En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 154.58 PTS
-1.57 %
4 138.00
-1.9 %
SBF 120 PTS
3 262.43
-1.67 %
DAX PTS
9 525.77
-0.47 %
Dow Jones PTS
21 052.53
-1.69 %
7 528.11
-1.41 %

ALLIANZ GLOBAL INVESTORS privilégie une augmentation du QE et un assouplissement du TLTRO 3

| AOF | 282 | Aucun vote sur cette news
ALLIANZ GLOBAL INVESTORS privilégie une augmentation du QE et un assouplissement du TLTRO 3
Credits  ShutterStock.com


En amont de la réunion de la Banque centrale européenne du 12 mars 2020, Franck Dixmier, directeur des gestions obligataires d’Allianz Global Investors estime que face à l’amplification de la crise boursière, et aux mesures de confinement massives en Italie qui devraient être progressivement adoptées ailleurs en Europe, la Banque centrale européenne ne peut pas ne pas agir. Il ajoute que parmi les outils à la disposition de la BCE, il privilégie une augmentation de l’assouplissement quantitatif (QE) et un assouplissement des paramètres du TLTRO 3.

" La Reserve fédérale américaine est à nouveau entrée dans sa logique d'assurance en baissant ses taux de 50 points de base le 3 mars. Si on peut critiquer sur le fond cette urgence à agir, un " Fed put " dont la vocation est de soutenir les marchés, sans succès d'ailleurs, il est certain que la Banque centrale européenne va également passer à l'action. Dans un contexte extrêmement incertain quant à l'ampleur des conséquences économique d'une pandémie, la BCE se doit d'agir. Ce que Christine Lagarde a confirmé en début de semaine dernière de façon explicite : la BCE prendra en compte les risques causés par le coronavirus sur l'économie " estime Franck Dixmier.

Il ajoute " devoir répondre à un choc exogène sur l'offre, avec des conséquences progressivement négatives sur la demande, est une situation inconfortable pour une banque centrale. Cela l'est encore plus pour la BCE, qui mène une politique monétaire de crise depuis quelques années déjà et a largement utilisé les outils à sa disposition (taux de dépôt négatif, achats de titres -Quantitative Easing-, TLTRO). "

Le gestionnaire précise que plusieurs annonces sont possibles :

- une baisse de taux de 10 points de base, avec des mesures d'accompagnement pour renforcer le tiering, ce système différencié avec des paliers pour la taxation des réserves excédentaires des banques

- un assouplissement des paramètres des injections de liquidités à long terme (TLTRO3, targeted longer-term refinancing operations) lancées en septembre dernier

- une augmentation des achats de titres (QE), centrés sur les obligations d'entreprises


Le directeur des gestions obligataires note que " les marchés sont en attente d'une baisse du taux de dépôt. Nous privilégions plutôt un augmentation du QE, dans un contexte où, au vu de l'évolution des discussions en zone euro sur de possibles mesures de soutien budgétaire, un taux encore plus négatif parait moins urgent. Par ailleurs, un assouplissement des paramètres du TLTRO3, avec des facilités de financement ciblées sur les PME, permettrait d'encourager les banques à favoriser l'accès au crédit des entreprises les plus exposées à la crise. L'objectif est d'éviter que les problèmes de trésorerie ne deviennent des problèmes de solvabilité, qui se traduiraient par des faillites en cascade et une explosion du chômage."

Il note que la chute brutale des anticipations d'inflation (5Y5Y swap inflation à 0.95 le 9 mars), qui n'ont jamais été aussi basses, fournit une justification supplémentaire à agir, de même que la correction récente du dollar.

" Les investisseurs vont scruter les décisions et la communication de la BCE. Dans cette phase de haute volatilité, il s'agit de maintenir une duration élevée des portefeuilles de taux en privilégiant les emprunts des Etats cœurs, Treasuries et Bund. Il est également opportun de couvrir ses positions de crédit en évitant de vendre des titres sur le marché dans un contexte de quasi-totale illiquidité " conclut le gestionnaire.

source : AOF

 ■

2020 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/04/2020

Le groupe publiera son chiffre d'affaires du premier trimestre le 15 avril

Publié le 03/04/2020

Unibel a annoncé que, compte tenu des incertitudes résultant du contexte actuel lié au COVID-19, l'assemblée générale du 14 mai 2020 se tiendra au siège social, 2, Allée de Longchamp 92 150…

Publié le 03/04/2020

Dans son communiqué du 11 mars dernier, Transgène a initialement prévu une consommation nette de trésorerie de l'ordre de 25 millions d'euros pour 2020. Malgré les effets difficilement…

Publié le 03/04/2020

Transgene prévient qu'elle pourrait souffrir de dysfonctionnements dans la chaîne d'approvisionnement et d'expédition dont elle dépend

Publié le 03/04/2020

Le Crédit Agricole a adapté son dispositif d’accompagnement des clients aux particularités du marché des agriculteurs. Il intensifie ses actions pour accompagner ses clients exploitants…