En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 207.24 PTS
-
4 130.00
-
SBF 120 PTS
3 303.23
+0. %
DAX PTS
9 544.75
-
Dow Jones PTS
20 943.51
-4.44 %
7 486.29
+0. %

Analyse mi-séance AOF France/Europe - Regain de confiance

| AOF | 468 | Aucun vote sur cette news
Analyse mi-séance AOF France/Europe - Regain de confiance
Credits  ShutterStock.com


Les marchés européens rebondissent nettement dans le sillage de places asiatiques et dans la perspective d'une ouverture franchement positive de Wall Street. Après coup, les investisseurs accueillent favorablement les nouvelles mesures de soutien annoncées hier la Fed. La banque centrale s'est engagée à acquérir autant d’actifs que nécessaires, dont des obligations d’entreprises. Dans ce cadre, la vertigineuse chute de l'activité du secteur privé européen est reléguée au second plan. Vers midi, le CAC 40 gagne 5,32% à 4 122,4 points. L'Euro Stoxx 50 progresse de 3,25% à 2 634,83 points.

A Madrid, Santander (+6,95% à 2,2620 euros) surfe sur le rebond des marchés même si la banque a averti qu'elle ne proposerait pas le versement d'un acompte sur dividende en novembre. Comme ses concurrentes européennes, l'établissement a souffert ces dernières semaines de la méfiance des investisseurs vis-à-vis du secteur bancaire du fait de l'impact économique du coronavirus et des dislocations constatées sur les marchés financiers. Le titre Santander chute de plus de 40% depuis le 1er janvier.

A Paris, Pernod Ricard gagne 1,42% à 124,95 euros, sous-performant un CAC 40 en hausse de plus de 5% après un important "profit warning". Face à l'effondrement de ses ventes en Chine lié au coronavirus, le numéro deux mondial des vins et spiritueux prévoit une chute de 20% de son résultat opérationnel courant 2019/2020 (exercice clos fin juin), contre une hausse comprise entre 2% et 4% auparavant. Le groupe familial avait déjà révisé à la baisse sa prévision le mois dernier. Fin août, soit il y a un siècle, il visait une progression comprise entre 5% et 7%.

Bic flambe de 12,8% à 50,65 euros malgré l'abandon de ses prévisions annuelles. Bien qu'il soit encore trop tôt pour évaluer l'impact global de l'épidémie de covid-10, le groupe a annoncé que ses perspectives 2020 et les hypothèses de marché communiquées le 12 février 2020 n'étaient plus valables jusqu'à nouvel ordre. Le groupe prévoyait une évolution de son chiffre d'affaires à base comparables comprise entre -1% et +1%. La marge d'exploitation normalisée 2020 était, elle, attendue entre 16% et 17% contre 17% en 2019, en recul de 1,1 point.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En France, l'indice PMI IHS flash pour le mois de mars du secteur des services est ressorti à 29 contre un consensus de 42 après 52,5 en février. Dans le secteur manufacturier, l'indice s'est établi à 42,9 contre un consensus de 40 après 49,8 en février. L'indice composite a atteint, lui, 30,2 contre un consensus de 39,8 après 52 en février.

La zone euro a enregistré en mars la plus forte contraction de son secteur privé jamais enregistrée, a annoncé le bureau d'études IHS Markit. Selon une première estimation, l'indice des directeurs d'achat (PMI) Composite, qui prend en compte les secteurs manufacturier et des services, est tombé à 31,4 en mars contre 51,6 en février et un consensus Reuters s'élevant à 38,8. Cette statistique existe depuis juillet 1998. Dans les services, le PMI est tombé à 28,4 contre 52,6 en février et un consensus de 39.Il est au plus bas depuis 131 mois.

En Allemagne, l'indice PMI flash de Markit IHS pour le mois de mars du secteur des services est ressorti à 34,5 contre un consensus de 42,3 après 52,5 en février. Il touche un plus bas record. Dans le secteur manufacturier, l'indice s'est établi à 45,7 contre un consensus de 39,6 après 48 en février. L'indice composite a atteint, lui, 37,2 contre un consensus de 40,6 après 50,7 en février.

Aux Etats-Unis, les ventes de logements neufs en février sont attendues à 15 heures.

Ce midi, l'euro gagne 1,47% à 1,0887 dollar.

source : AOF

 ■

2020 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 02/04/2020

M6 a indiqué dans un communiqué qu'il reporte son assemblée générale au mardi 23 juin 2020. Le groupe audiovisuel ajoute que les modalités de participation (présence physique ou à huis-clos)…

Publié le 02/04/2020

M6 a annoncé, hier soir, que faisant suite au communiqué du 24 mars 2020 sur les impacts de l'épidémie de coronavirus sur son activité, et compte tenu du manque de visibilité sur les conditions…

Publié le 02/04/2020

LNA Santé fait le point sur l'épidémie deCOVID-19 : "Après avoir activé les mesures de prévention et décidé par anticipation le vendredi 6 mars 2020...

Publié le 02/04/2020

Valbiotis, entreprise de Recherche & Développement engagée dans l'innovation scientifique, pour la prévention et la lutte contre les maladies...