En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 754.08 PTS
-0.95 %
4 761.0
-0.66 %
SBF 120 PTS
3 776.49
-0.94 %
DAX PTS
10 740.89
-0.29 %
Dowjones PTS
23 830.31
+1.01 %
6 501.11
+0.82 %
1.136
+0.13 %

Le PDG de TESCO prône une "Taxe Amazon"

| AOF | 197 | Aucun vote sur cette news
Le PDG de TESCO prône une "Taxe Amazon"
Credits  ShutterStock.com


Le PDG de Tesco, Dave Lewis, a réclamé une taxe de 1,25 milliard de livres sterling sur les produits vendus via Internet lors d’une interview accordée au journal britannique The Mail on Sunday - l’objectif étant la survie des magasins physiques face aux concurrents en ligne. En réalité, ce dernier vise Amazon, et incite le ministre de l'Economie, Philip Hammond, à prélever 2% sur les ventes en ligne.



L'échec à taxer correctement les entreprises numériques est devenu un problème industriel selon lui : "La charge fiscale a atteint le point où les entreprises font faillites. Le gouvernement a-t-il réfléchi à ce qui se passe lorsque le commerce de détail commence à décliner, et si les pertes d'emploi commencent à devenir importantes ?"

De plus, le PDG de Tesco pointe du doigt le montant des impôts payés par les pure-player au Royaume-Uni. Selon lui, les distributeurs traditionnels sont pris au piège par l'augmentation des coûts, des impôts, des salaires plus élevés et de la concurrence des entreprises en ligne agressives.

Philip Hammond a admis la semaine dernière lors d'une conférence qu'il était temps de taxer les sociétés comme Amazon et Google. Selon lui, les géants mondiaux de l'Internet doivent contribuer au financement des services publics du Royaume-Uni. 

Si la meilleure façon de taxer ces entreprises internationales est par le biais d'accords mondiaux, le responsable politique se dit prêt, le cas échéant, à mettre en place sa propre taxe.

source : AOF

 ■

2018 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2018

Gaussin s'envole de 32% en clôture à 0,281 euro dans un volume épais représentant 8% du tour de table, alors que le groupe a annoncé en pleine séance...

Publié le 18/12/2018

La fusion entre Alstom (-1,78 % à 37,62 euros) et la branche mobilité de l'allemand Siemens entrerait-elle dans un tunnel ? La commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager a fait…

Publié le 18/12/2018

Oracle (+0,2% à 45,79 dollars) échappe de peu à la baisse des marchés américains grâce à des résultats meilleurs que prévu. Selon Credit Suisse, l'éditeur américain de logiciels…

Publié le 18/12/2018

2,62% du capital pour AQR

Publié le 18/12/2018

Le conseil d’administration de Telecom Italia devrait se réunir ce vendredi selon deux sources proches du dossier à Reuters. Et ce, dans le but d’examiner la demande de Vivendi, qui requiert la…