En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 326.98 PTS
+0.41 %
5 319.50
+0.28 %
SBF 120 PTS
4 268.64
+0.24 %
DAX PTS
12 195.27
+0.27 %
Dowjones PTS
25 162.41
-0.54 %
7 354.66
+0.00 %
1.137
+0.27 %

NETBOOSTER enregistre des pertes au premier semestre, nouveau plan stratégique prévu le 9 novembre

| AOF | 252 | Aucun vote sur cette news
NETBOOSTER enregistre des pertes au premier semestre, nouveau plan stratégique prévu le 9 novembre
Credits Kiev victor  ShutterStock.com


Netbooster a vu ses résultats passer dans le rouge au premier semestre, avec un perte nette part du groupe de 1,5 million d'euros à comparer avec un bénéfice de 0,6 million un an plus tôt. Ils intègrent notamment une hausse de ses charges opérationnelles, à plus de 540 000 euros contre 266 000 euros au premier semestre 2016, qui comportent les coûts de restructuration engagés sur la période.

De plus, sur l'ensemble du groupe, les charges de personnel ressortent à plus de 15,8 millions d'euros, en hausse de 22,5% par rapport au premier semestre 2016. Cette progression intègre les recrutements opérés, en particulier en Allemagne, afin de relancer la dynamique de croissance organique.

De son côté, l'Ebitda semestriel de Netbooster est ressorti à zéro, contre 2,3 millions un an plus tôt, tandis que sa marge brute a atteint 21 millions d'euros (+11,9%). Cette croissance a été essentiellement portée par l'intégration de l'agence 4Ps Marketing au Royaume-Uni. A périmètre constant, la marge brute ressort en légère hausse (+1%).

Cette évolution s'inscrit dans un contexte marqué par la forte mobilisation du management sur la concrétisation du rapprochement avec Artefact. Elle doit également être appréciée au regard de la réorganisation opérationnelle et commerciale engagée au cours des derniers mois.

Enfin, NetBooster affiche un chiffre d'affaires semestriel en hausse de 16,4% à 75,3 millions d'euros.

En termes de perspectives, Netbooster prévoit une amélioration de l'activité et de la profitabilité dès le second semestre. "Le second semestre sera plus dynamique avec une saisonnalité de l'activité toujours plus favorable et les premiers bénéfices attendus des mesures de la réorganisation engagée au cours des derniers mois", indique la société de marketing digital. Cette amélioration de l'activité devrait s'accompagner d'un redressement des résultats et permettre au groupe d'afficher un exercice 2017 "significativement profitable".

Enfin, le 9 novembre 2017, un plan stratégique sera présenté au marché.



source : AOF

 ■

2017 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/08/2018

JCDecaux accélère son rebond après avoir clôturé avant-hier à son plus bas niveau de l'année. Suite à son modeste gain de 0,15% hier, le titre bondit de 5,99% aujourd'hui, à 27,7 euros. A la…

Publié le 16/08/2018

Le titre a enfoncé la zone d'overlap (ancienne résistance devenue support) des 25.5 euros. L'orientation négative des indicateurs techniques milite pour une poursuite de la phase de repli en…

Publié le 16/08/2018

Le titre sous haute pression après les annonces du gouvernement

Publié le 16/08/2018

La compagnie serait sur le point de se doter d'un patron non français et, de plus, non européen