnée d'un délestage généralisé sur les indices boursiers.

Les valeurs américaines ont particulièrement souffert (-3,9% pour le S&P 500, à 2 659 points ; -3% pour le Dow Jones, à 24 688 points), effaçant tous leurs gains accumulés en 2018.

Les places américaines ont entraîné dans leur chute les indices européens (-2,4% pour l'EuroStoxx 50, à 3 135 points) et japonais (-6% pour le Nikkei 225). Les valeurs chinoises ont étonnamment échappé à ce déluge (+1,2% pour le CSI 300), sans doute encouragées par les mesures de relance récemment décidées par les autorités monétaires et gouvernementales.

La poursuite de l'aversion pour le risque a continué de profiter aux obligations des États jugés les plus sûrs.

Le rendement du taux à 10 ans américain a effacé toute sa hausse du mois d'octobre (-11 points de base – pbs – sur la semaine) pour revenir près du seuil psychologique de 3%. Les taux allemands (-11 pbs sur la semaine, à 0,35%) et français (-10 pbs sur la semaine, à 0,74%) ont légèrement sous-performé les taux américains. Les taux italiens ont reflué (-3,6 pbs sur la semaine, à 3,4%), provoquant un maintien du spread avec l'Allemagne à un niveau très élevé (309 pbs).

Tout tend donc à montrer que la situation en Italie va rester tendue pendant de nombreux mois. La Commission européenne, coincée entre la quête de crédibilité et la volonté de ne pas provoquer de clash qui pourrait effrayer les marchés financiers, entend faire revenir à la raison la coalition gouvernementale italienne.

Même si la situation des autres pays périphériques semble sous contrôle, l'euro a encore connu une semaine de fort recul (-0,96% sur la semaine, à 1,14 dollar). La monnaie commune pâtit d'un affaiblissement à venir de l'activité entrevu dans les enquêtes PMI. L'indicateur avancé PMI composite (-1,4 en octobre, à 52,7 points) est ainsi ressorti à un plus bas niveau de deux ans, affaibli par la faiblesse de la demande internationale.

La monnaie commune a aussi souffert avec le discours de la Banque centrale européenne qui n'entend pas réduire rapidement son bilan.

L'institution monétaire de Francfort a indiqué qu'elle allait réinvestir les remboursements de capital arrivés à échéance pendant une période prolongée après la fin de la stimulation monétaire. Le dollar en profite et gagne du terrain contre toutes les monnaies (+0,7%).

source : AOF

 ■

2018 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

L'opération SQLI s'effectue au prix de 18 euros par action...

Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

Veuillez trouver ci-dessous un communiqué de presse d'Aedifica (une société immobilière réglementée publique de droit belge, cotée sur Euronext Brussels), relatif à un rachat…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…